Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : samedi, 31 octobre 2015

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé samedi un message à l'occasion de la commémoration du 61ème anniversaire du déclenchement de la Révolution du 1er Novembre 1954, dont voici le texte intégral :

Publié dans Actualite archives

L’Algérie persiste et signe. Pas de partition de l’Etat libyen en petits Etats ou en fédération. La solution à la crise multidimensionnelle qui secoue ce pays depuis 2011 viendra en respectant les frontières héritées de la fin de la période coloniale.

 

C’est le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, lui-même qui a signifié cette position aux puissances de ce monde, à savoir les Etats-Unis, la Russie, la Chine et les pays européens, rapporte l’agence de presse Anadolu. Pour l’Algérie, il n’est pas question de mettre sur la table des négociations toute possibilité remettant en cause l’unité territoriale de l’Etat libyen.
Citant une source diplomatique qui travaille au ministère des Affaires étrangères algérien, Anadolu a indiqué que la communication de Bouteflika est venue en réaction à une information relative à une proposition visant à diviser la Libye sur une base fédérale ou confédérale.
« L’Algérie fait des efforts considérables pour convaincre les grands pays du monde à rejeter cette proposition et préserver l’unité politique de la Libye », selon la source anonyme. Il a ajouté que l’Algérie tente également en ce moment de mobiliser les Etats arabes pour rejeter cette proposition dangereuse pour la stabilité de toute la région du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord et même du Sahel. L’Algérie, rappelons-le, a toujours refusé qu’on touche aux frontières héritées de la période coloniale. Un principe qu’elle a défendu lors du conflit au Soudan entre le gouvernement de Khartoum et les séparatistes du sud et dans le conflit entre l’Etat malien et les séparatistes du Nord. Alger estime que les scissions des territoires dans la région ouvriront la porte à la fragmentation des Etats et à la généralisation des conflits armés sur des bases ethniques, religieuses et autres. Une position que partagent les membres de l’Union africaine qui s’opposent eux aussi à cette politique de scission que des cycles occidentaux présentent comme la solution magique aux problèmes que rencontrent de nombreux pays du Sud.
Un spécialiste des relations internationales à l’Université d’Oran, le docteur Rajaa Jathri, indique à Anadolu que « l’Algérie a une politique étrangère constante sur la question des territoires. Elle milite pour le maintien des frontières héritées de la période coloniale et de préserver l’intégrité territoriale des pays voisins ».
M. Jathri estime que cette politique découle à partir de l’idée que toute division de pays voisins pourrait avoir des répercussions sur la situation politique et sécuritaire en Algérie.
En 2012, l’Algérie a rejeté la séparation du territoire Azawad du Mali et a réussi, avec la coopération d’autres pays africains et la France, à réunir l’Etat non reconnu de courte durée avec le Mali en organisant des sessions de dialogue pendant plusieurs mois.
Les experts en géostratégie estiment que pour faire face aux défis de la mondialisation, les petits pays doivent créer des regroupements régionaux. Ils croient également que les petits Etats agissant seuls vont rencontrer d’énormes difficultés pour s’imposer sur la scène politique et économique. 

