Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 15 mai 2018 06:00

Discussions apaisées au Conseil d’association : Algérie-UE, le dégel

Écrit par Farid Messaoud
Évaluer cet élément
(0 Votes)
L’Union européenne et l’Algérie « réaffirment leur volonté que toutes les mesures relatives à leurs échanges commerciaux soient prises dans le respect de l’Accord d’association, qui intègre des mécanismes permettant de tenir compte des difficultés économiques rencontrées par l’une ou l’autre partie », ainsi que le souligne la « Déclaration conjointe » diffusée au terme de la 11e session du Conseil d’association Algérie-Union européenne tenue hier à Bruxelles.

Une réunion coprésidée par le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, avec la Haute Représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, Mme Federica Mogherini, il est envisagé que les discussions bilatérales engagées à cet effet pourront être finalisées dans les meilleurs délais et, si possible, avant la fin de l’année. Ainsi, les deux parties semblent avoir fait en sorte d’accomplir certains efforts et qu’il y ait un certain dégel. Il s’agit d’un rapprochement de vues qui devrait donner un nouvel élan au bilatéral après des mois de tension. L’heure est désormais à l’apaisement. Et chaque partie parait ronger son frein. Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a plaidé pour le renforcement du dialogue et de la concertation dans le but de « densifier » les relations bilatérales dans « l’intérêt mutuel » et « l’équilibre des intérêts ». Et, d’affirmer : « J’aimerais souligner que le dialogue et la concertation restent le meilleur moyen de rapprocher nos positions et points de vue pour les centrer sur les fondamentaux de notre relation globale, la densifier davantage dans l’intérêt mutuel et l’équilibre des intérêts et faire face aux défis communs de sécurité et de développement qui se posent à nous. » Pour le chef de la diplomatie algérienne, cette approche est « valable » aussi pour les questions commerciales ainsi que pour « les préoccupations » soulevées par l’UE concernant ses parts de marché en Algérie suite aux mesures de « rationalisation des importations » prises par le gouvernement algérien dans un contexte bien particulier. M. Messahel s’est dit, à ce titre, profondément convaincu que les discussions engagées par les deux parties sur ce dossier permettront d’arriver à des solutions « pragmatiques » et « acceptables » qui prennent en ligne de compte les intérêts légitimes de chaque partie. Le chef de la diplomatie algérienne voulait être audible et cohérent. Et il aura réussi l’oral. La partie européenne apprécie par la voix de la Haute Représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité. Celle-ci souligne que « notre partenariat progresse et se consolide, dans un esprit d’ouverture et de franchise qui caractérise les relations entre amis, donc aussi entre l’Union européenne et l’Algérie. L’UE reste engagée à accompagner les réformes politiques et économiques entreprises par les autorités algériennes. Nous avons discuté aujourd’hui de la façon la plus efficace possible dont nous pouvons y parvenir, pour les deux parties ». L’Union européenne et l’Algérie sont liées par un partenariat de longue date, dense et divers, qui a pour vocation d’œuvrer à la prospérité, au bien-être et à la sécurité de leurs peuples.

Soutien à la diversification économique
Les deux parties renouvèlent leur attachement à la mise en œuvre des « priorités communes » de partenariat et des conclusions de l’évaluation conjointe de l’Accord d’association, ainsi que leur engagement à approfondir leurs relations dans le but de réaliser un espace commun de stabilité, de démocratie et de prospérité partagée. Leur partenariat se fonde sur des principes partagés de démocratie, d’Etat de droit et de gouvernance. A cet égard, l’UE salue la voie des réformes engagées par l’Algérie suite à la révision constitutionnelle de 2016. Les deux parties soulignent l’importance du rôle de la société civile et de la démocratie participative et marquent leur intérêt pour un partage d’expérience dans ces domaines. Les deux parties s’engagent également à renforcer leur coopération en matière de diversification de l’économie algérienne, dans un contexte particulier induit par la chute des prix des hydrocarbures depuis 2014. Elles se félicitent à cet égard de l’adoption du Cadre unique d’appui, qui définit les priorités de la coopération technique et financière bilatérale au titre de l’Instrument européen de voisinage pour la période 2018-2020 et où le soutien à la diversification économique figure en première place. Un exemple de soutien à la diversification économique est la signature, lors du Conseil d’association cité plus haut, de la convention de financement du Programme d’appui au secteur de l’agriculture, y compris dans la gestion de l’eau, l’agro-industrie et la pollution agricole (Pasa).
Ce programme intersectoriel vient renforcer certaines filières stratégiques pour la sécurité alimentaire en Algérie et celles ayant un potentiel réel à l’exportation. Les parties soulignent par ailleurs l’importance d’un climat des affaires propice à l’entrepreneuriat et à l’investissement, ainsi que l’importance d’encourager les investissements directs comme moyen de renforcer leurs relations sur le long terme en vue d’un partenariat global et stratégique. L’adhésion de l’Algérie au Partenariat sur la recherche et l’innovation dans la région méditerranéenne (Prima), premier du genre dans la région, visant à développer des solutions innovantes pour répondre notamment aux défis de production alimentaire et de ressource en eau, témoigne également du partenariat multiforme entre l’UE et l’Algérie. Sur la base des liens traditionnels de l’UE et de l’Algérie en matière énergétique, les deux parties affirment leur volonté de dynamiser leur Dialogue de haut niveau en la matière, afin de renforcer la sécurité énergétique, consolider leurs échanges et promouvoir l’utilisation des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. Dans un autre registre, l’UE et l’Algérie saluent le lancement de la coopération dans le domaine de la protection civile et la gestion des risques majeurs. A titre d’exemple, et dans les domaines de renforcement des capacités et d’échange d’expériences pour faire face aux catastrophes, un exercice de simulation grandeur nature a eu lieu en Algérie, du 14 au 19 avril 2018, réunissant mille officiers de la Protection civile en provenance d’Algérie, de Tunisie et de plusieurs pays européens.

Laissez un commentaire