Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : mardi, 21 juillet 2015

Alors que l’Algérie organise aujourd’hui une conférence internationale sur « la dé-radicalisation et la lutte contre l’extrémisme », le voisin marocain a ouvert hier sa conférence inaugurale de l’Initiative maroco-américaine sur « la sécurité des frontières ».

Deux conférences qui, malgré la différence des thèmes choisis, se croisent dans le chapitre relatif à la lutte contre le phénomène transnational, qu’est le terrorisme.
Organisée en collaboration avec le Global Counter Terrorism Forum (GCTF ou le Forum mondial pour la lutte contre le terrorisme) et le Centre des Nations unies contre le terrorisme (CCT), la conférence, qui se tient dans la ville marocaine d’El Jadida, a vu la participation de trente pays. Elle se veut, selon ses organisateurs, « une plateforme pour échanger, discuter et analyser des lacunes ayant trait au terrorisme et à la sécurité des frontières, mais aussi pour partager les bonnes pratiques de la gestion coopérative des frontières ». Pourtant, en pratique, les choses ne sont pas si simples qu’elles sont envisagées en théorie. Et pour cause, le royaume chérifien n’est pas vraiment coopératif en ce qui concerne la sécurité des frontières. Sa relation tendue avec l’Algérie, en raison du conflit avec le Sahara occidental, pour lequel Alger plaide depuis des années pour le droit des peuples à l’autodétermination, fait de lui un mauvais partenaire.
Ce que n’a pas manqué de souligner, d’ailleurs, le rapport du Département d’Etat américain sur le terrorisme en 2014, qui relève une faiblesse de la coopération entre Rabat et Alger en matière de sécurité. Bien que les deux pays participent, avec la Tunisie, le Burkina, le Nigeria et le Sénégal à plusieurs programmes américains, dont le plus connu est le Partenariat transsaharien contre le terrorisme (Trans-Sahara Counter Terrorism Partnership - TSCTP), qui remplace depuis 2005 l’Initiative Pan-Sahel (Pan-Sahel Initiative - PSI), cela n’a pas contribué à désamorcer l’atmosphère, ni à booster la coopération bilatérale. Le « niveau de leur coopération bilatérale dans la lutte contre le terrorisme ne s'est pas amélioré en 2014 », souligne le rapport du Département d'Etat, estimant que le désaccord politique entre l'Algérie et le Maroc sur le Sahara occidental « reste un obstacle à la coopération dans le contre-terrorisme bilatéral et régional ».

LA DROGUE, UN PHÉNOMÈNE RAVAGEUR AUTANT QUE LE TERRORISME
Il est un secret de Polichinelle, le commerce florissant de la drogue que pratique de façon « quasi-officielle » le royaume chérifien, qui se classe en haut du tableau des pays exportateurs de cannabis. De ce fait, il est évident que le Maroc aurait du mal à coopérer avec l’Algérie en matière de sécurité des frontières, puisque cet objectif comprend, outre la lute contre la circulation clandestine des personnes et le terrorisme, la lutte contre le trafic de carburant et de la drogue. Contrairement à la relation avec Rabat, Alger coopère mieux avec le voisin de l’Est. Pour contenir le flux d’armes qui circulent dans la région du Sahel, l’Algérie et la Tunisie ont augmenté leur coopération, notamment par l’échange régulier de renseignements et de programmes de formation, en plus de la mise en place de nouveaux postes de contrôle et de patrouilles tout le long de la frontière.
Bien que l’initiative de la conférence maroco-américaine revêt une importance capitale, au regard des thématiques contenues dans le programme, dont « Les lacunes en capacités et les besoins des systèmes nationaux de sécurité et de gestion des frontières », « Les méthodes pour interdire les mouvements de terroristes et de criminels transnationaux, organisés à travers les frontières » ou encore « Le renforcement de la coopération transfrontalière et l'échange d'informations entre les communautés locales, les Etats voisins et dans les régions associées », il est pourtant légitime de s’interroger sur ses résultats. Ces derniers étant tributaires d’une confiance mutuelle entre pays voisins. Or, ce n’est pas le cas du Maroc actuellement envers l’Algérie, qui un acteur majeur dans la région en ce qui concerne la lutte contre le terrorisme. 

