Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

lundi, 16 avril 2018 06:00

entretien : Mohammed Yaddadène, consultant dans le domaine de l’automobile : «Tous les avantages consentis doivent apparaître sur les prix pratiqués»

Écrit par Mouna Aïssaoui
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Reporters : Dans une conférence de presse, animée samedi 14 avril, le Premier ministre Ahmed Ouyahia a déclaré, concernant les prix des véhicules : «Les choses vont changer dans l’avenir». Que veut dire le Premier ministre à votre avis ?

Mohammed Yaddadène : Je pense que cette déclaration indique la volonté de maîtriser une situation provoquée par des décisions qui ont démontré le problème de choix stratégiques et de suivi. Depuis la diffusion des prix sortie d’usine, les clients algériens ont vu des écarts importants avec ceux pratiqués au quotidien sur des produits, dont tous les avantages consentis par l’Etat qui n’étaient pas répercutés sur les prix de vente. Si on fait donc une lecture, cela traduit cette volonté de dire que nous avons les informations nécessaires pour  agir et  que chaque marque doit assumer ses responsabilités pour moraliser ce marché, soumis à trop de turbulences ces trois dernières années. Avec tous les avantages que l’Etat a accordés, il était temps de suivre de près ces investissements sur tous les plans. Cela veut dire qu’il y a une volonté de reprendre les choses en main.

On a vu, ces derniers temps, certains producteurs de véhicules, comme KIA, baisser leurs prix. Quel commentaire faites-vous à ce sujet ?
Pour rappel, les assembleurs, qui ne sont pas des producteurs, bénéficient d’avantages pour leurs investissements. Ils ont réagi sous l’effet de la panique face à tout ce qui s’est dit et diffusé après que les clients aient pris connaissance des prix sortie d’usine. Les écarts constatés sont importants.
Mais, attention, les opérateurs ne doivent pas supprimer certains équipements ou accessoires qui étaient de série sur les modèles et dire que les prix ont baissé.
La pression du marché devient croissante et donc dénote qu’il n’y avait aucune stratégie ni politique des prix.
Chaque opérateur voulait tirer profit de la situation du marché qui traverse une conjoncture complexe.

Le ministre de l’Industrie a déclaré récemment : «Si les autorités encouragent les constructeurs automobiles qui ont lancé leurs projets, elles veilleront en parallèle à la protection des droits du consommateur, et des citoyens, en général.» Cela l’a amené à inviter les constructeurs à être «transparents» avec leurs clients. «Il faut qu’il y ait de la transparence en matière de prix des voitures», a-t-il déclaré. Quel commentaire faites-vous ?
C’est une mise en garde à destination de la cible concernée. Une excellente chose, tout en espérant qu’il y aura des effets sur le terrain et que les consommateurs ne subissent plus des prix surcotés.
Il y a également les problèmes de défaillance dans la distribution des produits qu’on retrouve un peu partout sur les trottoirs avec des majorations de prix.
Tous les avantages consentis doivent apparaître sur les prix pratiqués. Les Algériens sont à jour et ils savent ce qui se passe sur les autres marchés, ainsi que les prix pratiqués, tout comme ils font bien la différence entre les prix et la qualité également.

Pour M. Yousfi, «sans sous-traitance, cette industrie n’aura aucun sens». C’est pour cela, poursuit-il, que «nous encourageons cette branche, qui doit produire les principaux composants de la voiture». Comment à votre avis peut-on développer cette branche ?
Chaque opérateur concerné doit s’impliquer et motiver son partenaire étranger à travailler dans l’accompagnement et la création d’une véritable industrie de la sous-traitance, par des installations et l’encouragement en direction des équipementiers spécialisés qui ont une grande expérience à travers le monde. Les industriels locaux avec les encouragements des marques automobiles doivent également s’impliquer dans ce programme par la recherche de partenariats pour exploiter le potentiel industriel du pays.
Je suis convaincu que les pouvoirs publics vont encourager et motiver cette industrie de la sous-traitance. Il faut agir au plus vite et voir loin car le temps est précieux.

Laissez un commentaire

Culture

Sila 2018 : 970 maisons d’édition dans les stands !

Le commissaire du Salon international du

Culture -
26-09-2018
Prix Assïa-Djebar du Roman : Installation officielle du jury de l’édition 2018

La 4e édition du prix Assïa-Djebar a été

Culture -
26-09-2018
Tizi-Ouzou : 3e Salon national du patrimoine immatériel

Le coup d’envoi de la troisième éditio

Culture -
26-09-2018

Région

Bouira : 688 logements distribués

Quelque 688 logements, to

Région -
26-09-2018
Tlemcen : Meurtre à Ras El Qasbah

Le meurtre dans la soirée

Région -
26-09-2018
Souahlia : Opération coup-de-poing combinée

Une opération coup-de-p

Région -
26-09-2018

Der

Usine Kia de Batna : Séoul, un acteur montant de l’investissement en Algérie

Avec l’entrée en service de la nouvell

Der -
26-09-2018
DGSN : Unités aériennes, 1 643 heures de vol au compteur

Cette unité «vitale» de l’appareil de la

Der -
26-09-2018
Salon ALL4PACK à Alger : L’emballage, un secteur en pleine mutation

Aujourd’hui, le secteur de l’emballage

Der -
25-09-2018