Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

Reporters - Filtrer les éléments par date : samedi, 24 janvier 2015

Selon l’APS, l’Algérie va revoir à la hausse la capacité de production de ses projets en énergies renouvelables, en la portant à 25 000 mégawatts. Cette annonce a été faite, jeudi, par le ministre de l’Energie, Youcef Yousfi, lors de son audition par la commission économique de l’Assemblée populaire nationale (APN). D’après la même source, le ministre a fait savoir que son département allait présenter dans les prochaines semaines une actualisation du programme des énergies renouvelables adopté en 2011 par le gouvernement. En février 2011, le gouvernement avait fait connaître ce programme visant, à l’horizon 2030, à installer des capacités de production d’électricité à partir des énergies renouvelables, de 12 000 mégawatts pour la consommation intérieure (un investissement de 60 milliards de dollars) et, si certaines conditions sont réunies, 10 000 MW pour l’exportation (même montant de l’investissement), ce qui, au total, donnait 22 000 MW. La nouvelle mouture va donc contenir une révision à la hausse vers 24 000 ou 25 000 MW au lieu des 22 000 MW du programme de 2011. En même temps, le ministre a assuré que ce programme d’envergure permettrait de produire d’ici à 2030 plus d’un tiers des besoins du pays en électricité à partir de sources renouvelables. L’ambition initiale de l’Algérie, exprimée dans le programme national de développement des énergies renouvelable et de l’efficacité énergétique, adopté en Conseil des ministres en février 2011, était de produire 40% de son électricité à partir des énergies renouvelables. Entre «plus d’un tiers» et 40%, il y a un écart inexpliqué officiellement. Une bonne nouvelle toutefois : le ministre a précisé que le groupe Sonelgaz chargé de la mise en œuvre de ce programme a déjà achevé les études de faisabilité des 12 000 MW et a déjà des estimations sur le coût et la rentabilité de ces projets. Pour 2014, il était prévu d’avoir jusqu’à 350 MW de renouvelables essentiellement à partir du photovoltaïque et de l’éolien produit à partir de la ferme d’Adrar, qui devaient être mis en service et injectés sur les réseaux. Selon un bilan établi par le Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), l’année 2014 a été marquée par la mise en service, par le ministère de l’Energie, d’une centrale solaire photovoltaïque multi technologique pilote de 1,1 MW à Ghardaïa et d’une centrale éolienne de 10 MW à Adrar. Le CDER rappelle également que le ministère de l’Agriculture et de Développement rural a renforcé l’installation de kits solaires pour l’électrification et pour le pompage d’eau dans les Hauts-Plateaux et les sites isolés, tandis que le Centre lui-même a procédé à l’installation de plus de 2500 kits solaires pour les mêmes besoins. Les responsables de Sonelgaz avaient attiré l’attention sur l’option solaire thermique qui constitue la plus grosse part des 12 000 mégawatts prévus, mais qui s’est heurtée au problème du stockage de l’électricité en plus de son coût élevé. Deux projets pilotes de centrales thermiques à concentration avec stockage d’une puissance totale d’environ 150 MW chacune devaient être lancés sur la période 2011-2013 pour s’ajouter à la centrale hybride de Hassi R’Mel d’une puissance de 150 MW, dont 25 MW en solaire. Concernant l’éolien, le programme comprend, entre 2014 et 2015, la réalisation de deux fermes éoliennes de 20 MW chacune. Les chiffres sur les énergies renouvelables en Algérie commencent à rappeler l’histoire de la bouteille à l’encre.

