Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 17 avril 2018 06:00

Congrès annuel à Alger des écrivains et réalisateurs du monde (WDW) : Pour le respect des droits des créateurs en Afrique

Écrit par Fadila Djouder
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le Congrès annuel des écrivains et réalisateurs du monde entier (Writers and Ditrectors Worldwide) s’est ouvert, hier, à l’hôtel Sofitel à Alger avec la présence d’une centaine d’invités venus d’une trentaine de pays, qui partageront leurs expériences dans le domaine des droits d’auteur.

Le coup d’envoi de cette rencontre, qui se déroule pour la première fois en Afrique, a été marqué par la présence du ministre de la Culture Azzedine Mihoubi, qui a souligné dans son allocution d’ouverture que cette réunion «témoigne de l’importante place de notre pays dans le domaine de la protection des droits d’auteur». Ajoutant que «l’Algérie œuvre à établir et faire connaître son patrimoine culturel, qui représente l’esprit de l’identité nationale, qui distingue l’Algérie des autres pays».
Le ministre de la Culture est revenu sur l’importance de protéger et de mettre un terme au fléau du piratage, soulignant que «les œuvres créatives sont l’objet d’une reproduction illégale et d’une exploitation déloyale. Il faut donc les protéger du phénomène du piratage qui nous touche de plus en plus».
Par ailleurs, M. Mihoubi relève que «l’Algérie est devenue une référence pour les pays arabes et africains. L’importance de la protection intellectuelle et industrielle augmente par l’adhésion aux conventions et traités internationaux», soulignant que « la préoccupation constante de l’Algérie pour les droits voisins est l’une des priorités de l’Etat pour en faire une réalité quotidienne au profit de l’économie nationale, des créateurs et des artistes».
Il a profité de cette occasion pour faire appel à l’expertise de la Confédération internationale des sociétés d’auteurs et compositeurs (Cisac) pour aider les pays africains à faire face à ce fléau. «La Cisac dispose de plus de moyens techniques pour combattre le piratage. Elle a démontré durant toutes ces années ses capacités à protéger les droits des auteurs, en particulier avec les transformations économiques et sociales», estime-t-il. Selon le ministre de la Culture, «les nouveaux défis posés par l’environnement numérique et sa réponse au système juridique des droits de propriétés intellectuelle et artistique doivent être abordés».
Par ailleurs, l’Algérie, affirme le ministre de la Culture, «a beaucoup donné au monde dans divers domaines qui ont révélé le génie de l’homme. Dans l’exemple des dessins du Tassili, ainsi que dans les domaines du théâtre, de la musique, du cinéma et de la littérature. La culture que nous voulons est également imprégnée de tout ce qui est beau dans ce monde».

L’Onda appelle à renforcer les droits des auteurs africains
De son côté, le directeur général de l’Office national des droits d’auteurs et des droits voisins (ONDA), Sami Benchikh El Hocine, rappelle que  l’objectif de cette réunion est de «développer les droits d’auteur et les droits de rémunération pour les auteurs de l’audiovisuel et du cinéma en Afrique». Précisant  que la Cisac s’appuie sur l’expérience de l’Algérie en matière de droits. «L’Onda est l’un des 18 membres du conseil d’administration de la Cisac,  et représente, donc, les pays africains dans ce dernier», a-t-il expliqué. Il s’agit, selon M. Benchikh, de «militer et de travailler pour tous ces auteurs ici présents pour améliorer leur situation en termes de droits d’auteur dans toute l’Afrique». Ajoutant : «Cette réunion se terminera certainement par un appel aux dirigeants africains pour lancer ou renforcer les droits de ces derniers et les reconnaître dans le continent.»
La Cisac, qui visite pour la première fois un pays africain, dispose, selon le directeur général de l’Onda, «de deux grands conseils, l’un est consacré aux auteurs de musiques et l’autre aux auteurs dans l’audiovisuel, qui se réunit chaque année dans un pays différent». «Cette année, la Cisac a choisi Alger qui sera un exemple pour ces pays en matière  de droits d’auteur», dira-t-il.

Le jury du prix Makeba dévoilé aujourd’hui
Concernant le prix Mariam-Makeba, le directeur général de l’Onda dira : «Nous avons choisi l’ouverture du Salon international  de la création, le 17 avril au Palais de la culture Moufdi-Zakaria, pour annoncer la liste des membres du jury, dont Ahlem Mosteghanmi fait partie, ainsi que les grandes lignes de ce grand événement»,  et que ce jour a été choisi «afin d’inviter tous les participants présents à cette réunion des WDW à faire partie de ce salon».
Pour rappel, ce congrès, qui prendra fin aujourd’hui, est coordonné et organisé par et sous l’égide de l’Office national des droits d’auteur et des droits voisins (Onda) et sera l’occasion de présenter un état des lieux des secteurs créatifs et d’évoquer les prochaines tendances au niveau international.

Laissez un commentaire