Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 17 mai 2018 06:00

Le constructeur chinois ZTE sanctionné par les Etats-Unis : Effet collatéral sur Algérie Télécom

Écrit par Farid Messaoud
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le constructeur chinois, ZTE, s’est vu interdire l’achat de composants essentiels provenant de fournisseurs américains, car celui-ci avait violé l’embargo en vendant des produits à l’Iran et à la Corée du Nord. Sur le marché, ZTE a dû mettre en pause ses usines.
C’est tout l’appareil de fabrication de téléphones, de fibres optiques et autres équipements télécoms, ainsi que le segment de distribution de l’entreprise, qui tourne au ralenti depuis le début du mois de mai. Au-delà des implications négatives pour la société chinoise, ce sont également de nombreuses compagnies partenaires à l’entreprise chinoise, notamment les opérateurs télécoms, qui craignent pour la stabilité de leurs activités. Plusieurs réseaux utilisent actuellement les équipements de ZTE en Afrique du Sud, au Nigeria, en Ouganda, au Soudan du Sud, au Congo ou encore en Guinée. La société a également remporté des contrats de déploiement de la fibre optique comme en Algérie. Cette situation inédite entraîne un effet collatéral malvenu sur Algérie Télécom, une entreprise qui a d’ailleurs engagé de gros projets dans la fibre optique. Elle fait perdre de l’élan aux activités de l’Opérateur historique qui essaye aujourd’hui de se moderniser et de faire prendre de l’ampleur et de l’importance aux nouvelles technologies. Il sait qu’il y a un déficit énorme en matière d’infrastructures technologiques qu’il faut combler. Il est également conscient que plus le déficit est élevé, plus le coût associé au rattrapage du retard l’est aussi. Il aura suffi qu’un câble à fibre optique rompe, pour que tout le pays, ou presque, soit paralysé. Les autorités semblent cependant en avoir tiré les enseignements. Aussi, réfléchissent-elles sur des solutions de rechange en cas de problème majeur similaire à ce qui s’est passé au large de Annaba, il y a trois ans. Par ailleurs, si le développement du numérique et de l’internet en est encore à des phases pas top, c’est parce qu’il renvoit à la sécurité au sens basique du terme, pas à la rentabilité économique. Ce pourquoi, il a fallu mettre au point des pare-feu de sécurité, sous-tendus par toute une législation. Au plan régional, Algérie Télécom est présente dans le projet de la « Dorsale Transsaharienne à fibre optique (DTS) ». Et là aussi, il n’est pas exclu que les sanctions encourues par ZTE contrarient les plans d’Algérie Télécom dans cette région inscrite dans une réelle dynamique et qui ne vend pas d’illusion d’optique. Le projet de la DTS vise à relier le Niger, le Tchad, le Nigéria et l’Algérie en fibre optique, tout en renforçant leur interconnexion avec le Bénin et le Burkina Faso. Il participera à la démocratisation de l’Internet à haut débit dans la région. Pour le Niger, la DTS permettra de poser 1510 kilomètres de fibre optique, ce qui devrait diviser le prix de la connexion. Le projet qui a des objectifs ambitieux entend doubler la proportion de personnes ayant accès à Internet au Niger en la faisant passer de 15% de la population à 30% d’ici 2020 quand il sera achevé. En outre, la contribution du secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans le PIB nigérien passera de 2,5% à 5%. La DTS est appelé à être un important vecteur de cohésion territoriale et sociale. A ce titre, il s’aligne principalement sur deux des cinq grandes priorités opérationnelles adoptées par l’Afrique : intégration régionale et amélioration du niveau de vie des populations bénéficiaires. Il est utile de noter que ZTE a promis de communiquer sur cette affaire, afin de rassurer les gouvernements et les opérateurs télécoms avec lesquels il est en affaire. Elle a indiqué qu’elle est en contact avec les autorités américaines afin de faciliter la modification ou l’annulation de ses sanctions.

Laissez un commentaire