Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : dimanche, 17 janvier 2016

A l’initiative du ministère des Ressources en eau et de l’Environnement, une rencontre nationale de concertation s’est tenue hier à Alger, où Abdelouahab Nouri a assuré que le taux de remplissage des 75 barrages que compte le pays avoisine 70%, avec la réception de neuf autres barrages en réalisation à travers le pays d’ici 2017.

 

Abdelouahab Nouri, ministre du secteur, a souligné lors d’un point de presse que « les pluies enregistrées durant les mois de septembre et d’octobre ont permis aux 75 barrages de stocker pas moins de 4,6 milliards de mètres cubes d’eau, soit un taux de remplissage de 70% », assurant qu’« il est encore trop tôt pour parler de sécheresse dans le pays ». Il en veut pour preuve le remplissage des barrages à un taux de plus de 70%, ce qui pourra alimenter la population algérienne deux années de suite. Il ajoutera que « le volume de remplissage peut encore augmenter, vu qu’il y a des précipitations qui sont attendues entre février et mars ».
Par ailleurs, évoquant le gel de projets par le gouvernement, le ministre a rappelé que son secteur est « moins touché » que les autres départements ministériels, mais il se pourrait que les projets « secondaires » fassent l’objet d’un gel, mais pas d’annulation, a-t-il précisé, en attendant que la situation financière se débloque.
De ce fait, le premier responsable du département annoncera que « l’Algérie ambitionne d’atteindre à l’horizon 2017 une capacité de stockage d’eau de 9 milliards de mètres cubes à la faveur de la réception de neuf barrages actuellement en cours de construction », faisant un rappel des « barrages qui ont été réceptionnés l’année dernière, au nombre de trois ».

Vers un réajustement des prix de l’eau…
« Pas d’augmentation dans la tarification de l’eau en perspective pour les ménages, mais il faut une éducation pour économiser l’eau », a indiqué le directeur général de l’Algérienne des eaux, Zidane Merah, dans un bref entretien à Reporters. Dans ce contexte, l’Algérien ne paie pas l’eau au prix réel, et ce, grâce aux subventions de l’Etat. Dans ce sens, il a affirmé que l’investissement n’est pas pris en compte dans les prix en vigueur du mètre cube d’eau potable. Mais si on le répercutait, le prix réel du mètre cube reviendrait à près de 60 DA, pour un prix de vente de 18 DA/m3 en moyenne. Poursuivant, notre interlocuteur dira que la « désalinisation de l’eau de mer coûte de 60 à 80 DA le mètre cube et est subventionnée à 100%, de même pour l’eau épurée qui est de 80 DA ». Il a souligné dans ce chapitre « les efforts de l’Algérie en matière de réalisation d’infrastructures et la subvention du prix de vente de l’eau potable pour assurer le bien-être du citoyen et la disponibilité de cette ressource ». Il a annoncé lors de cet entretien que le recours à l’augmentation des tarifs de l’eau potable fera « l’objet d’un examen par le gouvernement, mais que les ménages ne seront pas concernés par cette éventuelle hausse de prix». Concernant la qualité de l’eau, le directeur général a précisé qu’ « on n’a pas le droit de distribuer une eau non potable, cela relève du pénal, notre mission principale est d’assurer une eau de bonne qualité aux citoyens ». Il a lancé également un message sur la nécessité du règlement des factures de consommation d’eau et de se doter de la culture de l’économie et de la préservation de cet aliment vital et rare.