Publié dans Der

Par Allaoua Boualem
La compagnie aérienne Tassili Airlines (TAL) compte ouvrir prochainement une nouvelle ligne régulière reliant Alger à Paris ans le cadre de son déploiement sur le réseau régulier international, a-t-elle indiqué dans un communiqué.
TAL opérera cette liaison à raison de deux fréquences par semaine à travers des avions de type Boeing 737 800NG d’une capacité de 135 sièges pour la classe économique et 20 sièges pour la classe affaires, précise-t-on.
Il s’agit de la quatrième ligne régulière internationale de TAL après celles d’Alger-Marseille, Alger-Strasbourg et Alger-Lyon.
L’ouverture de cette nouvelle ligne sera accompagnée d’une tarification promotionnelle et une très bonne qualité de service, aussi bien à bord qu’au sol, assure la TAL. La vente de billetterie se fera via le réseau de distribution propre de la TAL, les 158 agents agréés à travers le territoire national, le site Internet «E-Booking» et le nouveau site web de la compagnie avec la possibilité d’achat par cartes «Visa» ou «Master Card».
Tassili Airlines est autorisée à opérer de manière graduelle des vols internationaux grand-public avec 11 lignes vers la France, la Turquie et l’Italie.
Cet été déjà, la compagnie avait programmé des vols charter à destination de Paris (France) au départ d’Alger. S’étalant sur la période du 11 juillet au 28 octobre, ce programme comportait 64 rotations à destination de la capitale française à travers des vols aller-retour à raison de trois vols par semaine (Alger-Paris-Alger/Oran-Paris-Oran).
Ces vols sont «inscrits dans le cadre d’un programme d’exploitation contractualisé élaboré à la demande d’un tour opérateur européen» afin d’améliorer les conditions et la qualité de service notamment pour la communauté nationale à l’étranger, avait expliqué la TAL.
TAL possédait deux liaisons régulières vers la France, il s’agit des lignes Alger-Marseille et Alger-Strasbourg.
Créée en 1998 dans le cadre d’une joint-venture entre Sonatrach et la compagnie Air Algérie, TAL est devenue une filiale à 100% du groupe pétrolier algérien en 2005.
Avant de se lancer dans le transport domestique régulier grand public, la compagnie opérait, depuis sa création, dans le transport du personnel de Sonatrach, puis dans des dessertes internationales destinées aux travailleurs de sociétés étrangères présentes en Algérie. 

Publié dans Der

 Le groupe Ooredoo a rendu public jeudi dernier les résultats financiers des 9 premiers mois de l’année, marqués par les bonnes performances de sa filiale algérienne, Ooredoo Algérie, qui a collecté, au titre de son chiffre d’affaires, 83,6 milliards de dinars, une progression de 10% par rapport aux 76,2 milliards de dinars durant les neuf premiers mois de l’année 2014. Le résultat avant intérêts, impôts (taxes), dotations aux amortissements et provisions sur immobilisations (EBITDA) s’est élevé à 31,5 milliards de dinars pour les neuf premiers mois de l’année 2015 alors que les profits nets ont atteint 5,5 milliards de dinars algériens durant la même période. La base clientèle d’Ooredoo Algérie a également suivi une courbe ascendante de 14,1%, le nombre d’abonnés ayant atteint 13,1 millions au 30 septembre 2015 contre 11,4 millions au 30 septembre 2014. En un an, Ooredoo Algérie a pu recruter 1,61 million de nouveaux clients. Pour leur part, les investissements d’Ooredoo Algérie durant les neuf premiers mois de l’année 2015 ont atteint 17,3 milliards de dinars, engagés principalement dans la modernisation et l’extension du réseau de couverture 3G. Dans le groupe Ooredoo, au terme des 9 premiers mois de l’année 2015, Ooredoo Algérie représente 11,4% du nombre d’abonnés du groupe et 10,6% des investissements. A l’annonce de ces résultats, le directeur général d’Ooredoo Joseph Ged a déclaré qu’« Ooredoo Algérie continue d’enregistrer des résultats financiers positifs et en progression constante en dépit d’un marché fortement concurrentiel et des fluctuations des taux de change ». « Nous comptons poursuivre nos investissements sur le long terme en Algérie dans le déploiement de notre réseau 3G et en prévision du lancement de la 4G. Ooredoo demeure engagé dans le développement du secteur de la téléphonie mobile en Algérie et veillera à maintenir son leadership et celui de l’Algérie à l’échelle régionale et continentale. » Les résultats du 3ème trimestre 2015 confirment la fiabilité de la stratégie de développement et d’investissement à long terme de Ooredoo (Algérie). Cette politique d’investissement efficace est appelée à se renforcer pour continuer à contribuer au développement du secteur national de la téléphonie mobile, poursuit-il. 