Publié dans Environnement

Les critères et options de la feuille de route de la Commission européenne sur les pesticides perturbateurs endocriniens n’auront que très peu d’incidence économique et ne permettront pas de protéger la santé publique, comme le relève la première recherche indépendante sur le sujet. PAN Europe et Générations Futures dévoilent la première recherche approfondie réalisée par un groupe non lié à l’industrie sur le nombre exact de perturbateurs endocriniens pesticides qui seront réglementés si la feuille de route de la Commission pour l’évaluation de l’impact des critères endocriniens était suivie. Sur les 31 pesticides connus pour avoir des effets endocriniens indésirables, très peu (7, 4 ou 0) seraient ainsi réglementés, en fonction des différents critères et les options proposées par la Commission. Ce résultat contredit totalement les études publiées par plusieurs organisations agricoles et de l’industrie indiquant que de 44 à 87 substances (selon les agriculteurs GB), 17 à 66 (selon Agriboard GB) ou «plus de 37» pour le lobby européen des pesticides ECPA seraient réglementées. Ces études sont en effet basées sur des hypothèses erronées et ne tiennent pas compte des solutions de rechange disponibles. La direction générale pour la santé (DG SANCO) a elle-même pris en compte le pourcentage de 20% des substances qui devraient être réglementées comme pesticides PE (ce qui représente environ 100 pesticides), comme mentionné par l’ECPA, et a commencé à sonner la sonnette d’alarme en 2013, comme le montre un document interne. Le rapport, basé sur une analyse de toute la science disponible sur les pesticides perturbateurs endocriniens rassemblée dans une base de données de plus de 600 études pertinentes sur la santé, conclut que : 31 pesticides devraient être réglementés comme pesticides perturbateurs endocriniens (ED), car ils montrent des propriétés PE et des effets indésirables chez les animaux de laboratoire ; 11 cependant ne seront pas réglementés, car la Commission européenne ne prend pas en compte la recherche universitaire, et il en reste donc 20. Parmi ces 20, 13 seront rejetés et les effets considérés comme sans importance pour la réglementation selon les critères proposés par la Commission (Option 2/3), et 7 resteraient alors. Parmi ces 7, 3 seraient considérés sans importance si le critère «puissance» est utilisé, l’option 4, telle qu’elle est préconisée par l’industrie et au Royaume-Uni, seulement 4 resteraient alors. Les 4 derniers seraient également considérés comme «sûrs» si l’évaluation traditionnelle des risques est appliquée (l’option B de la feuille de route de la Commission).  « Pour PAN-Europe et Générations Futures, la feuille de route présentée par la Commission européenne sape considérablement les dispositions du règlement 1107/2009 sur les pesticides pourtant prévues pour protéger la santé humaine. », déclare François Veillerette, porte-parole de Générations futures et président du réseau européen d’ONG Pesticide Action Network Europe. « Il est urgent que la Commission reprenne en main ce dossier et applique des critères qui permettent d’exclure réellement les pesticides, dont la science nous montre qu’ils sont des perturbateurs endocriniens susceptibles d’avoir des effets négatifs sur l’être humain », ajoute-t-il. (Source : communiqué ONG Générations Futures)

Publié dans Environnement

L’Afrique du Sud a perdu en 2014 un nombre record de rhinocéros, victimes du braconnage intensif, et en a envoyé une centaine à l’étranger pour tenter de préserver cette espèce fortement menacée, a annoncé jeudi la ministre de l’Environnement. Au moins 1215 animaux ont été tués en 2014, soit une hausse de 21% des décès dus au braconnage par rapport à 2013 (1004), qui avait déjà établi un triste record en la matière, a précisé Edna Molewa pendant une conférence de presse. Avec quelque 20 000 bêtes, l’Afrique du Sud héberge environ 90% des rhinocéros du continent - blancs et noirs confondus -, dont la corne est recherchée au Vietnam et en Chine, où elle est utilisée sous forme de poudre dans la médecine traditionnelle ou comme ornement symbole de richesse. Le prix du kilo de corne est estimé à 65 000 dollars (56 500 euros) sur les marchés asiatiques, davantage que les métaux les plus précieux comme l’or et le platine. L’Afrique du Sud a dévoilé en août dernier un projet de déplacement de 500 des quelque 9000 rhinocéros du Parc Kruger, où le braconnage est le plus fort en raison de la proximité du Mozambique, un des pays les plus pauvres au monde. Une centaine d’animaux ont déjà été envoyés dans des pays étrangers, a déclaré la ministre, qui n’a pas souhaité préciser lesquels par mesure de sécurité. Le Botswana, qui dispose de vastes espaces naturels peu peuplés et où le braconnage est peu développé, est considéré par les défenseurs de la nature comme le candidat le plus sérieux. Cinquante-six rhinocéros ont par ailleurs été déplacés à l’intérieur du Parc Kruger, emblème du tourisme sud-africain, depuis régions de fort braconnage vers des zones jugées plus sûres, a ajouté Edna Molewa. En 2015, les autorités sud-africaines prévoient de déplacer 200 animaux supplémentaires qu’une vingtaine d’éleveurs privés se sont portés volontaires pour acheter, a dit la ministre, précisant que les revenus des ventes serviront à financer des projets de protection de la faune sauvage. (Source : agences)