Publié dans Der

Forcée de trouver de nouvelles ressources pour combler les besoins humanitaires qui sont passés de 2 milliards de dollars en 2000 à 24,5 milliards, quinze ans plus tard, sous l’effet de la multiplication des conflits et des catastrophes naturelles aggravés par le changement climatique, l’ONU a proposé l’idée d’une taxation sur les transports, les matches de football, les concerts et même l’utilisation de fonds de la zakat dans le financement des actions humanitaires. Dans un rapport rendu public hier, une «taxe de solidarité» appliquée sur certains biens ou services tout en travaillant davantage pour réduire les besoins avec une meilleure prévention contre les conflits pourrait aider les pays fragiles.  Selon les explications de l’ONU, le recours à cette nouvelle forme de financement du Fonds humanitaire international s’explique par le recul des dons devant la montée des besoins humanitaires suite aux conflits et les crises internes dans plusieurs pays du monde, notamment au Moyen-Orient et en Afrique. L’an dernier, l’ONU n’a recueilli que la moitié des fonds demandés.
Les rations alimentaires de 1,6 million de Syriens ont donc dû être réduites, ce qui a contribué à un exode massif vers l’Europe.  Il faut aussi élargir le cercle des donateurs, 5 pays fournissent les deux-tiers de l’aide humanitaire publique, et trouver de nouvelles sources de financement.  
Pour Mme Kristalina Georgieva de la Commission européenne, chargée de la rédaction du rapport de l’ONU, «la taxe de solidarité sur les voyages aériens ou le carburant pourrait financer des services médicaux» dans les camps de réfugiés ou les zones urbaines abritant des personnes déplacées. Le rapport de l’ONU estime possible de mettre en place une «micro-contribution» assise sur un énorme volume de transactions.
Comme la taxation des transactions financières est difficile à établir, l’ONU a suggéré une nouvelle option, celle des institutions financières islamiques qui brassent des centaines de milliards de dollars chaque année et qui pourront utiliser une partie dans le financement des actions humanitaires. «La finance sociale islamique est un territoire qui n’est pas assez exploré», relève le rapport. Pour assurer l’arrivée des dons aux nécessiteux, l’ONU a appelé les donateurs et les organisations non gouvernementales (ONG) à passer  un accord global : les premiers accepteraient des versements pluriannuels et sans affectation spécifique, les secondes feraient des efforts de transparence, avec des méthodes comptables harmonisées et moins de bureaucratie et de gaspillage. Les rédacteurs du document ont insisté également sur le rôle des ONG locales et leur implication dans  la réussite des programmes humanitaires, pas seulement pour donner de l’argent mais pour fournir une expertise et des services.
Au final, ce sont des milliards de dollars qui pourraient être récoltés, notamment entre
4 et 5 milliards, en améliorant la prévention des conflits et des catastrophes, ou 3 à 5 milliards provenant de la finance islamique, et au moins 500 millions en gains d’efficacité et en réduction de coûts.

Publié dans Der

L’opérateur de téléphonie Ooredoo et le Croissant-Rouge algérien (CRA) ont procédé, samedi dernier, au lancement officiel d’une clinique mobile dédiée à la population de la wilaya de Tamanrasset, indique un communiqué d’Ooredoo rendu public. Dotée des équipements nécessaires, la clinique ambulante « sillonnera les différentes localités de la wilaya et contribuera à une meilleure prise en charge des problèmes de santé de la population », rapporte le communiqué. Elle assurera également le service d’apprentissage des premiers soins dans la région et mettra à disposition les informations relatives à la santé des enfants. Le CRA, et en coordination avec les autorités locales, « assurera la prise en charge médicale et se chargera de la gestion, de la programmation et de la maintenance de cette clinique pour accomplir sa mission au niveau de la wilaya dans les meilleures conditions ». Intervenant, le directeur général d’Ooredoo, Joseph Ged, a manifesté sa fierté d’avoir contribué à « assurer des services de soins gratuits à la population de Tamanrasset ». M. Ged tient, par ailleurs, à ses engagements en lançant prochainement, en partenariat avec le CRA, les deux autres cliniques mobiles dans les wilayas d’Adrar et d’Illizi. De son côté, la présidente du CRA, Mme Saïda Benhabyles, a manifesté sa satisfaction quant à la concrétisation du projet qui sans Ooredoo ne se serait jamais matérialisé sur le terrain.
En effet, la cérémonie officielle du lancement de la clinique médicale mobile s’est déroulée au niveau de la Maison de la culture de la wilaya de Tamanrasset, et ce, en présence du wali de Tamanrasset, Belkacem Silmi, de la présidente du CRA, Mme Saïda Benhabyles, des cadres et des bénévoles du CRA de la wilaya de Tamanrasset, des représentants de la société civile locale ainsi que des cadres d’Ooredoo.
Il est à noter que le partenariat entre le CRA et Ooredoo, lancé en 2008, se concrétise chaque année à travers plusieurs projets de solidarité nationale en faveur des couches vulnérables de la société. Ainsi, les deux parties ont signé en mai 2014 une convention-cadre portant sur la mise en place d’un programme d’actions communes dans le domaine humanitaire et social. A la faveur de ce partenariat stratégique, Ooredoo est devenu le partenaire officiel du CRA.