Publié dans Der

 Le conseiller chargé de la communication au ministère de la Santé, Slim Belkessam s’est exprimé, hier, dans une déclaration à l’APS sur le plan d’action pour la centralisation des rendez-vous de radiothérapie qui est, selon lui, en cours d’élaboration. Cependant, il a reconnu l’existence de pratiques de corruption dans la prise des rendez-vous de radiothérapie pour les cancéreux. Si le plan de centralisation vise à réduire davantage les délais et éviter les déplacements des malades entre les différents centres du pays, les pots-de-vin pratiqués dans ce genre de programmation ne seront pas sans sanctions, selon M. Belkessam. Les qualifiant d’immoraux, le cadre du ministère a déploré ce genre d’agissements, en indiquant que certains rendez-vous sont fixés contre une somme d’argent. M. Belkacem, a souligné que le ministère prendra toutes les décisions et mesures, y compris le recours à la justice pour dénoncer ces pratiques. Par ailleurs, il a précisé que le nouveau plan de centralisation des RDV prévoit une réduction des délais après l’ouverture des centres de Sidi Bel Abbès, Tlemcen, Laghouat, Draâ Ben Khedda (wilaya de Tizi Ouzou), Béchar, Chlef et El Oued en 2016, outre l’équipement du CPMC et du centre de Blida en nouveaux accélérateurs. Dans le même sillage, le cadre du ministère n’a pas manqué de souligner les améliorations qu’a connues le système de RDV pour les radiothérapies en Algérie. La programmation des rendez-vous de radiothérapie a connu « une amélioration palpable » en ce qui concerne les délais, notamment au Centre Pierre et Marie Curie (CPMC, Alger) après l’ouverture des centres anticancer dans les wilayas de Sétif, Batna et Annaba et la mise en marche des accélérateurs de Messerghine (Oran) et de Constantine.
De son côté, le Pr Sihem Oukrif, chef de service de radiothérapie au CPMC, a indiqué que les rendez-vous de radiothérapie pour le cancer du sein ont été rapprochés (de 14 à 9 mois) au cours de ces dernières années. De nombreuses patientes tentent de s’inscrire dans d’autres centres à travers le pays pour réduire l’attente, a affirmé la spécialiste qui fonde de grands espoirs sur le plan de centralisation des rendez-vous élaboré par le ministère de la Santé pour redresser la situation. La spécialiste a ajouté que malgré l’ouverture d’autres centres à travers le pays, le CPMC continue de fonctionner au-delà de ses capacités et des délais fixés par le contrat de maintenance.

Publié dans Der

Soixante-deux contrebandiers de différentes nationalités ont été arrêtés dans le sud du pays durant les dernières 48 heures par des détachements de l’Armée nationale populaire (ANP) lors d’opérations menées dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la criminalité organisée. C’est ce qu’a indiqué hier un communiqué du ministère de la Défense nationale. «Dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la criminalité organisée, des détachements relevant des secteurs opérationnels de Bordj Badji Mokhtar et d’In Guezam (6ème Région militaire) ont arrêté, les 28 et 29 octobre 2015, au cours des opérations de recherche et de fouille, cinquante-deux contrebandiers de différentes nationalités et ont saisi sept véhicules tout-terrain, un véhicule touristique, seize détecteurs de métaux, des téléphones portables, des médicaments, une quantité de carburant et d’autres objets», précise le communiqué. Par ailleurs, «au niveau de la 2ème Région militaire, des éléments des Gardes-frontières relevant du secteur opérationnel de Tlemcen ont saisi, les 28 et 29 octobre 2015, une quantité de kif traité s’élevant à 750 kilogrammes et 600 litres de carburant», relève la même source. «Au niveau de la 4ème Région militaire, des détachements relevant des secteurs opérationnels d’El Oued et de Djanet ont arrêté, les 28 et 29 octobre 2015, dix contrebandiers de différentes nationalités et ont saisi deux camions, deux véhicules tout-terrain, 35.700 bouteilles de différentes boissons et une somme d’argent s’élevant à 38.700 dinars «, ajoute-t-on.
Toujours, au niveau du secteur opérationnel d’El Oued «une tentative de contrebande d’une quantité de carburant de 1 400 litres a été déjouée le 29 octobre 2015, par les éléments de la Gendarmerie nationale».

