Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

Reporters - Filtrer les éléments par date : dimanche, 25 janvier 2015

En Algérie, les forêts ont les faveurs de la communication institutionnelle et des médias qui la relaient, deux fois par an, surtout pour les arbres qu’elles abritent : à la veille de la saison estivale propice aux incendies qui constituent leur plus grande menace et en octobre pour la Journée de l’arbre. En dehors de ces moments, on n’a que très rarement des nouvelles des forêts. Ce jeudi, le Conservateur des forêts de la wilaya d’El Tarf, Mohamed Teyar, a tout de même réussi à placer une information, certes peu réjouissante, sur le patrimoine dont il a la charge et qui occupe plus de 51 % de la superficie globale de la wilaya. Ce qui est exceptionnel quand on sait que sur l’ensemble du territoire national le patrimoine forestier n’en représente que 11%. Les délits forestiers, a-t-il confié à l’APS, ont endommagé, ces dernières années, près de 520 hectares de forêts. Ces délits se partagent, a-t-il précisé, entre le défrichement illicite pour l’exploitation de superficies pour la culture de pastèques et les constructions sans autorisation en milieu forestier, ainsi que les coupes illicites de bois. A ces atteintes s’ajoutent les incendies, dont beaucoup ne sont pas provoqués par la seule canicule, qui touchent en moyenne nationale et annuelle jusqu’à 30 000 hectares. Ceux qui agressent ainsi les forêts ignorent qu’elles sont un maillon important dans la chaîne alimentaire, comme l’ont souligné les premiers résultats d’une étude internationale en cours. Les paysages boisés fournissent de la nourriture, du carburant, du fourrage et des produits que des familles peuvent échanger ou vendre. Dans ce sens, des facilités sont accordées aux riverains pour les activités apicoles et l’exploitation des vides labourables, a fait savoir le conservateur des forêts. Mais, des infractions à la loi sont commises pour détourner les forêts de leur vocation naturelle. Un programme a été engagé pour le reboisement des parcelles endommagées, a ajouté Mohamed Teyar qui appelle à «une plus grande vigilance et une implication de tous pour préserver la richesse forestière» de cette wilaya. Les populations qui habitent ces espaces et les connaissent de l’intérieur sont les premières concernées par les aménagements qui sont apportés aux forêts, y compris quand ils sont effectués légalement. En décembre dernier, un Forum des paysages s’est tenu à Lima, au Pérou, en marge des négociations des Nations unies sur le climat. Organisé par le Centre de recherche forestière internationale, il a réuni des experts du changement climatique, des ministres, des scientifiques, des usagers des terres et des représentants de la société civile, dont des représentants de communautés locales et autochtones. Le Forum a lancé un message auquel nos forestiers ne sont certainement pas insensibles : «Au niveau mondial, les forêts se trouvent là où vivent les peuples autochtones. Nous ne prétendons pas être les propriétaires de toutes les forêts du monde. Néanmoins, nous avons une influence sur elles, puisque les forêts font partie de nos vies. Et ceci doit être respecté. Or, comment pouvons-nous gérer cette situation si nous ne disposons pas de règles claires ?» Ce souci est présent chez nous quand on sait que les forêts algériennes intéressent les opérateurs qui y voient un véritable « gisement vert ».

