Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : lundi, 09 octobre 2017

 

Face au phénomène du redoublement des élèves, qui conduit dans la plupart des cas à la déperdition scolaire, le département de Benghebrit a décidé d’agir en mettant en place un « plan Marshall », axé sur la professionnalisation des enseignants et l’amélioration de la formation.

Publié dans Actualité

 

Indispensables pour les personnes vulnérables, atteintes de maladies chroniques, femmes enceintes et enfants, le vaccin antigrippal sera disponible dès le 15 octobre prochain, que ce soit au niveau des pharmacies ou des établissements sanitaires, a annoncé le Directeur de la prévention et de la promotion de la santé au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Djamel Fourar. A cet effet, 2,5 millions de doses ont été importées par l’institut Pasteur, offrant ainsi la possibilité aux citoyens de bénéficier de doses supplémentaires en cas de besoin.

Publié dans Actualité

Les ex-gardes communaux multiplient les actions de protestation. En effet, après avoir observé deux rassemblements à Béjaïa et Saharidj, dans la wilaya de Bouira, des dizaines d’éléments de ce corps paramilitaire, dissous en 2012

Publié dans Actualité

Trente-cinq délégués syndicaux, affilés au Syndicat national autonome des travailleurs de l’électricité et le gaz (Snateg), ont tenu, durant la journée d’hier, un sit-in devant le siège du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale à Alger, pour exiger leur réintégration à leurs postes de travail, indique un communiqué du syndicat. Ils dénoncent leur licenciement en raison de leurs activités syndicales et demandent l’arrêt de toutes formes d’intimidation à l’égard des délégués syndicaux.

Publié dans Actualité

Le gouverneur de la Banque d’Algérie annonce l’introduction prochaine d’une nouvelle série de mesures encadrant  les importations relevant de la revente en l’état. Des dispositions qui traduisent un durcissement de la position politique  du gouvernement Ouyahia quant aux importations destinées à la revente en l’état.

Publié dans Actualité

 

Le très controversé projet de loi, modifiant et complétant l’ordonnance relative au crédit et à la monnaie, a été adopté, hier, par les membres de l’Assemblée populaire nationale (APN) lors d’une séance plénière présidée par Saïd Bouhadja, président de l’institution parlementaire.

Publié dans Actualité

 

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev effectuera, lundi et mardi, une visite officielle de deux jours en Algérie. Annoncée lors de la 8e session de la Commission mixte intergouvernementale algéro-russe de coopération économique, commerciale, scientifique et technique, tenue à Alger il y a une vingtaine de jours, cette visite s’inscrit, justement, dans le sillage de ce rendez-vous. Elle devrait se solder par la signature de plusieurs accords de coopération entre les deux pays, avaient annoncé le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, et le ministre russe de l’Énergie, Alexandre Novak.

Publié dans Théma

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev est attendu à Alger aujourd’hui et demain et sera l’hôte du Premier ministre Ahmed Ouyahia. Cette visite succède à la tenue de la 8e session de la Commission mixte de coopération algéro-russe, en septembre dernier

Publié dans Théma

 

La visite du Premier ministre russe Dmitri Medvedev intervient au moment, où les initiatives algériennes et russes se multiplient, afin de permettre aux opérateurs économiques des deux pays de nouer des partenariats dans différents secteurs. L’objectif pour l’Algérie étant d’accéder à un marché porteur, notamment en ce qui concerne sa production agricole et agroalimentaire.

Publié dans Théma

Reporters : Medvedev vient aujourd’hui à Alger pour un point sur la relation entre la Russie et l’Algérie. Pendant longtemps, on parlait surtout du volet militaire comme trait distinctif des relations bilatérales, alors qu’aujourd’hui, on parle également d’échanges économiques et commerciaux. Qu’y a-t-il de réellement convergent entre les économies des deux pays ?