Publié dans Der

Le CR Belouizdad, avec sa victoire étiquée face au MC Alger (1-0) samedi après-midi en clôture de la 16e journée de Ligue 1 Mobilis de football, est maintenant à huit points du leader, l’USM Alger, tenue en échec par le NA Hussein Dey (1-1) en match derby disputé jeudi dernier au stade 5-Juillet.

Les Vert et Rouge ont bien géré le match jusqu’à la 87e minute, avant de céder sur un but de Mohamed Derrag, entré en cours de jeu. Une courte défaite, mais aux lourdes conséquences pour le MCA, qui cède la 3e place du podium au profit du MO Béjaïa, qui a battu le RC Arba (2-1) au stade de l’Unité maghrébine. En réaction, l’entraîneur du CR Belouizdad Alain Michel a qualifié de « méritée » la victoire décrochée par son équipe. «C’est une victoire amplement méritée acquise certes, difficilement face à un adversaire qui ne nous a pas trop inquiété. Les joueurs ont cru en leurs moyens jusqu’au bout et ont été récompensés », a affirmé à la presse le technicien français à l’issue de la partie. « Si l’USMA continue à perdre des points de la sorte, ce sera une occasion pour nous de les rattraper, même s’il sera difficile de le faire, du moment que l’USMA dispose d’un excellent effectif de quoi lui permettre de gérer son avance. Mais tout reste possible en football d’autant qu’il reste 42 points en jeu », a ajouté Alain Michel. De son côté, l’entraîneur du MCA Meziane Ighil, n’arrivait pas cacher sa frustration et sa désillusion suite à ce revers, qui intervient après huit matchs d’invincibilité, toutes compétitions confondues. « Un match nul aurait été équitable entre deux équipes qui jouaient avec prudence. Un moment d’inattention en défense nous a coûté cher. Je pense que l’action de Karaoui juste avant le but était le tournant de la partie », a estimé Meziane Ighil . La lanterne rouge, le RC Arba, a été rapidement menée au score par N’Doy (12e) puis Zerdab sur penalty à la 29e, avant que Mahsas ne sauve l’honneur pour les siens à la 33e minute. De son côté, l’USM Blida s’est contentée d’un penalty transformé par Amiri à la 33e minute pour l’emporter (1-0) devant l’ASM Oran, se hissant au passage au milieu du tableau, avec désormais 20 points. Outre le CRB, qui maintient une certaine pression sur l’USMA grâce à sa victoire sur le MCA, les plus grands bénéficiaires de cette 16e journée sont probablement le DRB Tadjenanent et l’ES Sétif, vainqueurs tous les deux en déplacement respectivement (3-0) face au RC Relizane et (2-1) au MC Oran. Les choses avaient pourtant bien commencé pour les gars d’El Hamri, ayant ouvert le score par Zaâbia sur penalty à la 25e minute, avant de subir un incroyable retournement de situation, dont le défenseur sétifien Aroussi a été le principal artisan, avec notamment un doublé aux 44e et 66e.
De son côté, le DRB Tadjenanent n’a pas fait dans le détail contre le RC Relizane, contre lequel il a réussi une véritable démonstration de force (3-0) grâce à Nezouani (49e), Sayoud (75e) et Chibane (90e). Pour leur part, la JS Saoura et l’USM El Harrach se sont neutralisés (0-0) à Béchar, au moment où le choc des titans de l’Est, entre le CS Constantine et la JS Kabylie, a tourné à l’avantage des Canaris (1-0).
Avantagés par le terrain et le public, les Sanafir avaient dominé l’entame de cette rencontre, en se procurant quelques belles occasions au passage, mais contre le cours de jeu, les Kabyles ont réussi à inscrire le but de la victoire, grâce à leur nouvelle recrue, Ferhani (ex-RC Arba), d’un tir bien placé à la 59e minute.
Une précieuse victoire qui permet aux hommes de Bijotat de remonter à la huitième place au classement. En revanche, les affaires se compliquent un peu plus pour le CS Constantine qui s’enfonce dans les profondeurs du classement, désormais 13e avec un seul point d’avance sur le RC Relizane, premier relégable.

