Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 13 mars 2018 06:00

Gestion des ressources hydriques : Equipement local, Necib veut qu’on se jette à l’eau

Écrit par Hichem Laloui
Évaluer cet élément
(1 Vote)

La politique de réduction des importations n’a pas touché que les produits alimentaires. Elle a également concerné les équipements, mais au sein du département des Ressources en eau, c’est une aubaine, puisque des projets de fabrication de plusieurs grands équipements sont déjà lancés et la réception des premiers modèles sur le marché est prévue dans quelques mois.

C’est ce qu’a annoncé, hier, Hocine Necib, ministre des Ressources en eau, lors de l’inauguration du 14e Salon international des équipements, des technologies et des services de l’eau, Pollutec. «Nous allons fabriquer nous-mêmes plusieurs équipements pour le secteur», a-t-il dit, soulignant que des navires de dévasement, dragueuses, seront bientôt mis en service. «Le taux d’intégration est de 70 % pour les dragueuses», a-t-il précisé, ajoutant que des stations de dessalement monobloc seront également fabriquées en Algérie, avec un taux d’intégration de 80 %. Cette démarche ne concerne pas uniquement le volet lié aux équipements, mais aussi celui des études. En effet, le ministre a affirmé que, désormais, les études des grands transferts sur 1 200 km seront réalisées par des groupes de bureaux d’études et de laboratoires locaux. «Avant, c’étaient des bureaux d’études étrangers qui travaillaient avec nous, car nos bureaux n’avaient pas les capacités de réaliser de grandes études étant tous éparpillés. Maintenant, avec un groupe de bureaux d’études, on peut réaliser ces études sans recourir aux étrangers», a-t-il expliqué. Concernant les travaux engagés sur Oued El Harrach, le ministre a assuré qu’ils avancent assez normalement et sont réalisés dans le cadre d’un partenariat entre Cosider et des étrangers. Il a également assuré que la phase de dépollution est atteinte, avec une autre de dragage des eaux, et ce, après l’élimination de toutes les sources de pollution, notamment les entreprises, pour en faire, au final, un cours d’eau navigable. Concernant le salon Pollutec, il a souligné que 150 opérateurs y prennent part, représentant 12 pays. «Le volet du traitement des eaux a eu la part du lion dans ce salon», a-t-il fait remarquer à ce propos. Interrogé sur les capacités du pays à répondre à la demande en eau, il a rappelé que le taux de remplissage des barrages est de 56 %, avant d’annoncer que d’ici 2020, le pays disposera de 11 stations de dessalement, ce qui assurera 25 % de l’offre nationale en eau potable. «Le gouvernement vient de donner son aval pour la réalisation de trois nouvelles stations, à Alger, El Tarf et à Béjaïa», a-t-il souligné, précisant qu’avec ces trois nouvelles stations, l’offre en eau sera portée à 2 millions m3/j. A propos des fuites qui ont atteint un taux de 30 %, le ministre a estimé que l’objectif de son département est de les réduire à 20 %. 

Laissez un commentaire