Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

Reporters - Filtrer les éléments par date : vendredi, 15 janvier 2016

Le monde institutionnel du sport est de plus en plus pourri. Les mythes s’effritent et les vérités éclatent au grand jour. Après le séisme qui a secoué la Fifa, un typhon frappe l’instance internationale de l’athlétisme (IAAF). Tout a commencé par la mèche du dopage massif des athlètes russes pour conduire à un scandale financier. Une affaire de corruption, contrats de partenariat douteux et extorsion d’argent, dont l’ancien président Lamine Diack avait bénéficié.

 

L’Agence mondiale antidopage (AMA) ne lutte visiblement que contre le mauvais sang et les substances illégales qui optimisent la performance. En tenant un fil conducteur avec le dopage d’Etat en Russie, l’organisation a mis en place une commission d’enquête (CI) pour voir l’étendue d’un scandale sans précédent. En secouant le cocotier, une tête, et pas des moindres, est tombée. Celle du boss sortant de l’IAAF, Lamine Diack. «Corruption passive» et «blanchiment aggravé» sont les deux griefs retenus contre le Sénégalais qui a géré la plus haute structure de 1999 à 2015, non sans laisser des preuves suffisamment accablantes. Des contrats paraphés dans des périodes coïncidant avec l’attribution de l’organisation d’évènements sportifs aux nations mères du sponsor en question. Le constat des observateurs des affaires de l’IAAF vient étayer cette éventualité, en exposant les dates des partenariats signés par l’association suprême et l’attribution des championnats du monde. Daegu (Corée du Sud) en 2011, Moscou en 2013, Pékin en 2015 ont organisé les défuntes éditions des mondiaux, tandis que les prochains, prévus en 2019, ont été confiés à Doha. Et d’importants parrainages ont été signés avec le groupe sud-coréen Samsung, le géant pétrolier chinois Sinopec ou la banque russe VTB Bank. Pour ne rien arranger, les Championnats du monde 2021 se dérouleront à Eugene (Oregon/Etats-Unis) qui est, ni plus ni moins, que le fief du géant équipementier Nike. La marque à la Virgule est un acteur influent et majeur dans le circuit de l’athlé universel. Une démarche surprenante, d’autant plus que l’octroi s’est fait sans avoir fait un appel à candidature. Une démarche on ne peut plus surprenante qui a mis la puce à l’oreille du parquet national financier. Devant ces suspicions, la commission indépendante de l’AMA, dans son rapport, a recommandé qu’«une entité indépendante conduise un audit complet des contrats, des accords de marketing et de sponsoring concernant Papa Massata Diack». Tiens tiens, ce nom n’est-il pas un homonyme de l’ancien boss de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme ? Il s’agit, tout simplement, de son fils qui était consultant en marketing de ladite institution sous le règne du père.

QUAND DIACK NOUS FAIT UNE BLATTER
Avec tous ces indicateurs, le lien est inévitable. Mêmes symptômes que ceux dont avait souffert la Fifa et, éventuellement, les mêmes scénarios pour le même sort. Lamine Diack marche sur les traces de Sepp Blatter tout comme ses larrons. Il risque gros, même s’il n’est plus en place. Bien qu’il pensa ne rien risquer et qu’il s’en était sorti indemne de ces (éventuelles) magouilles (parce que rien n’a été formellement prouvé jusqu’ici), les accusations sont graves et passibles de sanctions pénales. Pour preuve, Interpol a mis le gendre Papa Massata sur la Red Notice (la liste des personnes les plus recherchées, NDLR). C’est, en tout cas, ce que l’organisation internationale de coopération policière basée à Lyon a annoncé avant-hier dans un tweet. Ce dernier a été soupçonné d’avoir voulu conclure un marché estimé entre 4 et 5 millions de dollars avec des médiateurs turcs pour bénéficier de l’appui de son «padré» pour soutenir la candidature d’Istanbul pour les JO 2020. «Il est dit (dans la conversation) que la Turquie a perdu le soutien de LD (Lamine Diack) car ils n’ont pas payé les 4 à 5 millions de dollars de sponsoring à la Ligue de diamant (le circuit majeur de l’athlétisme mondial) ou à l’IAAF», a relevé le comité d’investigations, dirigé par Dick Pound, dans la très controversée note n° 36 dans son rapport. Elle précise aussi : «Selon le compte rendu (de la conversation), les Japonais auraient payé une telle somme. Les Jeux olympiques 2020 ont été accordés à Tokyo.» Pour rappel, TDK, Seiko, Canon et Toyota sont des enseignes nipponnes et font partie des cinq partenaires officiels de l’IAAF. Un autre indice qui consolide l’hypothèse de la fraude. Dans les conclusions de l’enquête, la CI a fait constater que « le Conseil de l’IAAF ne pouvait pas ne pas être au courant du niveau de népotisme au sein de l’IAAF, est-il écrit. Lorsque le président de l’IAAF (Lamine Diack, mis en examen par la justice française, NDLR), son conseiller personnel (Habib Cissé, lui aussi mis en examen, NDLR), deux de ses fils en position de responsabilité (Papa Massata et Khalil Diack, tous deux employés par le passé par l’IAAF, NDLR), le directeur du département médical et antidopage (Gabriel Dollé, lui aussi mis en examen) et le secrétaire général adjoint sont tous impliqués dans des agissements douteux ou criminels, c’est la réputation de l’IAAF toute entière qui est mise en doute, et cette réputation doit être restaurée». Des acolytes et un cercle proche fonctionnant comme «une structure de gouvernance illégitime» responsable de «l’organisation d’une conspiration et d’une corruption qui a eu lieu». Tout est parti de flacons positifs sur lesquels on a fermé les yeux pour déboucher sur une boîte de Pandore qui continuera certainement à nous livrer d’autres secrets… Affaire à suivre. 