Publié dans Der

Je suis la reine du sport roi en Afrique. Je suis celle qui fait chavirer les cœurs, embraser les galeries et déchaîner les passions. J’ai traversé les temps et les générations et j’en suis à ma 51e édition. Malgré toutes ces années, mon prestige et mon éloquence sont restés intacts. Pour preuve, nombreux sont ceux qui me désirent, mais un seul pourra me brandir. Ce soir (20h30), il me reste deux ultimes prétendants. L’USM Alger et le TP Mazembe se disputeront l’honneur de m’étreindre avec une volonté qu’on ne peut leur restreindre. Je suis le renom et la porte vers la gloire. Je suis… la Ligue des champions.

Le jour J ! Un rêve fou à réaliser et une histoire à écrire. Le premier acte de l’étape finale. Après l’ES Sétif, l’an passé, c’est un autre club algérien (le 5e de l’histoire de la C1) qui a l’opportunité de graver son nom en lettres d’or dans le palmarès de la Ligue des champions CAF. Le TP Mazembe sera le dernier écueil à franchir. La dernière escale pour s’offrir une virée sur le toit de l’Afrique du football. Avant le match retour, qui s’annonce d’ores et déjà compliqué pour les Usmistes quel que soit le résultat de ce soir, l’USM Alger aura l’occasion d’évoluer devant ses inconditionnels et dans son stade fétiche pendant 90 minutes. Une heure et demie accordée à Mohamed Lamine Zemmamouche & Cie pour prouver qu’ils méritent d’être là. Que le sacre peut être ramené dans une semaine de Lubumbashi. L’adversité sera rude étant donné que l’enjeu est de taille. Indubitablement, c’est le genre d’occasions qui peuvent ne pas se représenter pour certains. Ça sera donc le moment ou jamais pour marquer l’histoire et étoffer le palmarès. Une vitrine qui aurait pu être plus garnie si ce n’est cette guigne qui a longtemps poursuivi le club algérois. Les finales perdues, les gars de Soustara en ont connues pas mal. Un paquet même. L’épreuve populaire (Coupe d’Algérie) les a boudés à neuf reprises (record absolu) sur les 17 fois où ils se sont présentés en finale. Pour ce qui est des compétitions continentales, l’Ettihad n’a jamais atteint ce stade, en échouant deux fois à l’avant-dernière étape (1997 et 2003). Les supporters rouge et noir en particulier et les Algériens en général espèrent que la première sera la bonne pour les Unionistes qui auront fort à faire face aux Congolais. Le vis-à-vis du jour est loin d’être prenable, mais il n’est toutefois pas imbattable. Les Sétifiens l’ont, d’ailleurs, démontré, il y a tout juste un an, en l’éliminant en demi-finale de l’opus 2014 de ce même tournoi. Un héritage footballistique assez conséquent pour le club drivé par Patrice Carteron. Quatre fois vainqueur dans cette épreuve (1967, 1968, 209 et 2010), deux fois finalistes (1969 et 1970) et cinq apparitions dans le carré d’as lors des sept dernières années… Rien que ça. Une carte de visite relativement plus riche comparée à l’équipe algérienne. Cependant, les données du papier ne présagent jamais de rien dans ce sport qui n’obéit à aucune logique ou science exacte. Pour ce qui est des effectifs, les deux concurrents regroupent de bonnes individualités. Si Carteron dispose de l’ensemble de ses éléments, ça ne sera pas le cas pour son homologue Miloud Hamdi qui devra composer avec des défections (Darfalou et Abdellaoui) et suspensions (Meftah et Andria). Le onze vainqueur d’Al Hilal Omdurman en demies sera retouché. Il n’empêche que le driver de l’actuel leader de la Ligue 1 Mobilis a promis d’aligner le meilleur «starting XI » pour cette opposition de luxe. Beaucoup disent qu’«une finale ne se joue pas, mais se gagne». Cependant, pour cette soirée cinq étoiles, Nacer Eddine Khoualed et ses camarades devront essayer de marquer. Pour y parvenir, il faudra faire vivre le ballon. Evoluer assez haut et jouer crânement ses chances pour ne rien regretter. Prendre les dispositions « comptables » avant de se rendre en République démocratique du Congo dans cinq jours. Ce qui est bien, c’est que l’USM Alger ne montera dans l’avion qu’une fois, tandis que les « Niveleuses de route » (signification de Mazembe en swahili qui est la langue parlée en Afrique sud-équatoriale) devront retourner en RDC dès dimanche. Un double trajet pour les compères de Robert Muteba Kidiaba qui pourrait peser sur les organismes et jouer en faveur des nôtres en prévision d’un second acte décisif. Avant la seconde manche, prévue le 8 novembre, on espère que les filets du dernier cité auront tremblé au moins une fois et que ceux de Zemmamouche restent inviolés. Etre solides et réalistes, l’équation est simple. Son application, quant à elle, dépendra de beaucoup de variantes.