Publié dans Der

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, a décerné des prix symboliques aux détenus de l’établissement pénitentiaire d’El Harrach ayant réussi avec mention les examens du BAC et du BEM. La cérémonie, organisée dans l’enceinte de la prison, a été ouverte par la lecture des versets coraniques par un détenu classé premier dans la récitation des textes sacrés lors de la compétition du mois de Ramadan. L’assistance était composée principalement des détenus et de leurs familles, de la presse et des cadres des ministères et de l’administration pénitentiaire.
Des personnalités à l’image du président de la Commission nationale consultative de protection et de promotion des droits de l’Homme, Me Ksentini, du président de l’Association des oulémas Abderrazak Guessoum et le représentant de l’Union Européenne en Algérie, ont également marqué leur présence à côté du ministre des Affaires religieuses et des wakfs, Mohamed Aïssa, de la ministre de la Solidarité, Mounia Meslem et de la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit.
Lors du discours du directeur de la prison, seul à être intervenu lors de cette cérémonie, il a rappelé que cette année a vu 1 513 détenus obtenir leur baccalauréat sur 2 373 candidats détenus, tandis que 3 346 d’entre eux ont réussi à avoir leur BEM sur un nombre de 5 372 candidats. Le directeur du pénitencier d’El Harrach a, cependant, informé que 81 627 détenus sur le territoire national sont inscrits dans les différents établissements d’enseignement et de formation professionnelle.
A noter que parmi les lauréats des prix on trouve les meilleurs détenus ayant réussi au BAC et au BEM, ceux classés premiers ont obtenu respectivement une moyenne de 14.17 et de 16.69 selon le directeur. Par ailleurs, les directeurs des deux établissements de Chlef et de Khenchela ont reçu le prix des meilleurs résultats.
Représentées par leurs directeurs, les deux prisons ont eu pour celui de Chlef un résultat de 91% dans l’examen du BAC et le deuxième 89,87% dans l’examen du BEM. 

Publié dans Der

La situation s’est décantée hier au niveau de la tuberie sans soudure (TSS), après avoir connu un regain de tension en cette matinée de mardi 21 juillet. En effet, les responsables de cette unité de production ainsi que les autorités locales ne s’étant pas inquiétés, l’ensemble des ouvriers (près de 300) ont bloqué tous les accès au complexe sidérurgique depuis 7h du matin, ce qui a paralysé la quasi-totalité des ateliers et unités.
Une situation intolérable pour le complexe, véritable poumon de l’économie régionale. Ce qui a amené une réaction énergique des autorités locales, qui craignaient un débordement, car les ouvriers menaçaient d’investir la rue. L’arrivée d’un escadron de la gendarmerie sur les lieux (le groupe d’intervention rapide d’El Hadjar) et son déploiement a fait monter la tension d’un cran et les ouvriers étaient prêts à tout, déterminés comme ils étaient à maintenir le siège. Le commandant de l’escadron, en responsable avisé, a dialogué avec les représentants des travailleurs pour arriver finalement à un accord en compagnie du chef de daïra d’El Hadjar, prenant l’engagement de régler la situation dans les quatre jours qui suivent. Le directeur général de la TSS s’est engagé, pour sa part, à verser les salaires du mois de juin incessamment et de revoir la convention collective de façon à y intégrer les augmentations demandées relatives à la prime de panier et à l’indemnité de la femme au foyer. Reste le problème des syndicalistes licenciés, pomme de discorde entre les deux parties en conflit. La direction maintient le licenciement et propose une réintégration au complexe ArcelorMittal dès que des postes seront disponibles. Proposition refusée et rejetée catégoriquement par les travailleurs en assemblée générale, qui ont décidé à son issue la reprise du travail en lançant un ultimatum en vue de la réintégration dans leurs postes des syndicalistes licenciés, ultimatum qui prendra fin lundi prochain. « Si mardi prochain, les syndicalistes ne retrouvent pas leurs postes, nous reviendrons à la charge et nous bloquerons tout », nous a déclaré hier le secrétaire général du syndicat de l’entreprise. Ce qui est positif dans cette affaire qui a failli tourner au drame au vu de la détermination des ouvriers, c’est cette sagesse qui a prévalu, puisque la crise s’est dénouée sans heurts avec les forces de l’ordre. 