Publié dans Sports

L’équipe de l’USM Blida a pris les commandes du championnat de Ligue 1 de football des moins de 21 ans (U-21) grâce à sa victoire samedi à domicile face à l’ASM Oran (3-1) dans le cadre de la 16e journée. Les Blidéens se hissent en tête à la faveur de la défaite concédée à domicile par le champion d’hiver, le CR Belouizdad, lors du derby face au MC Alger (0-1).
Le Chabab (30 pts), à une longueur du leader blidéen, est talonné par l’ES Sétif (29 pts), auteur d’un match nul à Oran face au MCO (0-0).
Le triple détenteur du titre, l’USM Alger, a renoué avec la victoire face au NA Hussein Dey (2-0) pour occuper la 5e place en compangnie de la JS Saoura avec 28 points chacun.
En bas du classement, le CS Constantine pointe à la 14e place avec 16 points, suivi du DRB Tadjenanet et du RC Arbaâ qui ferment la marche avec 9 unités chacun.

Publié dans Sports

L’entraîneur des gardiens de but de l’USM El Harrach (Ligue 1 algérienne de football), Mohamed Haniched, a brandi samedi la menace d’une démission collective du staff technique à cause des salaires impayés, au moment où l’entraîneur Boualem Charef a boudé l’équipe à l’occasion du match en déplacement vendredi face à la JS Saoura (0-0) dans le cadre de la 16e journée. « Nous traversons une situation financière assez difficile, d’autant que la direction n’a pas tenu ses promesses envers les joueurs, dont certains attendent leurs salaires depuis sept mois. Au train où vont les choses, je n’écarte par une démission collective du staff technique », a affirmé l’ancien portier international. L’entraîneur Boualem Charef, en signe de protestation à cette situation, n’a pas effectué le déplacement avec l’équipe à Béchar. « S’il n’y a pas un dénouement d’ici lundi, je ne pense pas que Charef reviendra. Les membres du staff technique comptabilisent 5 mois de salaires non perçus, ce qui est assez difficile à admettre », a ajouté Haniched.

Publié dans Sports

L’ancien attaquant vedette de l’équipe de France de football, David Ginola, a estimé que le milieu international algérien de Leicester City Riyad Mahrez, en baisse de régime, était perturbé par les rumeurs de son départ. « Il n’y a pas seulement l’aspect physique qui pourrait expliquer la baisse de forme sensible de Mahrez après avoir été flamboyant au cours de la phase aller. Je crains que le joueur n’ait été perturbé par tout ce qui se dit à propos de son avenir. De nombreux clubs et non des moindres se sont manifestés pour exprimer leur désir d’engager l’attaquant algérien », a indiqué Ginola samedi soir sur le plateau de Canal+sport. Ginola, consultant à la chaîne cryptée, s’exprimait à l’issue du match AstonVilla-Leicester City (1-1) dans le cadre de la 22e journée de la Premier League. Mahrez a raté un penalty pour la deuxième fois de suite après celui face à Bournemouth (0-0) au début du mois de janvier, faisant perdre à son équipe quatre précieux points dans la course au titre. « Même si Mahrez réitère à chaque fois qu’il est décidé à aller au bout du rêve avec son équipe qui postule au titre, je suis persuadé qu’il n’est pas insensible à tout le bruit qui court autour de lui. J’espère qu’il est bien entouré et bien conseillé pour réussir à gérer cette période sensible qu’il traverse», a ajouté l’ancien joueur de Newcastle. Auteur de 13 buts en Premier league et 7 passes décisives, Mahrez est devenu l’un des joueurs les plus convoités du championnat anglais.