Publié dans Der

Le ministre de la Communication, Hamid Grine, a plaidé depuis Béjaïa en faveur de la mise en place d’une nouvelle stratégie de communication visant la valorisation des potentialités touristiques de la région afin de permettre de booster davantage son attractivité et contribuer à son rayonnement socioéconomique et culturel. C’est à l’issue de sa tournée à travers certains sites touristiques, dont le Cap Carbon, les Aiguades et le Pic des singes, que M. Grine a insisté sur la nécessité d’adopter une nouvelle approche novatrice susceptible de vendre l’image de marque de l’Algérie dans le monde.
« Nous avons un patrimoine culturel et historique très riche. Il faut absolument le restaurer, le préserver et le valoriser. C´est un énorme potentiel que nous devons faire fructifier », a-t-il souligné devant un parterre de journalistes.
Pour ce faire, l’hôte de la capitale des Hammadites affirmera qu’« une réflexion est déjà engagée pour l’appuyer avec une vraie stratégie de communication, fondée sur une analyse et une identification des formes de médiation à promouvoir ». Toutefois, il regrettera que le fonds du patrimoine, qui pouvait aider au financement des actions de réhabilitation des sites historiques, ait été gelé. Pour M. Grine, protéger et restaurer les vestiges historiques, c’est aussi conforter notre identité nationale, notamment en cette conjoncture qui voit tamazight propulsé au rang de langue officielle.
Par ailleurs, le ministre de la Communication a assisté à un exposé succinct présenté par le directeur des services du contrôle technique des constructions (CTC), en présence du wali de Béjaïa, dans lequel il a été établi un diagnostic technique sur l’état d’une huitaine de sites historiques, à savoir la Casbah, Bordj Moussa, Fort Lemercier, Porte Sarrazine, Porte Gouraya, Fort Clauzel, Bab El Bounoud et Fort Abdelkader. Cette étude technique a révélé que la majorité de ces monuments historiques sont menacés de décrépitude, dès lors que le manque d’entretien accentue le phénomène de vétusté des lieux. D’où l’urgente nécessité de remédier à cette situation par une action bien étudiée. Notons qu’au deuxième jour de sa visite officielle à Béjaïa, le ministre de la Communication a procédé à l’inauguration du nouveau siège de la station régionale Radio Soummam, un immeuble flambant neuf composé de quatre étages situé à côté de la maison de la culture Taos-Amrouche.
Attenant au boulevard Krim-Belkacem, ce nouveau siège, qui offre toutes les commodités propres à offrir des conditions de travail optimales aux journalistes, a coûté au budget de l’Etat plus de 13 milliards de centimes. Un projet qui a vu le jour grâce à un financement triangulaire : APW de Béjaïa, ENRS et ministère de tutelle. La seule nouveauté pour ce média public, le ministre a annoncé l’augmentation du volume horaire de ses programmes de diffusion, qui s’étaleront désormais jusqu’à minuit, alors qu’auparavant, ses ondes cessaient d’émettre à 20h.
Enfin, il y a lieu de signaler qu’à la veille de cette journée, Grine a partagé la joie des Béjaouis, qui fêtaient l’avènement du nouvel an amazigh, Yennayer 2966. Ainsi, il a eu à visiter certaines expositions organisées au TRB et à la Maison de la culture. Avant de clôturer son périple béjaoui, Hamid Grine a rendu une visite de courtoisie à la famille du regretté Sadek Abdjaoui, maître de la musique andalouse, décédé en janvier 1995. 

