Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

20-Août 1955 et 20-Août 1956, deux dates, deux étapes importantes de la guerre de Libération nationale. Deux événements complémentaires au regard de l’évolution de la guerre de libération. Deux hommes se sont distingués, deux héros : Zighoud Youcef et Abane Ramdane. Le premier dans le nord-constantinois et le second en Kabylie. Un tandem à distance.

dimanche, 19 août 2018 20:22

20 Août 1955 : une offensive stratégique

Écrit par

Samedi 20 août 1955. Une journée caniculaire. Il est juste midi quand l’offensive, pensée et organisée par Zighoud Youssef, dit « Si Ahmed », successeur de Didouche Mourad à la tête de la zone 2 du nord-constantinois, s’engage. A Constantine, chef-lieu du département et siège du commandement militaire de la région, les sirènes hurlent, l’odeur de poudre ajoute à la panique.

Zighoud Youcef. Tous ses compagnons de lutte disent « Si Ahmed » ou « Sidi Ahmed » avec de la dévotion dans la voix et, aujourd’hui encore, la fascination qu’il exerçait demeure intacte chez ceux qui avaient milité, combattu sous ses ordres.

dimanche, 19 août 2018 20:16

Quand L’ALN devient l’armée du peuple1

Écrit par

Passés les premiers mois du passage à la lutte armée, le danger d’un étranglement des maquis était devenu tel que Zighoud Youcef, le successeur de Mourad Didouche à la tête de la Zone 2, en est venu à penser à l’impensable : le lancement d’un soulèvement généralisé pour l’ensemble du Constantinois. Nous ne nous étendrons pas sur les motifs d’une telle décision et sur les réticences des membres du conseil de zone, nous montrerons seulement, à travers cet événement majeur, comment le responsable du FLN-ALN pour le nord-constantinois a finalement pu, par un trait de génie, donner naissance à ce que l’on pourrait appeler « l’armée du peuple », en impliquant toute une population dans l’insurrection2.

dimanche, 19 août 2018 20:14

Soummam, le congrès de la mutation

Écrit par

Le constat peut être fait d’une commémoration sans réelle portée, en termes de meilleure connaissance des faits, des acteurs, des enjeux du Congrès de la Soummam, condamné par la paresse intellectuelle et les calculs politiques de conjoncture à une ritualité incantatoire autour de la personnalité d’Abane, des énoncés de primat de l’intérieur et du politique qui en brouillent le sens. Il peut alors paraître, paradoxalement, salutaire de rappeler qu’il s’agit d’un congrès du FLN, dirigé et organisé par les dirigeants du Front qui doit être entendu dans la continuité de l’engagement insurrectionnel du 1er-Novembre 1954.

Le sénateur RND de Tipasa, Malik Boudjouher, se trouve depuis jeudi dernier à la prison de Chaiba, non loin du chef-lieu de wilaya. Le parlementaire s’y trouve avec les deux personnes qui l’accompagnaient « au moment où il a été pris en flagrant délit de corruption», selon nos sources. Présenté au juge d’instruction près le tribunal de Tipasa, il a été aussitôt placé en détention.

C’est un discours fort et plein de messages codés qu’a prononcé, hier, Ali Laskri, membre de l’Instance présidentielle du Front des forces socialistes (FFS), à Béjaïa, lors d’un meeting à Ouzellaguen, à l’occasion de la commémoration du 62e anniversaire du Congrès de la Soummam.

La ville de Miliana se distinguait par sa variété exceptionnelle du bigarreau faisant la fierté de la région. Pour de multiples raisons, le cerisier se fait rare dans la région et avec lui disparaît tout un savoir-faire ainsi que l’une des fêtes les plus populaires de la région. Aujourd’hui, les Milianis tentent de faire renaître cette variété ainsi que l’esprit festif, en œuvrant à trouver des solutions aux aléas de la nature mais aussi des ravages causés par l’homme.

L’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan et figure marquante de la diplomatie internationale est mort hier à 80 ans après une «courte maladie», a annoncé de Genève sa fondation. Le personnage aura laissé un passage notable à la tête de l’organisation onusienne durant une période particulièrement compliquée des relations internationales. Il sera par ailleurs vivement critiqué par ses détracteurs le considérant comme l’homme des Américains.

L’oral était attendu pour un homme réputé pour son franc-parler. Djamel Belmadi a animé, hier dans l’amphithéâtre Omar-Kezzal au Centre technique national (CTN) de Sidi-Moussa, sa première conférence de presse en tant que driver de l’équipe nationale. Un face à face avec la presse où le successeur de Rabah Madjer a excellé. Séquences choisies.

Page 1 sur 12