Publié dans Environnement

Pékin a fermé ou déplacé 392 usines polluantes en 2014, a-t-on appris à l’occasion d’une session de l’assemblée populaire municipale qui s’est ouverte vendredi. En tout, 30 plates-formes industrielles de soutien et de coopération et 53 programmes concernés ont été lancés pour déplacer les entreprises polluantes hors de la capitale l’année dernière, a déclaré Wang Anshun, maire de Pékin, dans un rapport de travail du gouvernement. En outre, 36 marchés de vente en gros proposant des produits bas de gamme ont été fermés. Les autorités municipales chargées de l’industrie et du commerce ont refusé 3760 demandes de création d’entreprises, car les activités de celles-ci figuraient sur la liste des opérations interdites ou restreintes. Selon le rapport, le déménagement des fonctions non-essentielles depuis Pékin est devenu une priorité dans le cadre du développement coordonné des municipalités de Pékin et Tianjin et de la province du Hebei. 300 usines supplémentaires devraient être fermées en 2015. Au début de cette année, la Chine a annoncé qu’elle apportera davantage de soutien aux organisations non-gouvernementales (ONG) dans leurs actions en justice contre les contrevenants aux règles sur l’environnement, selon une interprétation judiciaire publiée mardi dernier par la Cour populaire suprême (CPS). La CPS, le ministère des Affaires civiles et le ministère de la Protection de l’environnement ont également publié une circulaire pour garantir ce genre d’actions en justice. D’après cette interprétation judiciaire, une ONG qui protège les intérêts du public et mène des activités pour protéger l’environnement sera reconnue comme « ONG pour la protection environnementale ». Fin septembre 2014, la Chine comptait plus de 700 ONG ayant pour vocation de protéger l’environnement, a indiqué Liao Hong, un responsable du ministère des Affaires civiles. L’interprétation judiciaire stipule que les frais de justice seront réduits dans les poursuites publiques à but non-lucratif et seront payés par la défense si le plaignant remporte le procès. Les ONG pour la protection environnementale pourront également intenter des procès contre les contrevenants dans tout le pays, même en dehors de leurs régions d’immatriculation, selon cette interprétation judiciaire. Les ONG pour la protection environnementale cherchant à obtenir des gains dans les procès seront sanctionnées, ajoute l’interprétation. (Source : agences)

Publié dans Environnement

Ce sont des chiffres très encourageants que vient de dévoiler l’Inde. En trois ans, la population de tigres dans le pays aurait augmenté de 30% : elle serait passée de 1706 spécimens en 2010 à 2226 en 2014, selon le récent rapport dévoilé par le ministre de l’Environnement indien Prakash Javadekar. « Alors que la population de tigres diminue dans le monde, elle augmente en Inde. Elle a progressé de 30% par rapport au dernier recensement. C’est un énorme succès », a commenté le ministre. Le recensement a été réalisé grâce à 9700 pièges photographiques installés dans les zones d’habitat des tigres. Avec ces dispositifs, plus de 70% des félins ont pu être photographiés et identifiés à l’aide d’un logiciel. Belinda Wright, de la Wildlife Protection Society of India a déclaré que cette méthode était « scientifiquement robuste » et impliquait des officiels, ONG et autres spécialistes pour surveiller l’animal sur une zone couvrant près de 300 000 kilomètres carrés. « L’information est aussi précise que possible. Donc c’est une très bonne nouvelle pour les tigres », a-t-elle déclaré à l’AFP. Ces chiffres confirment une tendance à la hausse en Inde, alors qu’en 2006, les félins étaient au nombre de 1411. Néanmoins, pour certains, ils sont assez inattendus. « Je suis un peu surpris et perplexe. En juin 2014, j’étais en séminaire à Interpol et nous évoquions plus le chiffre de 2400 à 2500 tigres sur Terre, dont environ 1750 pour l’Inde », explique Frédéric Geffroy, président et fondateur de l’association Planète Tigre. Selon Frédéric Geffroy, un recensement est encore en cours dans certaines des 47 réserves de tigres de l’Inde. Mais si ces chiffres traduisent « la réalité, j’en suis très heureux », souligne-t-il. Ils témoignent en effet de l’efficacité des efforts menés en Inde pour la conservation des tigres dont la population est tombée à 1700 spécimens en 2007 dans le pays, alors qu’elle avoisinait les 400 000 dans les années 1940. « A une époque où la population mondiale de tigres est menacée, il est encourageant de voir que le nombre de tigres en Inde augmente. Ce n’était pas le cas il y a une décennie et je suis fier que nous ayons relevé le défi et inversé la situation », s’est réjoui le ministre de l’Environnement indien. Au cours des décennies précédentes, les tigres ont perdu une grande partie de leur territoire en Inde en raison du développement urbain et de la déforestation. « La perte de couloirs de vie pour les tigres est une grande préoccupation, la terre étant de plus en plus réservée au développement » d’activités humaines, a expliqué Belinda Wright. Parmi les raisons de l’amélioration, le ministre a ainsi cité une meilleure gestion des réserves de tigres, censées leur offrir un habitat sous protection et permettre de réduire les contacts entre humains et animaux, dont les conséquences sont parfois tragiques. Aujourd’hui, les 47 réserves naturelles, gérées par le Project Tiger, couvrent quelque 50 000 kilomètres carrés du territoire indien. (Source : Maxisciences)