Publié dans Der

L’encyclopédie collaborative en ligne Wikipedia, qui a fêté hier son 15e anniversaire, a fini par devenir le réflexe de tout internaute à la recherche d’information sur une personnalité, une entreprise, l’histoire d’un pays ou d’une région. Fondée le 15 janvier 2001 par Jimmy Wales et Larry Sanger pour soutenir Nupedia, un projet semblable, mais écrit uniquement par des experts, l’encyclopédie en ligne est aujourd’hui l’une des plus grandes bases de données libre et gratuite au monde. Elle compte plus de 38 millions d’articles en 280 langues actives grâce à une communauté de 80 000 contributeurs qui mettent à jour les pages du site régulièrement. Wikipedia a grandi très rapidement au point de devenir un projet mondial très important. Avec ses 500 millions de visiteurs uniques et 18 millions de pages vues par mois, Wikipedia est classé désormais le 7e site le plus visité au monde, selon Alexa. Depuis sa création, Wikipedia est un site non commercial, l’encyclopédie ne vit que grâce à la générosité de ses donateurs. En 2014, la fondation Wikimédia, organisation à but non lucratif basée aux Etats-Unis, avait récolté 47 millions d’euros à travers le monde. Une somme obtenue notamment grâce à l’aide des entreprises privées comme Google ou Microsoft. C’est aussi à travers la même fondation que le projet a fédéré le plus grand nombre de participants issus de la sphère académique de par la planète. En Algérie, c’était en 2013 que le programme lancé par la fondation Wikimédia, Wikipedia Education Program arrive dans les campus grâce à l’enseignant-chercheur en informatique à l’université de Médéa, Abdelhak Farah, qui en est l’instigateur et en devenant l’ambassadeur du programme par lequel il initie les étudiants à devenir des rédacteurs dans le but d’enrichir la base de connaissance de ce que sera le futur du contenu en arabe.

Publié dans Der

Rien ne semble stopper la dégringolade des cours du pétrole qui plongeaient à nouveau sous les 30 dollars le baril hier à l’ouverture à New York, effaçant leur « pathétique » rebond de la veille dans un marché du pétrole surabondant, encore plus lorsque l’afflux d’or noir iranien arrivera pour inonder le marché et noyer toute perspective d’embellie des prix. Le cours du baril de « light sweet crude » (WTI) pour livraison en février perdait hier 1,47 dollar à 29,73 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) et retrouvait ses plus bas niveaux depuis fin 2003, au lendemain d’une petite hausse. Après avoir chuté fin 2015 face à l’inaction de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) quant à la surabondance générale, puis poursuivi son déclin en début d’année dans un contexte d’inquiétudes sur la demande chinoise, le marché pétrolier est désormais plombé par la perspective d’un relèvement imminent de l’offre iranienne, à la faveur de l’entrée en vigueur de l’accord sur son programme nucléaire. A ce titre, les analystes du marché estiment que la levée de sanctions contre Téhéran ne pourrait pas intervenir à un pire moment pour le marché pétrolier soulignant également qu’elle était en mesure de faire encore baisser les cours. En baisse de plus d’un dollar, le prix du baril de Brent sur le marché anglais pour livraison en mars, dont c’était le premier jour comme contrat de référence, évoluait lui aussi sous la barre des 30 dollars. Toutefois, le baril new-yorkais est lui aussi sous des pressions spécifiques, à cause de craintes de plus en plus présentes d’une récession aux Etats-Unis face à la faiblesse de l’économie mondiale et à de mauvais indicateurs américains.

Publié dans Der

La deuxième partie de la 16e journée de la Ligue 1 Mobilis s’annonce palpitante avec surtout l’affiche du derby algérois qui mettra aux prises le CR Belouizdad au MC Alger.