Publié dans Environnement

La justice japonaise a décidé jeudi de ne pas poursuivre d’anciens dirigeants de la compagnie Tepco, exploitante de la centrale accidentée Fukushima Daiichi, en dépit du souhait d’un panel civil qui les rend responsables du drame. « Nous avons estimé que les preuves n’étaient pas suffisantes pour conclure qu’ils auraient pu prévoir ou éviter » l’accident, a déclaré Ryoichi Nakahara, procureur général adjoint du parquet de Tokyo. Cette décision intervient en réponse à un comité juridique indépendant composé de citoyens qui avaient souhaité en juillet dernier que les trois ex-responsables de Tokyo Electric Power (Tepco) soient jugés pour ne pas avoir pris en amont des dispositions ayant pu permettre d’éviter que le tsunami du 11 mars 2011 ne saccage le site atomique. En vertu d’une disposition juridique un peu particulière qui permet à un comité de citoyens de contester une décision de première instance, les juges ont été obligés de reconsidérer leur choix initial de ne pas donner suite à des plaintes à l’encontre de dirigeants de la compagnie. Le parquet a interrogé un groupe plus large d’experts que la première fois, mais est parvenu à la même analyse : Tepco ne pouvait imaginer un séisme et un tsunami de cette ampleur, même si des documents et études plaident en sens contraire. Le tremblement de terre au large des côtes nord-est du Japon avait atteint la magnitude 9 et le tsunami avait largement dépassé les dix mètres de haut. Toutefois, si le comité de citoyens conteste la décision des procureurs une deuxième fois, un groupe d’avocats commis d’office serait alors obligé de déposer des accusations formelles envers les personnes visées : l’ex-président Tsunehisa Katsumata, et les deux anciens vice-présidents Sakae Muto et Ichiro Takekuro. Les militants et les résidents qui vivaient près de la centrale en péril avaient appelé les autorités à inculper une trentaine de responsables de l’entreprise pour n’avoir pas pris les mesures appropriées afin de protéger le site contre un raz-de-marée de grande ampleur, mais aucun n’a été poursuivi pour l’heure. (Source : agences)

Publié dans Environnement

Selon Météo Algérie, le temps restera froid et instable dans les régions du nord du pays, avec de la neige qui affectera les reliefs dépassant les 700 mètres d’altitude. Dans son bulletin électronique, l’office précise  que  des averses de pluies et/ou de grêles notamment sont attendues sur le centre et l’est du pays  alors que de larges éclaircies sont prévues pour la journée de samedi sur l’Ouest et le Centre avant l’arrivée de nuages à partir du dimanche suivis de pluies orageuses localement. Des chutes de neige affecteront les reliefs du centre et de l’est du pays dépassant les 700 et 800 mètres d’altitude dimanche et lundi, ajoute Météo Algérie. Les températures maximales oscilleront, quant à elles, entre 10°c et 13°c près des côtes et entre 3°c et 05°c vers l’intérieur et les Hauts-Plateaux, tandis que les vents seront modérés à parfois assez forts près des côtes. La dégradation du temps depuis mercredi dans la soirée a entrainé la perturbation de la circulation. A El Bayadh, les fortes chutes de neige ont bloqué la RN 47 reliant le chef-lieu de la wilaya à Laghouat, au niveau de la zone de Laguermi. Idem pour les RN-6A et RN-47, reliant respectivement les communes d’El-Bayad à Bougtob et El-Ghassoul à Brezina. La ville de Sétif et ses environs étaient recouverts depuis vendredi matin par des couches de neige d’une épaisseur de 15 à 20 cm. Plusieurs tronçons routiers  situés en altitude, à l’exemple de Takouka, Meghriss, Babor, Bouandas, Ait Tizi, Ait Noual M’zada ou encore Tikerkart,  ont été  obstrués par la poudreuse. Mais les principales, à l’exemple de l’autoroute Est-Ouest et des voies nationales situées dans les zones de plaine, sont restées carrossables, quoique requérant beaucoup de prudence. A Batna, la neige a affecté les zones montagneuses dans les localités de Merouana, Nafla, Theniet Ersass et Ain Ettine, en plus des axes secondaires situés en montagne. A Tizi Ouzou, les éléments de la police sont sortis sur le terrain pour participer aux opérations de rétablissement de la circulation, notamment à Ain El Hammam, Bouzguene et Larbaa N’Ath Irathen. En effet, d’importantes chutes de neige ont été constatées, dans la nuit de jeudi dernier et se sont poursuivis, dans la matinée d’hier, vendredi, dans certains villages et communes de haute Kabylie. C’est le cas à Bouzeguène, Aïn El Hamam, Iferehounène, Imsouhal, Abi Youcef, Larbaa Nath Irathène, Yakourène, notamment, où les habitants joints par téléphone ont témoigné de la chute d’importantes chutes de neige, atteignant, par endroits, une épaisseur de 30 à 40 cm. D’importantes précipitations de pluie ont été enregistrées, également, depuis la soirée de jeudi dernier et se sont poursuivies, durant une bonne partie de la journée d’hier, vendredi. Une situation qui a causé quelques désagréments aux usagers de la route, comme ce fut le cas des automobilistes qui ont eu quelques difficultés à rouler sur l’axe Tizi-Ouzou-Draâ-Ben-Khedda de la RN12, en raison de l’inondation sur de nombreux points de la chaussée.

