Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Chroniques

Chroniques (27)

 

Treize ans déjà ! Il semble que c’était hier que nous quittait le poète Djamel Amrani. Ce 2 mars 2005, il n’avait que 70 ans. Le jour de ses funérailles, il pleuvait sur Alger. Destin vécu, assumé avec courage, avec panache, y compris dans le malentendu, l’ironie, le décalage. Le plus «jeune» des écrivains de sa génération dans les années soixante et soixante-dix. Il nous a quittés au terme d’une vie intense, pleine d’initiatives exaltantes. Un peu sur tous les fronts. Mais à part.

jeudi, 01 mars 2018 06:00

Chronique des 2Rives :Tragique Syrie

Écrit par

Le drame vécu par le peuple syrien, surtout dans sa composante civile, interpelle puissamment les consciences. Un sentiment d’effroi et d’impuissance. D’autant plus que dans le drame syrien, les réelles motivations qui ont amené à l’éclatement de « la révolution », en 2011, ont été englouties par le trop-plein de « joueurs » sur le terrain, comme l’écrit l’essayiste Silvia Moresi*.

Maurice Audin est arrêté à son domicile à Alger le 11 juin 1957 par des parachutistes. Dix jours plus tard, l’épouse d’Audin apprend officiellement que son mari s’était évadé lors d’un transfert…

Y-a-t-il un cas Malek Haddad emblématique, pour ne pas dire paradoxal ? Malek Haddad est-il mort doublement, physiquement et symboliquement, n’a-t-il aucune postérité littéraire ? Est-ce vrai qu’il a déposé définitivement son stylo avant son décès ?

Il y a bien longtemps, dans les années trente, un rêve méditerranéen a soufflé sur les rivages de l’Afrique du Nord. Une époque trouble, lourde de cataclysmes futurs, dans une Europe ravagée par la grande crise de 1929.

al-Afghâni à Mohammed Arkoun, en passant par Mohamed Abdou, l’éveil à une approche consciencieuse de la Révélation coranique n’a pas manqué de jalonner l’ancrage de l’Islam dans l’histoire. La voie avait été ouverte des siècles plus tôt par celui qui est connu en Occident comme Averroès, Ibn Rochd de Cordoue. Mais «les murs les plus difficiles à abattre sont ceux de l’esprit», observait Mohammed Arkoun, qui fut qualifié de « second Ibn Khaloun ». De tels noms et leurs œuvres restent au cœur de l’actualité contemporaine.

Dans l’une de nos chroniques, en mai 2017, consacrée à l’évocation du militant anticolonialiste Henri Curiel, nous relations son combat anti-impérialiste exemplaire et les conditions de son assassinat, le 4 mai 1978, resté à ce jour non élucidé... Suite aux révélations contenues dans le livre posthume «Le roman vrai d’un fasciste français», la justice française vient d’ordonner une nouvelle enquête.Crime d’Etat ?

Le 11 février 1996. Allaoua Aït-Mebarek, Djamal Derraza et Mohamed Dorbhan, tous trois journalistes au Soir d’Algérie, ainsi que de nombreux autres citoyens, étaient emportés dans un attentat terroriste dans le quartier du 1er Mai à Alger.

Aujourd’hui, à l’heure du naufrage des accords d’Oslo, des reniements et des mystifications, la parole de Mahmoud Darwich manque. Ses poèmes avaient la force des « mots-tocsins » (Maïakovski). Et sa parole transformait en victoires morales les états de siège.

Pendant des siècles, Omar Khayyam est passé pour un scandaleux « libre penseur » s’adonnant aux jouissances terrestres. Il a, tout simplement, échappé aux yeux des profanes et des contempteurs que «l’ivresse» qu’il évoquait, loin du sens premier, relevait du champ mystique.

Page 2 sur 2