Cette première journée de la phase retour sera donc dominée par cette opposition entre le CRB et le MC Alger, plus précisément entre le deuxième et le troisième au classement, dans un duel qui promet en intensité.
Eliminé samedi dernier en 16e de finale de la Coupe d’Algérie par l’ES Sétif (2-1 ap), le Chabab tentera de se refaire une santé au détriment du doyen, qui aspire, quant à lui, à rester sur le podium. La domiciliation de cette rencontre avait fait couler beaucoup d’encre ces derniers jours après que la Ligue de football professionnel (LFP) a désigné initialement le stade 5-juillet, d’une capacité d’accueil de 60 000 places, pour accueillir l’évènement, avant d’opter pour le stade 20-août. Le CRB occupe la deuxième place au classement avec 26 points, devançant de deux unités son adversaire du jour, le MCA qui en compte 24. Le MO Béjaïa, quatrième au classement général, accueillera la lanterne rouge, le RC Arba, qui ferme la marche avec 8 points seulement et dont l’avenir en Ligue 1 est plus que jamais menacé.
Les Béjaouis, qui auront l’avantage du terrain et du public, devraient sortir vainqueurs, au moment où une défaite du RCA risque de l’enfoncer davantage.
Le nouveau promu, le DRB Tadjenanent, véritable révélation de la première partie de saison, défiera en déplacement un mal classé, le RC Relizane en l’occurrence, dans un match mettant aux prises deux équipes aux objectifs diamétralement opposés. La JS Kabylie, auteur de résultats mitigés à l’aller, devra rester vigilante à l’occasion de son duel à Constantine face au CSC, plus que jamais menacé par le spectre de la relégation. Les deux clubs qui se trouvent pratiquement dans la même situation devront impérativement sortir le grand jeu pour éviter la défaite. En bas du classement, l’ASM Oran, éliminée sans gloire en 16e de finale de la Coupe par la modeste formation de l’ARB Ghriss (Interrégions 1), compte aborder son match sur le terrain de l’USM Blida avec la ferme intention de revenir avec un résultat probant, en dépit de la complexité de sa mission face à une équipe avide de rachat après son élimination en Coupe d’Algérie. Par ailleurs, l’opération de vente des billets de la rencontre CR Belouizdad-MC Alger a débuté hier, a indiqué la direction du stade du 20-août 1955 qui abritera cette rencontre samedi (15h00), dans le cadre de la 16e journée du championnat de Ligue 1 algérienne de football. Les 12 000 tickets qui seront mis en vente, dont 400 au profit des supporters du MCA, vont être écoulés en un temps record au vu du grand engouement que suscite le rendez-vous, prédisent les observateurs.

Publié dans Sports

L’USM Alger et le NAHD se sont neutralisés pour le compte d’un match avancé de la 16e journée de la Ligue 1 sur le score de 1-1 au stade 5-Juillet samedi soir. Le Nasria avait ouvert le score à la 17e par Gasmi sur penalty avant que Nadji ne remette les pendules à l’heure une minute après. Ainsi, le leader, l’USM Alger, accroché par le NA Hussein Dey en ouverture de la 16e journée, comptabilise pour l’heure 37 unités. En réaction, l’entraîneur du NA Hussein Dey, Youcef Bouzidi, a estimé que son équipe était «toute proche » d’arracher les trois points de la victoire lors du match face à l’USM Alger soldé par un nul. « Sur l’ensemble de la partie, j’estime que nous étions proches d’une victoire au vu des occasions franches que nous avons ratées. Mais ça reste tout de même un bon nul pour nous, vu que c’est l’USMA qui a reçu dans ce match », a déclaré Bouzidi à la presse à l’issue du derby déroulé au stade 5-Juillet. Pour Bouzidi aussi, ses joueurs «ont répondu présent sur le terrain face à une très bonne équipe de l’USMA qui domine le championnat depuis le début de la saison ». Une source de satisfaction supplémentaire donc pour le coach de la formation husseindéenne, qui restait sur une amère défaite en championnat sur le terrain du MO Béjaïa (3-1), pour le compte de la 15e journée. «J’estime que nous avons bien réagi après la précédente défaite de Béjaïa, en tenant la dragée haute au leader », s’est encore réjoui Bouzidi. Face à l’USMA, le staff technique du NAHD a titularisé l’une de ses deux recrues hivernales, en l’occurrence Ilyes Seddiki, arrivé en milieu de semaine de la JS Kabylie (Ligue 1). Le Franco-Algérien a été crédité d’une «belle prestation», selon Bouzidi, estimant que Seddiki était le joueur qui «manquait au NAHD au milieu du terrain lors de la phase aller». «Je salue notamment le courage du joueur qui est allé au bout du match, malgré la blessure qu’il a contractée en première période », a conclu le coach husseindéen, dont l’équipe se hisse provisoirement à la 8e place avec 20 points.

