Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

lundi, 16 avril 2018 06:00

Journées nationales de musique classique de Batna : Une clôture sous la baguette du maestro Salim Dada

Écrit par Sara Kharfi
Évaluer cet élément
(1 Vote)
Les Journées nationales de musique classique de Batna ont pris fin avant-hier soir au théâtre régional de la ville.
Devant se tenir initialement à la maison de la Culture qui dispose d’une scène beaucoup plus grande – ce qui aurait permis aux musiciens sur scène d’être moins à l’étroit – cette dernière soirée a permis toutefois de découvrir un orchestre parfaitement harmonisé et des musiciens maîtrisant leurs instruments, le tout porté par une belle programmation.
La quatrième édition des Journées nationales de musique classique de Batna s’est tenue, du 9 au 14 avril, bien qu’elle ait été interrompue, pendant trois jours en raison du deuil national, à la suite du crash de l’avion militaire, ces journées ont pris fin avant-hier soir au Théâtre régional de la ville. Devant se tenir initialement à la maison de la Culture, qui dispose d’une scène beaucoup plus grande, la dernière soirée de cet événement a réuni 74 musiciens, dirigé par les maestros Salim Dada et Hanafi Meliani, qui ont dû se contenter de la petite scène du théâtre. Ce changement de dernière minute n’a cependant pas empêché ces musiciens d’offrir une soirée inoubliable. Ils sont violonistes, pianistes, violoncellistes, altos, contrebassistes, trompettistes, tromboniste, clarinettistes, flûtistes, joueurs de hautbois ou bassons ; ils sont étudiants, musiciens confirmés déjà ou, pour certains, professeurs de musique ; mais tous ont fait preuve de maîtrise, de rigueur et de talent, offrant ainsi un concert mémorable, entamé par une minute de silence à la mémoire des 257 victimes de la catastrophe aérienne survenue le 11 avril. Prolongeant cet hommage, et sous la direction du maestro Salim Dada, qui a travaillé pendant de longues heures et journées avec les musiciens de cet orchestre (et cela a porté ses fruits), le programme de la soirée a été entamé par l’interprétation du morceau «Les Martyrs», extrait de la bande originale du film «Ben Boulaïd» d’Ahmed Rachedi, composé par Salim Dada. Suivra «Concerto pour basson et orchestre F VII n°2 : Larghetto et Allegro ma molto moderato». Pour ce morceau, l’orchestre sera accompagné par le joueur de basson, Redouane Amir, qui a offert une prestation exceptionnelle. Le maestro Hanafi Meliani, chef de l’orchestre philarmonique Aurassien, dirigera le groupe de musiciens sur scène qui ont interprété, sous sa direction, «Danse hongroise n°5» de Brahms, «Intermezzo» de l’Opéra «Cavalleria rusticana» de Mascani, et «The Falcons» de Williams. Enfin, cet orchestre jouera deux titres de Salim Dada, sous sa direction : il s’agit de «Love Song» (composée en 2008) et «Lounga Nahawouand» (composée en 2007), ainsi qu’un chant traditionnel russe intitulé «Pryaha», qui a été interprété par le baryton Imad Eddin Eddouh. Somme toute, cet orchestre a prouvé qu’en peu de temps, on peut faire des miracles et maîtriser son art, pour peu que l’on soit bien encadré. La rigueur et la discipline sont le secret de tout apprentissage. En outre, cette dernière soirée a été marquée par une petite prestation de l’Institut régional de formation musicale d’Oran. Une section cuivres et percussions qui a séduit le nombreux public qui s’était déplacé ce soir-là malgré la tristesse, le froid et la grêle. Durant cette dernière soirée, un hommage a été rendu à l’invité d’honneur Salim Dada qui a tenu à «rendre hommage» aux musiciens de l’orchestre qu’il a encadré et dirigé ; ainsi qu’au regretté Rachid Saouli. Très émue, sa veuve, Tatiana Saouli a prononcé un discours dans lequel elle a rendu hommage aux victimes du crash, aux musiciens qu’elle a tenu à féliciter et à encourager, et au directeur des journées, Chaïb Setti. Organisée par l’Institut régional de formation musicale de Batna, après deux années d’absence, ces Journées ont été marquées par des concerts, des ateliers (violoncelle, guitare, clarinette...), un cours éducatif à destination de 200 élèves, une conférence portant sur «L’expérience algérienne dans le domaine de la formation musicale», et une visite au Centre de traitement du cancer de Batna. Ces journées ont aussi créé une compétition saine entre les étudiants, confrontant leurs instruments et leurs niveaux. Il  n’y a plus qu’à espérer que cela se poursuivra, se prolongera et que ces journées deviennent un événement annuel, voire un festival, parce qu’elles permettent aussi l’apprentissage. «Création et partage», le slogan de cette édition, a ainsi pris tout son sens.

Laissez un commentaire