Publié dans Der

Le ministre de l’Industrie et des Mines Abdeslam Bouchouareb a examiné, hier à Davos (Suisse), avec un responsable du Forum économique mondial de Davos (WEF) les opportunités de coopération entre les deux parties. Lors de la troisième journée de sa participation au Forum, qui se tient du 21 au 24 janvier, le ministre a reçu, selon l’APS,  un membre du Conseil d’administration du WEF Davos et ex-ministre fédéral allemand de l’Economie, M. Philip Esler. L’audience a été consacrée à l’examen d’opportunités de coopération entre l’Algérie et le WEF Davos, et ce, dans le cadre des mesures prises pour l’amélioration de la compétitivité de l’économie algérienne. A cet effet, une délégation du Forum mondial est attendue prochainement à Alger, a indiqué l’APS. M. Bouchouareb a également reçu le vice-président exécutif de la société Royal Philips, M. Ronald De Jong, dont l’entreprise active déjà en Algérie et qui a présenté les nouveaux centres d’intérêts de son entreprise pour le marché algérien. Par ailleurs, le ministre de l’Industrie et des Mines a pris part à une session portant sur le thème « lutte contre la violence extrémiste » qui a évoqué ce phénomène qui s’est globalisé et devenu une des « préoccupations majeures » des sociétés modernes. Elle a examiné, entre autres, les moyens possibles que la communauté internationale pourrait mobiliser pour faire face à la menace que constitue ce fléau. « Loin d’être circonscrit à l’intérieur des frontières bien délimitées, le terrorisme dispose de nos jours d’une puissance destructrice qui menace tous les pays », a-t-on estimé, ajoutant que ce nouveau défi ne saurait être appréhendé qu’à travers « un engagement et une coopération internationale renforcée ».

Publié dans Der

Le ministère de la Défense nationale a rendu compte dans deux communiqués distincts de nouvelles arrestations de terroristes dans les régions de l’extrême sud du pays. Un détachement de l’ANP relevant du secteur opérationnel de la 4e Région militaire, à El Oued, a arrêté mercredi dernier un terroriste recherché, membre d’un groupe terroriste activant à l’étranger. Dans la même région, deux contrebandiers ont été arrêtés et un camion chargé de 36 978 comprimés et 527 boîtes de médicaments, de produits pharmaceutiques et de psychotropes, ainsi qu’une quantité de 1 000 litres de carburant destinée à la contrebande ont été saisis. Par ailleurs, deux détachements de l’ANP relevant des secteurs opérationnels de Tamanrasset et de Bordj Badji Mokhtar, 6e Région militaire, ont arrêté, les 21 et 22 janvier derniers, lors de deux opérations distinctes en coordination avec les éléments de la Douane algérienne, 46 personnes de différentes nationalités africaines dont 12 Algériens, 18 Soudanais, 11 Nigériens, 3 Libyens, 1 Mauritanien et 1 Tchadien. Ces deux opérations ont permis la saisie de 5 véhicules tout-terrain, 21 appareils de détection de métaux, 2 téléphones satellitaires de type Thuraya, 6 téléphones mobiles et une quantité de carburant estimée à 2 600 litres. Le même jour, à In Amenas, un criminel a été arrêté et un pistolet automatique, une quantité de munitions (54 balles 9mm), deux téléphones satellitaires et vingt-cinq couvertures récupérés.