Publié dans Sports

L’interdiction de l’octroi d’avances sur salaire, une des mesures prises par la Fédération algérienne de football (FAF) pour réduire le nombre de requêtes formulées par les joueurs des ligues professionnelles auprès de la Commission de règlement des litiges (CRL), pourrait ne pas être respectée à la lettre, selon des présidents de clubs.
Le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, a parlé de plus de 130 cas de contentieux financiers traités par la CRL cette saison, un chiffre qu’il a estimé très élevé, non sans tirer la sonnette d’alarme. C’est dans l’optique justement de réduire sensiblement le nombre de ces dossiers que le bureau fédéral a décidé de certaines mesures lors de sa réunion de vendredi dernier, dont l’interdiction des avances sur salaire aux joueurs. « C’est une décision à saluer. Personnellement, j’y adhère, mais le problème se situe dans son application. Je doute fort d’ailleurs que tout le monde consente à la respecter. Le projet de plafonnement des salaires, initié l’été 2014 puis rapidement voué à l’échec, devrait donner matière à réfléchir », a déclaré Abdelkrim Hamiti, le nouveau président du CS Constantine. Face aux problèmes financiers énormes auxquels font face les clubs des deux paliers professionnels, le ministère de la Jeunesse et des Sports, en collaboration avec la FAF, avait proposé un projet de plafonnement des salaires. Ce projet a été vite abandonné à cause de l’attitude des présidents des clubs eux-mêmes qui n’ont jamais montré de bonnes intentions pour « jouer le jeu ». « Tout repose sur une confiance mutuelle entre les joueurs et leurs présidents. Une confiance qui, malheureusement, est loin d’être instaurée entre les deux parties, d’où l’insistance des joueurs avant chaque début de saison de bénéficier d’avances sur leurs salaires », a encore expliqué Hamiti.

Légiférer la mesure
Pour sa part, le président de l’ES Sétif, Hassen Hamar, pense que la « bataille » qu’engagent les dirigeants de clubs lors de chaque mercato pour engager tel ou tel joueur encourage la pratique en question.
« Dans le souci de ‘‘chiper’’ tel ou tel joueur à un autre président de club, l’on propose une avance sur salaire, quelquefois importante, pour convaincre le joueur ciblé à signer dans sa formation », avoue le patron de l’Aigle noir. « Et comme cette pratique est devenue monnaie courante chez nos dirigeants, nous nous retrouvons dans l’obligation d’y recourir tous, pour ne pas avoir par la suite des problèmes avec les supporters qui ne nous ménagent pas en cas d’échec dans le recrutement d’un élément faisant l’objet de convoitises de la part de plusieurs équipes », regrette encore Hamar. Le président de Paradou AC, Kheireddine Zetchi, dont l’équipe n’est pas confrontée à ce genre de problème pour avoir tout le temps misé sur son propre produit, a appelé à « légiférer » l’interdiction de l’avance sur salaire. « Il faudra adopter une loi dans ce sens au cours de l’assemblée générale de la Ligue de football professionnel, tout en l’accompagnant de textes comportant des sanctions à l’encontre des clubs réfractaires », a suggéré Zetchi. Le premier responsable du nouveau promu en Ligue 2 a estimé, en outre, qu’en agissant de la sorte, l’on assure « l’application stricte » de cette nouvelle mesure et lui éviter de connaître le même sort réservé au projet de plafonnement des salaires. Zetchi a enfin regretté que les présidents des clubs n’aient pas « banni » eux-mêmes le recours à des avances sur salaires au profit des joueurs alors qu’ils sont les principales victimes d’une telle pratique, comme l’atteste du reste la situation très délicate que traversent leurs formations sur le plan financier.

Publié dans Sports

Le milieu de terrain Abdelmalek Mokdad a indiqué qu’il allait finalement terminer la saison au MC Alger après avoir songé à changer d’air, à l’occasion du mercato hivernal qui sera clôturé vendredi à minuit, en raison de son peu de temps de jeu. « Il est vrai que j’avais reçu des contacts d’ici et de là pour changer de club au cours de l’actuel mercato d’hiver, mais ça n’a pas abouti. J’ai décidé alors de terminer la saison au Mouloudia », a déclaré Mokdad en zone mixte en marge de la séance d’entraînement de son équipe de Ligue 1 algérienne de football mercredi soir. « Au MCA, je n’ai demandé qu’à avoir du temps de jeu. Je vais travailler deux fois plus pour m’imposer », s’est engagé le joueur qui avait eu notamment des contacts avancés ces derniers jours avec le CS Constantine et le NA Hussein Dey.