Publié dans Der

Pas moins de 416 personnes ont été tuées et plus de 3.356 blessées sur les routes algériennes pendant le mois de Ramadan, selon un bilan fourni par la gendarmerie nationale. L’excès de vitesse, le dépassement dangereux, le non respect des signalisations, en plus de l’insouciance des piétons sont à l’origine de ces accidents.
Selon le même bilan 1.920 accidents se sont produits pendant le mois sacré.
Le comportement des automobilistes demeure la principale cause de ces accidents avec un taux de 88% par rapport à l’ensemble des accidents recensés. L’excès de vitesse est l’une des premières causes des accidents avec 806 cas, suivi des dépassements dangereux avec 241 cas et du non-respect de la distance de sécurité et du code de la route en général avec 106 cas. Sans oublier, évidemment, les spécificités liées à ce mois, à savoir la fatigue et le manque de sommeil dont souffrent bon nombre de conducteurs.

Publié dans Der

Le Croissant-Rouge algérien (CRA) s’est mobilisé pour faire parvenir 70 tonnes d’aide humanitaire multiforme aux populations libyennes vivant dans les zones frontalières avec l’Algérie. L’opération est préparée et supervisée par l’antenne du CRA d’Illizi avec le concours de l’armée qui a réquisitionné deux de ses avions pour transporter l’aide d’Alger vers Djanet, avant qu’elle ne soit acheminée via le poste frontalier de Tinelkoum, à 210 km de ville de Djanet. Une enveloppe de 80 millions dinars a été consacrée, fin 2014, par l’Etat algérien pour l’acquisition de denrées alimentaires de base et de médicaments au profit des populations libyennes vivant dans les zones frontalières avec l’Algérie.

Publié dans Der

L’association des anciens élèves, professeurs et amis du lycée technique d’Alger (2 Alta) informe qu’elle organise une cérémonie de distribution de prix aux élèves du BAC ainsi qu’aux élèves les plus méritants des 1re et 2e année secondaire, le 25 juillet 2015, à 14h00, au lycée Ibn El-Haythem, sis au 203 rue Mohamed-Belouizdad, (ex-Ruisseau) Alger.
Cette cérémonie sera suivie d’une rencontre des anciens, avec un buffet dinatoire à partir de 19h00. La participation à cette soirée passe par une réservation et une inscription auprès de Mme Nawal Boudiaf, N° tel : 0770 30 26 86, qui vous informera des modalités.
Le bureau de 2Alta.

Publié dans Der

L’ancien portier de la formation de Sidi Bel Abbès voit enfin le bout du tunnel. Il pourra ainsi jouer, lui qui pensait qu’il allait passer une année blanche.