Publié dans Sports

L’international algérien, Hichem Belkaroui, a affirmé samedi avoir résilié à l’amiable son contrat avec le Club africain de Tunis, écartant au passage l’éventualité de son retour au championnat algérien. Belkaroui, qui s’exprimait sur les ondes de la radio Saraha FM, a regretté la manière avec laquelle son contrat a été résilié, accusant le directeur sportif du champion de Tunisie en titre, Oussama Esallami, d’être à l’origine des problèmes qu’il a eus cette saison avec la formation de Bab-Jdid. Le défenseur central de 26 ans avait rejoint le Club africain lors de l’été 2015 en provenance de l’USM El Harrach, pour un contrat de trois ans. A propos de sa prochaine destination, le natif d’Oran (Ouest d’Algérie) a écarté l’idée de revenir dans l’immédiat au championnat algérien où il était pressenti à l’USM Alger. « Je n’ai pas l’intention de revenir en Algérie, et je n’ai pas de contacts avec l’USMA. J’ai des propositions ici et là que je suis actuellement en train d’étudier. Je dévoilerai ma prochaine destination au moment opportun », a encore précisé le joueur. Belkaroui a signé sa première titularisation officielle en sélection algérienne en novembre passé à l’occasion du match face à la Tanzanie (victoire 7-0) au deuxième tour préliminaire retour des qualifications pour le Mondial-2018 en Russie.

Publié dans Sports

Le patron de la FAF, Mohamed Raouraoua, refuse d’intégrer des joueurs de l’EN A dans la sélection des U23 qualifiée à la phase finale des JO de Rio. Le premier responsable de la fédération de football pense qu’il vaudrait mieux laisser ces joueurs se reposer et se concentrer sur leurs clubs, d’autant plus que la compétition intervient à un moment quelque peu délicat, étant donné que les joueurs professionnels prépareront à cette période la nouvelle saison. Même s’il est question de bien représenter l’Algérie dans ce tournoi dans lequel notre pays était absent plus de 26 ans, Raouraoua estime qu’il faudrait plutôt faire confiance aux mêmes joueurs qui ont arraché la qualification, en les renforçant par des éléments du cru, qui évoluent dans le championnat national. Il pense que cela est plutôt mieux que de prendre des joueurs qui n’auront pas la tête à cette compétition puisqu’ils ont leurs engagements avec leurs clubs employeurs. Ainsi, il sera question pour le sélectionneur national des U23, Pierre André Shürmann, de superviser plus les joueurs du championnat national qui devraient pouvoir donner ce plus qu’il attend d’eux pour cette compétition importante.
M. M.

Publié dans Sports

C’est aujourd’hui que l’équipe nationale de handball s’envolera au Caire où elle disputera la CAN 2016 de la discipline qui se tiendra du 21 au 30 du mois en cours. Le sélectionneur des Verts, Salah Bouchekriou, a animé, hier à l’hôtel « Ikram » (Dely Ibrahim), une conférence de presse dans laquelle il est revenu sur la préparation pour la messe continentale, mais aussi l’objectif à atteindre avec ses poulains. Sur les 20 joueurs présents lors du dernier stage en Slovénie, 19 seulement seront du voyage au pays des Pyramides. Le sept national s’y rendra sans Kaâbache (forfait), mais avec la ferme intention d’accrocher le podium au minimum.

 