Publié dans Sports

La Fédération algérienne de football (FAF) envisage de subventionner les clubs amateurs du pays afin de dynamiser la pratique de la discipline, a révélé, à Ghardaïa, le ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali. S’exprimant en marge d’une visite d’inspection dans cette wilaya, le ministre a indiqué que son département ministériel comptait suggérer à la FAF la mise en place d’un « bonus » pour les clubs amateurs du Sud, des Hauts-Plateaux et des zones montagneuses. Ces derniers souffrent de l’absence de sponsors et d’un manque de financement, notamment pour s’acquitter des frais de déplacement très onéreux, du fait des grandes distances, pour la participation à des rencontres et autres compétitions, a-t-il expliqué. Quelque 1 500 clubs amateurs devraient pouvoir bénéficier de cette aide forfaitaire de la FAF dans le but d’appuyer les jeunes des régions les plus reculées à la pratique de leur sport favori et à l’émergence de jeunes talents, a ajouté M. Ould Ali.

Publié dans Sports

Une commission mixte sera créée pour la gestion de ce budget spécifique pour la préparation des athlètes à ce rendez-vous important.

Un budget de 310 millions DA sera consacré à la préparation des athlètes algériens qualifiés ou en course pour une qualification aux Jeux olympiques (JO-2016) à Rio de Janeiro (Brésil), a annoncé, jeudi à Alger, le ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali.
« Selon les prévisions du Comité olympique, 310 millions DA seront suffisants pour prendre en charge tous les aspects de la participation algérienne à Rio, notamment les frais de préparation et le transport », a fait savoir M. Ould Ali. Le ministre s’est réuni ce jeudi au siège de son département avec le président du Comité olympique algérien (COA), Mustapha Berraf, et quelques présidents de fédérations sportives.
A moins de huit mois des JO-2016, 25 athlètes algériens plus la sélection de football des U23 ont déjà assuré leur qualification pour le rendez-vous brésilien. « Il est temps de mettre en place une feuille de route permettant la conjugaison des actions pour offrir la meilleure préparation possible à nos athlètes qualifiés ou en course pour une qualification aux JO. Pour éviter un double emploi du budget alloué, nous devons trouver la bonne formule », a estimé le ministre. Après concertation, les parties concernées ont préconisé la création d’une commission mixte (COA-MJS-fédérations) qui s’occupera de la gestion du budget spécifique réservé à la préparation olympique. Une proposition validée par le COA, les responsables de fédérations sportives et les cadres du ministère présents. Pour sa part, le président du COA a assuré que son instance agit en « parfaite harmonie » avec les services du MJS. « Nous sommes sur la même longueur d’onde sur les questions financières et techniques de préparation et de participation. La préparation des athlètes coûtera 180 millions DA et le transport 130 millions DA », a détaillé M. Berraf.
Bonne préparation et rationalisation des dépenses
MM. Ould Ali et Berraf ont beaucoup insisté, lors de cette réunion, sur la rationalisation des dépenses, en mettant l’argent là où il faut. « Une bonne préparation ne signifie pas d’opter systématiquement pour des centres à l’étranger. Nous avons en Algérie des infrastructures réalisées justement pour ça. Je cite à titre d’exemple Souidania, Sétif, l’Office du complexe olympique Mohamed-Boudiaf et Tikjda. » Le patron du COA a assuré que la préparation des athlètes se déroulait dans de bonnes conditions. « Toutes les demandes de stage dans le cadre de la préparation olympique formulées par les athlètes par le biais de leurs fédérations ont été acceptées. Les choses vont certainement s’accélérer à l’approche des JO », a-t-il dit. Neuf fédérations sportives ont des athlètes qualifiés pour les joutes de Rio de Janeiro. « Nous espérons atteindre le nombre de 70 sportifs qualifiés et notre délégation devrait être composée de 110 personnes », a prédit M. Berraf, révélant, par ailleurs, que « l’Algérie a bénéficié de huit accréditations de journalistes pour couvrir cette grande manifestation qui regroupera l’élite sportive mondiale. »

Publié dans Sports
Page 1 sur 6