L’affaire du gardien de but de l’USM Bel Abbès, le Franco-Algérien Matijas, qui a signé au Mouloudia d’Alger sans être qualifié en raison de son différend avec son ancien club, vient de trouver une issue favorable. En effet, ce dernier a réglé son problème à l’amiable. Ainsi, le joueur a dû payer le prix de sa lettre de libération pour pouvoir jouer officiellement avec les Vert et Rouge. Une bonne nouvelle pour ce dernier, lui qui allait se trouver dans de sales draps s’il n’avait pas pu disposer de sa lettre de libération. Même s’il devait des mensualités au club et qu’il avait déposé son dossier au niveau de la commission des litiges, Matijas ne pouvait partir que si les issues du dialogue étaient fermées. Or, le club de la Mekerra était disposé à trouver une solution et avait fait valoir ses droits, surtout que le gardien avait signé au Mouloudia avant même d’attendre le verdict de la commission, ce qui est contraire à la réglementation. Ainsi, le joueur a procédé hier à la signature de son contrat, qui sera, cette fois-ci, déposé au niveau de la LFP pour que ce dernier soit officiellement qualifié pour porter les couleurs du club cette saison. C’est une véritable délivrance pour l’ex-keeper de l’USMBA, qui sera un véritable concurrent pour l’ancien international, Fawzi Chaouchi. Par ailleurs, le joueur de l’EN olympique, Chita, a tenu à rassurer les fans du Mouloudia qu’il n’a pas été blessé lors du dernier match de la sélection face au Sierra Leone, mais qu’il a juste ressenti une crampe au niveau du mollet, ce qui a contraint ce dernier à laisser sa place au joueur du CRB, Draoui. Chita, qui avait subi une intervention chirurgicale, estime qu’il devrait être prêt pour reprendre les entraînements avec l’équipe qui a besoin de ses services.

Publié dans Sports

Le milieu international algérien, Mehdi Abeid, dont l’avenir avec Newcastle (Premier League anglaise) est incertain, intéresse les deux formations de Ligue 1 française, Lille et Montpellier, rapporte lundi le site de L’Equipe. Les deux clubs seraient entrés en contact avec Newcastle pour s’attacher les services d’Abeid (22 ans), un temps convoité par le club grec de Panathinaikos, précise la même source. Abeid, auquel il reste un an de contrat, ne semble pas faire partie des plans des Magpies. Le joueur algérien, dont la saison a été marquée par des blessures à répétition, n’a pas été utilisé régulièrement par le staff technique. Forfait pour la dernière Coupe d’Afrique des nations (2015) en Guinée équatoriale pour blessure, l’ancien Lensois a effectué son retour chez les Verts à l’occasion de la réception des Seychelles (4-0), le 13 juin dernier à Blida.

Publié dans Sports

L’attaquant algérien, Idriss Saâdi, a repris les entraînements avec son club français de Ligue 2, Clermont Foot, après six mois d’absence à cause d’une méchante blessure au genou qui l’a obligé de passer sur le billard. Saâdi s’était illustré la saison passée en signant 11 buts au cours de la phase aller, avant d’être stoppé dans son élan par sa blessure. Son sens du but lui avait d’ailleurs permis de taper dans l’œil du sélectionneur d’Algérie, le Français Christian Gourcuff, qui comptait lui faire appel. Le joueur de 23 ans formé à l’AS Saint Etienne (Ligue 1, France) espère rattraper le temps perdu en renouant avec la compétition à l’occasion de la nouvelle saison. Son dernier but remonte à décembre 2014.

Publié dans Sports

Le RC Relizane, nouveau promu en Ligue 1 algérienne de football, effectuera un stage préparatoire à Sétif à partir du vendredi 24 juillet, a-t-on appris auprès de la direction du club de l’ouest. Ce regroupement, qui sera effectué à l’école des sports olympique d’El Baz, s’étalera jusqu’au 28 juillet et sera ponctué par deux matches amicaux, précise la même source. Le premier test amical des joueurs de l’entraîneur Omar Belatoui sera face au MCE Eulma (Ligue 2), alors que le second se jouera contre la JS Saoura (Ligue 1). Les deux matches seront disputés au stade 8-Mai-1945. Ce stage sera suivi par un second stage précompétitif à Aïn Témouchent ou à Tlemcen. Côté recrutement, le RCR, qui retrouve le palier supérieur du football national après 25 ans d’absence, a été très actif dans le marché des transferts en engageant pas moins de 14 éléments. Le RCR entamera la saison footballistique 2015-2016 en déplacement face à l’autre promu, le DRB Tadjenanet, à l’occasion du lever de rideau prévu le week-end du 14 et 15 août.

Publié dans Sports
Page 1 sur 12