Louisa Dris-Aït Hamadouche : L’essentiel des relations entre l’Algérie et la Russie n’a pas changé ; il est d’ordre militaire. En effet, 91% des importations d’armes de l’Algérie proviennent de Russie qui se chargera de construire la première centrale nucléaire algérienne. Les autres volets sont minimes, même si une tendance haussière est observée. En 2007, le volume des échanges était de 700 millions de dollars, ils sont montés légèrement à 885 millions de dollars en 2015. Il faudra attendre 2016 pour assister à un bond de 4 milliards de dollars. Mais cette hausse est due à la coopération militaire qui occupe les 2/3 des échanges.
En d’autres termes, même si les domaines de coopération hors secteur militaire existent (l’habitat, l’énergie atomique, les nouvelles technologies, la culture, la communication, l’agroalimentaire, la santé, les infrastructures, l’immobilier, les transports, l’industrie lourde et légère), les réalisations restent minimes.

Pourquoi à votre avis ?

La réponse est connue. Elle est la même pour tous les partenaires économiques potentiels : mauvais climat des affaires ; indicateurs financiers au rouge et instabilité juridique chronique.

Qu’en est-il du pétrole et du gaz ?

L’Algérie et la Russie sont deux économies rentières. Les ressources issues des hydrocarbures servent notamment à soutenir le pouvoir d’achat et à contenir la contestation sociale. La coopération entre les deux pays existe, puisque Sonatrach et Gazprom ont créé une société mixte qui a entamé un gisement de gaz et de pétrole à Illizi. Cela étant, la Russie intègre les hydrocarbures dans une vision stratégique offensive. Premier fournisseur de gaz à l’Europe, elle se sert de cet instrument comme d’une arme stratégique. L’Algérie n’est pas dans cette posture.

On sait que l’Algérie voit plutôt d’un bon œil la présence russe en Syrie. Cela aura-t-il des effets sur le bilatéral algéro-russe ?

L’Algérie et la Russie partagent globalement la même vision sur le dossier syrien. Toutes deux plaident en faveur de l’élimination des groupes islamistes radicaux pour des raisons comparables, à savoir la crainte du terrorisme et du retour des «combattants» sur leurs territoires respectifs. Deuxième point d’accord, elles privilégient une  «transition ordonnée» dans laquelle Bachar el Assad serait l’un des instigateurs. Troisième point important, l’Algérie comme la Russie soutiennent l’idée d’un ordre international multipolaire. Par sa présence sur le terrain syrien, la Russie entend s’imposer comme un acteur international de premier plan et peser sur l’avenir du Moyen-Orient, comme au temps de la Guerre froide. Pour l’Algérie, les contours, même superficiels, d’une bipolarité limitée, lui permet de renouer, non sans nostalgie, avec l’âge d’or d’une diplomatie qui savait mettre à profit la véritable bipolarité de l’époque. Reste une différence importante entre les deux approches. Moscou est partie prenante dans la guerre et son intervention militaire a empêché la victoire de l’insurrection sur le régime. Alger, en revanche, continue de favoriser l’option du dialogue et de la solution politique. En fait, la stratégie russe est redevenue offensive, alors que l’Algérie reste dans une posture défensive.
Vous avez sans doute suivi la visite historique du roi Salman d’Arabie Saoudite à Moscou. Qu’indique-t-elle comme nouvelle tendance dans les politiques étrangères des deux pays ?
Une visite aussi spectaculaire soit-elle ne peut indiquer un changement structurel dans les relations entre deux Etats. Rappelez-vous que le président Ben Bella avait effectué une visite très importante aux Etats-Unis, dirigés à l’époque par JF Kennedy, connu pour ses positions favorables à l’indépendance de l’Algérie. Or, juste après, il a effectué une visite tout aussi spectaculaire à Cuba. L’Arabie saoudite est structurellement liée au bloc occidental, et plus particulièrement aux Etats-Unis. A ce titre, la visite du président Trump à Riyadh était significative, d’autant qu’elle avait des prolongements financiers considérables. 

Publié dans Théma
Page 1 sur 3