Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 16 mai 2018 06:00

entretien : Abderrahmane Mebtoul, économiste : «Ould Kaddour réalise un excellent travail»

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Accompagné de plusieurs hauts cadres de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour a présenté, dimanche dernier devant le Conseil de la nation, le bilan 2017 de la compagnie nationale. Outre les chiffres réalisés, le P-DG de Sonatrach a abordé plusieurs dossiers, dont le management, la transparence et la bureaucratie de l’entreprise nationale qu’il dirige.
Abderrahmane Mebtoul, économiste et consultant en efficacité énergétique, salue les initiatives de M. Ould Kaddour et appelle, lui aussi, à plus d’efforts de l’Etat pour atteindre les objectifs du pays en matière d’énergie.

Reporters : Partagez-vous l’appel de M. Ould Kaddour à faire de Sonatrach une entreprise économique «libérée de toute bureaucratie» ?
Abderrahmane Mebtoul : Oui, et je tiens d’ailleurs à saluer les efforts importants de la direction générale actuelle. C’est le manager qui combine les facteurs de production de manière libre pour atteindre un taux de
profit maximum en évitant les contraintes bureaucratiques. La bureaucratie ne freine pas uniquement Sonatrach. Il y a aussi le système financier et le système socioéducatif qui ne sont pas adaptés. Le départ de 10 000 cadres à la retraite ou vers des compagnies internationales est notamment dû à une erreur, celle de mettre à la retraite, à 60 ans, les cadres de Sonatrach.

Considérez-vous que la stratégie de la compagnie nationale à l’horizon 2030 (SH 2030) disposera des moyens nécessaires pour lui permettre d’atteindre ses objectifs ?
Il faut un management stratégique de Sonatrach et je pense que la stratégie horizon 2030 va dans ce sens. C’est-à-dire faire de cette entreprise une entité de niveau international, libérée de l’ensemble des contraintes. Il faut d’ailleurs appliquer à l’ensemble des entreprises publiques la loi sur l’autonomie des entreprises.

Comment avez-vous accueilli la volonté de M. Ould Kaddour de présenter le bilan de Sonatrach annuellement devant les deux Chambres parlementaires ?
L’idée est très bonne ! Abdelmoumen Ould Kaddour est en train de réaliser un excellent travail avec son staff, il faut le laisser travailler dans le cadre du programme Sonatrach horizon 2030. Il faut effectivement réorganiser l’économie nationale sur des bases transparentes et Sonatrach n’est qu’un élément qui évolue dans un environnement économique global.

Quelles sont jusque-là les contraintes qui pèsent sur Sonatrach auxquelles a fait allusion le P-DG de l’entreprise nationale ?
Il s’agit d’abord d’avoir une comptabilité transparente. Actuellement, Sonatrach a une comptabilité consolidée, c’est-à-dire qu’on ne sait pas si telle ou telle raffinerie est rentable. Il faut autonomiser les entreprises avec une comptabilité analytique pour savoir s’il y a une bonne gestion ou non. Autre contrainte qui pèse sur la gestion de Sonatrach, ce sont les prix imposés. La compagnie pétrolière est obligée de vendre à un prix subventionné alors que la subvention doit être externalisée de Sonatrach et que celle-ci commercialise en Algérie aux prix du marché.

Par ailleurs, le volet des énergies renouvelables n’a pas occupé une grande part des interventions face au Conseil de la nation...
Si certains ont considéré que cela a été abordé de façon lapidaire, il faut savoir qu’il n’appartient pas à Sonatrach d’avoir une stratégie sur les énergies renouvelables. C’est la mission du gouvernement. Et à ce propos, les énergies renouvelables doivent être rattachées au ministère de l’Energie. Dans le cadre de la transition énergétique, l’efficacité énergétique est un élément très important à prendre en considération par le gouvernement. Il n’est pas normal, par exemple, de continuer à construire en brique et en parpaing, ce qui nécessite ensuite des climatiseurs dans chaque pièce alors qu’il y a des méthodes de construction qui permettent d’économiser jusqu’à 30% d’énergie. Le ministère de l’Habitat doit se mettre au diapason pour économiser l’énergie.
Recueillis par Rafik AIOUAZ
Dernière modification le mercredi, 16 mai 2018 09:26

Laissez un commentaire