Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 03 juillet 2018 06:00

L’élimination de l’Espagne face à la Russie a mis un terme à sa carrière internationale : Iniesta, la sortie qu’il ne méritait pas

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

On ne reverra plus Andres Iniesta avec le maillot de la Roja. Il l’a confirmé dimanche après l’élimination de sa sélection en huitième de finale contre la Russie.


«C’est une réalité qu’il s’agissait de mon dernier match avec l’Espagne», a-t-il affirmé. Une sortie par la petite porte pour l’un des plus grands joueurs de l’histoire du football espagnol.
On le savait mais c’est désormais bien réel : on ne verra plus Andres Iniesta sous le maillot de la sélection espagnole. Le milieu de terrain de 34 ans l’a confirmé en zone mixte après l’élimination de l’Espagne par la Russie (1-1, 3-4 aux TAB) en huitièmes de finale de la Coupe du monde. «C’était mon dernier match avec l’équipe nationale, a lâché Iniesta. D’un point de vue individuel, une merveilleuse étape se termine mais c’est vrai que ce n’était pas l’adieu idéal.» Et pour cause…
Fernando Hierro avait une idée : sortir Andres Iniesta pour mettre un Marcos Asensio censé apporter du peps à un jeu espagnol qui en manquait cruellement. Voilà douze ans qu’Iniesta ne s’était pas assis sur le banc pour une rencontre de compétition internationale. «Je l’ai laissé sur le banc parce que les conditions l’imposaient», s’est défendu Hierro après la rencontre. Choix loin d’être payant au final. Joueur à la classe chevillée au corps, le désormais ex-Barcelonais n’a pas moufté et a tout tenté quand il est entré en jeu à la 67e minute. Cette Roja aurait bien eu besoin d’un énième coup de génie de son maître à jouer depuis dix ans, il n’est jamais arrivé.

Il aurait pu être le héros

«Quand on voit jouer Iniesta, on sent que c’est la fin de quelque chose», nous avait dit Christian Gourcuff il y a dix jours. Ce dimanche, Iniesta n’a rien laissé paraître. En 53 minutes de temps de jeu, il a eu le temps de toucher 58 ballons, se rendant évidemment très disponible comme à son habitude, lui l’un des symboles du tiki-taka si inefficace dimanche parce que joué à un rythme de sénateur et si décrié désormais. «J’entends que je suis vieux depuis mes 30 ans», expliquait l’unique buteur de la finale de la Coupe du monde 2014. Face à la Russie, il n’a pas fait tâche mais le collectif espagnol n’a rien montré.

« L’un des meilleurs joueurs de notre histoire»

Double champion d’Europe et champion du monde, l’éternel numéro 6 de la Roja achève donc son immense carrière internationale dans un match débuté sur le banc et achevé par une élimination face à la Russie. «Je tiens à rendre hommage à l’un des meilleurs joueurs de notre histoire», a dit son sélectionneur Fernando Hierro après la rencontre. C’est un professionnel d’exception. La façon dont il a joué quand il est entré en jeu, on avait l’impression qu’il avait l’envie de sa première fois et je tiens à le remercier de tout mon cœur.» Ironie de l’histoire, c’est face à la Russie, le 27 mai 2006, qu’Iniesta avait honoré sa première sélection. On serait tenté de dire que la boucle est bouclée mais c’est faux. Un joueur de sa classe de son talent méritait une tout autre sortie.

Laissez un commentaire