Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 26 juillet 2018 06:00

Marché pétrolier : Légère hausse des cours

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Tendance à la hausse des prix du pétrole, hier mercredi, en cours d’échanges européennes. En effet, en fin de matinée de ce mercredi, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 74,02 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, soit une hausse de 58 cents par rapport à la clôture de mardi.

Même cas de figure dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange puisque le baril de « light sweet crude » (WTI) prenait , pour la même échéance , 5 cents à 68, 57 dollars. Toujours à propos des cours, les analystes avancent , que les marchés attendent la publication en cours de séance des données hebdomadaires de l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA) sur les stocks de pétrole des Etats-Unis arrêtés au 20 juillet après les très fortes variations observées au cours des semaines précédentes. Concernant la production , les analystes tablent sur une baisse de 3 millions de barils des stocks de brut, de 1,1 million de barils des réserves d’essence et d’une hausse de 550 000 barils de celles d’autres produits distillés (fioul de chauffage et diesel), selon la médiane d’un consensus compilé par Bloomberg. « Les marchés attendent une baisse qui compenserait la hausse inattendue de la semaine précédente, ce qui a déjà été reflété dans les données de la fédération professionnelle de l’American Petroleum Institute (API) », a commenté un analyste. Il y a lieu de faire remarquer que depuis quelques semaines, le marché du pétrole surveille avec attention la relation entre les Etats-Unis et l’Iran. Et cela suite à l’annonce de Washington, de sanctionner à partir de novembre prochain les pays qui importeraient du pétrole à partir de l’Iran. Et du coup, « l’Iran est la clef du marché du pétrole pour les prochains mois », a affirmé Stephen Brennock, analyste chez PVM. Faut-il rappeler dans ce sens que la crainte de voir disparaître l’essentiel des barils extraits par le troisième plus grand producteur de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avait fait grimper les cours de l’or noir au début de l’été, avant que l’Arabie saoudite n’affirme vouloir compenser les éventuelles pertes de son rival géopolitique ainsi que celles du Venezuela. Elle est suivie dans ce sens par la Russie. Depuis, les prix du pétrole restent volatils, d’autant plus que la demande mondiale pourrait être ponctionnée par la guerre commerciale qui oppose les Etats-Unis à l’Iran. L’Arabie saoudite et la Russie augmentent leur production pour compenser la perte de la production iranienne. Toujours à propos de cette guerre, « son impact à court et moyen termes et le constat que le président Trump et son administration sont vraiment prêts à en découdre sur ce sujet, commencent à pénétrer les consciences des courtiers et investisseurs dans le pétrole et les autres marchés financiers », expliquent des analystes. Cette crainte pourrait s’apaiser dès lors que Pékin vient d’annoncer des mesures destinées à stimuler sa croissance économique et, par ricochet, l’augmentation de sa demande en pétrole. Le « tableau macroéconomique l’emporte. Parallèlement, la guerre commerciale continue de soulever les inquiétudes sur la croissance mondiale », a-t-on souligné. Dans une économie en moins bonne forme, la demande pour le brut tend à diminuer.

Laissez un commentaire