Publié dans Sports

 Quelques jours à peine après avoir pris en main la formation du Mouloudia d’Alger, le coach Meziane Ighil est déjà dans une situation difficile et se trouve sous les feux des critiques des inconditionnels du doyen des clubs algériens. En effet, le Mouloudia se trouve déjà dans une situation difficile avec des résultats loin de ce qu’espéraient les fans. Après la défaite face au NAHD lors du derby algérois, le MCA a été tenu en échec par l’équipe du RC Arba dans un match avancé comptant pour la 10e journée de la Ligue 1 Mobilis et qui s’est joué avant-hier soir au stade 5-Juillet.
Les deux clubs se sont neutralisés au terme d’un match à rebondissements (3-3). La première réalisation a été inscrite par Abid en première période (21e). L’attaquant champion du monde militaire, prêté par l’USM El Harrach, marque son premier but avec le Mouloudia et retrouve le chemin des filets en Ligue 1 après de longs mois de disette. Le second sera l’œuvre de Karaoui en deuxième période (56e). Hachoud profite d’une erreur d’Oussama Merhazem pour corser l’addition (66e), avant le retour en force du RCA. Yettou (73e), Keita (82e) et Mahsas à la dernière minute permettent à Ezzerga de revenir au score au terme d’un incroyable come-back.
En fin de match, Meziane Ighil a été interpellé avec véhémence par un supporter, mais le coach du MCA a gardé son calme et répondu tranquillement au « fan » excité. Ighil sait maintenant ce qui l’attend et la difficulté de la mission, d’autant plus que la pression est toujours énorme au Mouloudia qui est le club le plus populaire d’Algérie. Il se doit de redresser la barre sous peine de se retrouver dans une situation plus compliquée et vivre donc ce que le club a déjà vécu la saison dernière quand il a assuré son maintien de justesse à quelques jours de la fin de saison.

Publié dans Sports

L’attaquant international algérien Karim Matmour, qui n’est plus convoqué en sélection nationale depuis 2012, ne perd pas espoir de retrouver les Verts en vue des prochains challenges, en particulier la Coupe du monde 2018 dont le deuxième tour des éliminatoires (zone Afrique) aura lieu en novembre. « Retourner en sélection algérienne reste l’un de mes objectifs. J’estime avoir encore les capacités pour servir de nouveau l’Equipe nationale, mais je préfère pour le moment ne pas brûler les étapes, car il me faudra rejouer dans le plus haut niveau pour ensuite prétendre à un come-back chez les Verts», a déclaré Matmour, mercredi soir, en marge de la cérémonie de remise du Soulier d’or algérien à Alger. Matmour avait demandé en 2012 d’être dispensé provisoirement des rencontres de la sélection nationale, une demande mal appréciée par le sélectionneur de l’époque, le Bosnien Vahid Halilhodzic, décidant de l’exclure définitivement de ses plans. « Je crois qu’il y a eu une mauvaise interprétation à ma demande de me dispenser des rencontres de l’Equipe nationale, raison pour laquelle je me suis retrouvé écarté définitivement des Verts. J’ai essayé d’éclaircir les choses avec le président de la Fédération algérienne de football (Mohamed Raouraoua, ndlr), mais ce dernier a buté sur l’intransigeance d’Halilhodzic qui a refusé d’entendre parler de mon éventuel retour en sélection. Quelque part, je lui en veux », a-t-il lâché. La présence à la barre technique nationale du Français Christian Gourcuff et surtout de son adjoint Yazid Mansouri, avec lequel Matmour a joué pendant de longues années en équipe algérienne, pousse le joueur de 30 ans à s’accrocher à l’espoir de revêtir le maillot national.