Si la préservation du titre relève de l’impossible, l’éventualité de finir sur le podium demeure plus que plausible. C’est du moins ce que le driver de l’EN martèle à chaque confrontation avec la presse nationale ou déclaration qu’il accorde aux différents quotidiens algériens. De septembre, date de son intronisation à la tête de la barre technique, à hier, rien n’a changé : « Il ne faut pas se voiler la face, remporter la coupe d’Afrique est un peu difficile, on visera le podium afin de jouer le mondial, ce sera merveilleux pour nous », a rappelé Salah Bouchekriou. Tant de paramètres à régler, d’ordre à réinstaurer pour un effectif au mental décimé. Trois stages pour aider un groupe affecté sur le plan mental à se refaire et, de nouveau, se sublimer. Abasourdis par un Championnat du Monde 2015 au Qatar cauchemardesque, les camarades de Messaoud Berkous, qui avaient terminé bons derniers de la compet’ universelle, ont manifestement retrouvé quelques repères et bonnes habitudes. « Notre préparation a été un petit peu perturbée, car nous n’avons pas pu bénéficier de l’apport des professionnels que dernièrement. C’était vraiment un travail titanesque qui a été fait depuis mon installation à l’équipe. Il fallait d’abord remonter le moral du groupe qui sortait d’un Mondial catastrophique. Le premier stage avec cette équipe qui s’est tenu en Tunisie a été une vraie catastrophe sur tous les plans. Après, petit à petit, les joueurs ont retrouvé le rythme des compétitions, et se sont repris notamment sur les plans physique, tactique et mental. Ma grande satisfaction est le dernier stage de Slovénie. Il y a eu un match référence face à l’équipe nationale de Slovénie où nous n’avons pas marqué 20 buts en première période, même si derrière nous n’avons pas perdu le match, mais on a inscrit 29 buts au total. Je ne me souviens pas que l’Algérie ait marqué autant de buts face à une équipe européenne. C’est notre match référence par excellence », a jugé le successeur de Réda Zeguili avant de regretter que « pour ce qui est des préparations des gardiens de but lors de ces stages de préparation, je pourrais vous dire qu’elle a été très moyenne.» Un constat qui expliquerait les appréhensions pour un poste très sensible dans ce sport et à ce niveau. Le départ à la retraite de l’infranchissable Abdelmalek Slahdji a mis le staff dans l’embarras pour trouver un successeur de sa carrure et son poids au sein du groupe. Abdellah Benmenni aura la lourde tâche de le faire oublier et garder la tanière. « Slahdji était une pièce importante de cette équipe. J’espère être décisif et utile pour mon équipe », a rassuré ce dernier. Pour sa part, son coéquipier Abdelkader Rahim a reconnu : « C’est vrai que je n’ai pas remis les pieds à l’EN depuis la CAN 2014 à cause d’une blessure à l’épaule, mais Salah m’a toujours fait confiance. C’est lui qui m’a lancé dans cette équipe quand j’avais 19 ans en 2011 en Suède. Avec lui, je suis optimiste, notre objectif est le Mondial 2017, ça sera difficile de conserver notre titre ». Si le joueur d’Istres en Provence a fait son retour pour le tournoi africain, son compère Hichem Kâabeche ne sera pas de la fête. « Seuls Ryad Chahbour et Kâabeche manqueront à l’appel. Néanmoins, le premier a de fortes chances de récupérer lors du second tour et il sera du voyage avec nous au Caire», a espéré l’ancien coach du Bahreïn. Justement, son passé de technicien au pays du Golfe pourrait compromettre sa présence sur le banc lors de la future majeure manifestation.
Le chantage bahreïnien, le COA à la rescousse
L’expérience dans la péninsule n’était pas une totale réussite pour le driver algérien qui a décidé de jeter l’éponge en n’allant pas au terme du bail qui le liait à la Fédération du Bahreïn devant expirer à la fin du mois en cours. Un contrat qui stipulait que l’Algérien ne devait coacher aucune autre sélection asiatique. En optant pour le retour au bercail, Bouchekriou semblait ne rien risquer, mais les Bahreïniens ont décidé de saisir l’instance internationale de la petite balle (IHF) pour bloquer son ancien employé. Même si le concerné et le premier responsable du handball algérien, Saïd Bouamra, ont essayé de régler le contentieux par consentement mutuel, ça n’a rien donné. Toutefois, le boss de la FAHB s’est voulu rassurant et optimiste quant à la possibilité de résoudre le problème. « En tant que président de fédération, je n’ai reçu aucune correspondance de la part de la fédération du Bahreïn. C’est vrai que la fédération de Bahreïn a déposé une plainte au niveau de l’IHF, suite à ça, Bouchekriou n’aura pas le droit d’entrainer une autre équipe à part la sélection du Bahreïn, mais Salah ne veut en aucun cas revenir là-bas. Nous avons pris attache avec le Comité olympique (COA) qui nous a rassurés par rapport à la présence de Bouchekiou au championnat d’Afrique», a-t-il déclaré. C’est donc le premier homme du COA Mustapha Berraf qui devrait jouer les intermédiaires pour balayer la sanction qui plane. Dénouement qu’espère le chef du staff technique des Champions d’Afrique en titre. Pour rappel, l’Algérie évoluera dans le groupe « A » en compagnie de l’Égypte, le Maroc, le Gabon, le Nigeria et le Cameroun. Elle jouera d’entrée contre les Pharaons. Un match ordinaire, sur lequel il ne faudra « pas trop focaliser », selon le sélectionneur, car peu importe le résultat de cette première sortie contre le pays hôte, il préfère « perdre et aller le plus loin possible que de gagner cette première rencontre et se faire sortir prématurément de la compétition. » Pour une équipe en rémission, il ne faut surtout pas se compliquer la vie en se posant des défis inutiles et insensés. 

Publié dans Sports
Page 1 sur 6