Publié dans Der

L’ambassade des Etats-Unis en Algérie a rendu public un communiqué selon lequel la représentation du bureau de l’Initiative de partenariat avec le Moyen-Orient (MEPI)  qu’elle abrite lance un nouveau programme de formation pour 2015. Ce programme intitulé « Student Leaders » est d’une durée de six semaines. Il se déroulera aux Etats-Unis, le lieu et les universités qui l’accueillent ne sont pas précisés et il est conçu pour les jeunes universitaires âgés entre 18 et 24 ans.  Il est également ouvert à ceux qui sont actuellement inscrits entre la première et la troisième année (système classique), première et deuxième année (système LMD) ou entre la première et la quatrième année (système ingéniorat). Les candidats à ce programme doivent maitriser la langue anglaise. Ils doivent aussi avoir de bons résultats dans leurs études, de bonnes recommandations de leurs enseignants et de n’avoir jamais bénéficié d’un programme d’échange aux Etats-Unis. Le profil souhaité par les concepteurs du programme est que les postulants soient « engagés dans la société civile » et qu’ils soient «prêts à passer le ramadan et l’Aïd 2015 aux États-Unis. Ce qui indique que ce cycle de formation se déroulera durant la période de l’été. D’après le communiqué de l’ambassade US, « ce programme est une excellente opportunité pour acquérir des compétences académiques et une expérience pratique. Il offre également des opportunités de réseautage avec des étudiants partageant les mêmes idées dans la région MENA (Moyen-Orient-Afrique du Nord). Les candidats doivent envoyer le formulaire de demande de participation en anglais téléchargeable via le lien suivant : http://algiers.usembassy.gov/mepi.html. Il doit être accompagné d’un curriculum-vitae (CV) « mettant en évidence l’engagement civique, le leadership, les activités parascolaires et les accomplissements académiques ». Une copie claire de la première page du passeport ; les derniers relevés de notes (la traduction n’est pas requise). Ainsi qu’un essai en anglais, de 500 mots maximum, répondant aux questions suivantes : « Ecrire sur un problème qui touche actuellement votre communauté. Comment le résoudriez-vous si vous le pouviez? » « Quelles sont les qualités d’un leader efficace? Nommez un leader qui est toujours en vie que vous admirez et expliquez pourquoi ». La date butoir pour le dépôt de la demande est fixée au 10 février 2015. Les candidats doivent envoyer les documents requis ainsi que l’essai à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Publié dans Der

Trente-trois personnes ont été blessées, certaines grièvement, dans un accident de la circulation survenu hier sur la RN-1A, sur le territoire de la commune de Sidi-Bouzid, a-t-on appris auprès du directeur de la Protection civile de la wilaya de Laghouat. Un camion semi-remorque est entré en collision, en raison du verglas sur la chaussée, avec un bus de transport de voyageurs assurant la liaison Béchar-Sétif, percuté à son tour de l’arrière par un autre bus assurant la ligne Bechar-Constantine, faisant 33 blessés parmi les occupants des trois poids lourds, a précisé à l’APS le lieutenant colonel Abdelhak Lagraâ. Evacués à l’établissement public hospitalier d’Aflou, deux des blessés sont dans un état jugé grave, onze sont sous contrôle médical et le reste reçoivent des soins au niveau du service des urgences, a-t-il ajouté. Les services de la Gendarmerie nationale ont ouvert une enquête pour déterminer les circonstances exactes de cet accident.

Publié dans Der

Une personne a été tuée et 48 autres ont été blessées hier dans l’explosion d’une voiture, probablement piégée, dans le sud des Philippines, ont annoncé les autorités locales. Les autorités de la ville de Zamboanga ont attribué la responsabilité de l’explosion à des militants islamistes liés à Al-Qaïda. Des témoins ont raconté à la police qu’une voiture garée avait été pulvérisée en milieu d’après-midi par une forte explosion qui a fait voler en éclats de nombreuses vitrines dans un quartier commerçant de la banlieue de la ville de Zamboanga. « On soupçonne qu’il y avait une bombe dans la voiture », a déclaré à la presse le chef de la police municipale, Angelito Casimiro. Aucune revendication n’a pour le moment été formulée et on ignorait l’identité de la personne tuée, a poursuivi M. Casimiro. La plupart des autres victimes ont été blessées par des éclats de verre et ont été hospitalisées, a-t-il encore dit.

Publié dans Der
Page 1 sur 6