Publié dans Sports

C’est un sentiment de «hogra» qui envahit l’athlète Boudjaadar et son entraîneur, qui voient un travail de toute une année partir en fumée juste parce que l’encadreur d’une athlète grecque a formulé des réserves à une demi-heure de la remise des médailles contre un jet de Boudjaadar, le qualifiant non conforme à la réglementation.

L’athlète algérienne Ismahane Boudjaâdar a été destituée de sa médaille d’argent aux championnats du monde d’athlétisme handisport, après avoir terminé deuxième le concours du poids, classe F33, mercredi passé au stade Suhaim-Bin-Hamad à Doha, au Qatar, lors de la 6e journée des compétitions.
Boudjaadar, engagée au lancer de poids aux côtés de sept autres concurrentes, avait été pourtant allée au terme du concours (six essais), réalisant un parcours parfait, avec à la clé un nouveau record d’Afrique de la classe (5,75 m), réussi à deux reprises, aux 5e et 6e essais.
Une fois le concours terminé et les résultats finaux affichés, les athlètes participantes sont priées, comme il est d’usage, de quitter le terrain et les trois premières de rejoindre la chambre du protocole, pour retirer les convocations pour la remise des médailles (heure de la cérémonie de remise des médailles).
L’athlète algérienne et son entraîneur Abdelmadjid Kahlouche, au même titre que le vainqueur du concours et la 3e du concours, se sont présentés et se sont vu remettre lesdites convocations, qui comportaient la date et l’heure de la cérémonie (28 octobre à 20h08).
Une demi-heure avant la cérémonie, l’entraîneur algérien a été convoqué pour lui signifier que la médaille de Boudjaâdar lui a été destituée pour une protestation des responsables de la délégation de l’athlète grecque Anthi Liagkou (4e du concours avec 4,85 m) contre un jet de Boudjaâdar, le qualifiant non conforme à la réglementation. Les Grecs ont eu finalement gain de cause, puisque leur athlète a pris la médaille de bronze, derrière l’Australienne Bydee Moore (argent avec 5,31 m) et la championne du monde russe, Svetlana Krivenok (6,30 m).
«Je ne comprends pas qu’on puisse nous donner la convocation pour nous présenter à la cérémonie de remise des médailles, et une demi-heure avant, on apprend que notre athlète est destituée de sa médaille pour laquelle elle a sué sur le terrain pour la gagner. C’est désolant, vraiment désolant », a déclaré Kahlouche. La protestation formulée par des responsables de la délégation algérienne n’a pas eu de suite. Pis, l’athlète a été déclassée au classement final du concours et tous ses essais ont été annulés.
Boudjaâdar, elle, n’en revenait pas, qualifiant d’«injuste » la décision de la commission technique du concours qui l’a privée d’une consécration méritée. «C’est une année de dur travail qui part en fumée. J’ai fait beaucoup de sacrifices pour réaliser une bonne performance au Mondial du Qatar, hélas, je retourne bredouille à la maison », a indiqué l’athlète, attristée par ce qui lui est arrivé.
L’athlète, dont c’est son premier Mondial, a assuré en outre que cet incident ne va pas l’affecter outre mesure, et donne rendez-vous à ceux qui lui font confiance et croient en ses potentialités pour les jeux Paralympiques de Rio, pour lesquels elle va redoubler d’efforts, promettant une consécration paralympique.
Il faut noter que la 6e journée des Mondiaux de Doha a permis à l’Algérien Allel Boukhalfa de se qualifier en finale de l’épreuve du 100 m (T35), aux temps, avec un chrono à 13.27 et une 4e place dans la première série.

Publié dans Sports
Page 1 sur 5