Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 06 décembre 2018 06:00

Réunion cruciale

Écrit par Rabah Serradj
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La très attendue réunion de Vienne intervient dans une conjoncture compliquée. Tensions entre l’Arabie saoudite et le Qatar, opposition entre les Etats-Unis et l’Opep sur le niveau de production et retrait inattendu du Qatar de l’Organisation. Ce sommet tentera de répondre à une question

cruciale : les pays producteurs doivent-ils revoir à la baisse la production pour endiguer la chute des cours ? L’issue de ces négociations est difficile à prévoir. Bien que la tendance générale plaide pour une hausse du baril qui arrangera tout le monde. L’Opep représente plus de la moitié de la production mondiale de pétrole et sa décision impactera irrémédiablement les marchés. Cependant les Etats-Unis, qui ne font évidemment pas partie de l’Opep, entretiennent une pression permanente, notamment sur l’allié saoudien, pour maintenir un baril à prix bas qui favorise l’économie américaine. Il est évident que les sanctions de Donald Trump contre l’Iran n’ont pas eu d’effet apparent sur la production mondiale, les Etats-Unis ayant prévu le coup en accordant des exemptions à certains pays pour compenser la perte du pétrole iranien. A Vienne les producteurs devront statuer sur la quantité de pétrole exportée. Et sortir avec une décision unanime. L’Opep veut tout particulièrement éviter le scénario d’un baril bien trop bas qui pourrait avoir des conséquences néfastes, voire désastreuses sur les économies de certains pays exportateurs. La logique voudrait donc que les pays membres de l’Organisation s’entendent pour réduire la production, ce qui ferait remonter les prix du baril, sous l’impulsion du principal acteur, l’Arabie saoudite. Cette dernière, particulièrement fragilisée par l’affaire Khashoggi, ne donne plus des signes d’aplomb.
Les négociations seront donc compliquées.
Entre la pression américaine sur l’allié saoudien pour garder, pour l’instant, un baril à prix bas et les intérêts vitaux des producteurs, les négociations risquent d’être longues du côté de Vienne.

Lu 76 fois

Laissez un commentaire