Publié dans Environnement

Lancée depuis quelques semaines, la marque italienne de la pneumatique Pirelli s’installe officiellement en Algérie à travers le groupe GBH (groupe Bernard Hayot), représentant de Citroën en Algérie. La stratégie de développement de Pirelli est d’abord de répondre à tous les besoins du marché algérien. Pour ce faire, une large gamme de pneumatiques est proposée au client, avec plus de 250 références pour les segments des véhicules de tourisme, 4x4 et camionnettes. Les autres segments auront aussi une large gamme, comme les engins de travaux publics, agricoles, les poids lourds… Cette annonce a été faite récemment par M. Yannick Ferret, responsable du développement de Pirelli en Algérie, lors d’une conférence de presse animée à Alger. Pour la distribution, M. Ferret a précisé que la stratégie de Pirelli est différente de celle adoptée par d’autres marques. « Nous comptons déjà 11 points de vente et notre réseau de distribution sera développé loin des schémas classiques adoptés par les autres marques », a-t-il dit, en précisant qu’un cycle de formation est dispensé à plusieurs équipes dans les locaux de Saïda afin d’en faire « un métier maîtrisé ». Les agents formés, a-t-il encore souligné, auront la mission de répondre à toutes les sollicitations des clients. Il a cité à titre d’exemple le modèle de pneus adéquat à chaque terrain. D’où, a-t-il dit, la nécessité de former des gents dans ce domaine. 100 emplois directs et indirects seront ainsi créés. Pour cet équipementier de grandes marques automobiles, notamment les véhicules de luxe, l’objectif est de pouvoir équiper tous les autres modèles de voitures. Même si la mission est déjà entamée, Pirelli compte arracher sa part du marché en s’intéressant davantage à tous les segments généralistes, elle qui s’est distinguée par l’équipement de la F1 qui est un vecteur communicationnel important pour le groupe. A propos du choix porté sur Saïda, M. Ferret a souligné que « c’est un gage de garantie ». Interrogé sur l’absence de représentant de la marque dans le sud du pays, il a révélé que cette « option est contenue dans le plan business du groupe pour l’année 2016 ». Concernant les prix, il a rassuré que la politique de Pirelli est « d’être le meilleur sur le plan qualité/prix ». Pirelli a été fondée en 1872. La marque était spécialisée dans le câble et l’aciérie. En 1901, elle fabrique son premier pneu, pour se lancer dans cette aventure qui la hissera parmi les cinq grandes marques de pneumatique dans le monde.

Publié dans Grand angle

Les ONG La Déclaration de Berne et Greenpeace ont décerné vendredi à la compagnie pétrolière Chevron leur prix de la honte appelé « Public Eye Lifetime Award », selon un communiqué publié à Davos, en marge du Forum économique mondial. Parmi tous les anciens lauréats des prix de la honte, que ces ONG ont décernés depuis 2005, les internautes ont « clairement » choisi le géant pétrolier américain pour son refus d’« assumer ses responsabilités dans l’une des pires catastrophes environnementales jamais survenues ». Concrètement, il s’agit selon les ONG, du « désastre écologique engendré par l’exploitation pétrolière dans la forêt vierge du nord de l’Equateur ». Selon Paul Paz y Miño, le représentant d’Amazon Watch, l’organisation américaine à l’origine de la nomination du géant pétrolier, « Chevron refuse toujours de s’acquitter des 9,5 milliards de dollars que la compagnie a été condamnée à verser au titre des dommages (qu’elle a infligés) et pour l’assainissement des zones dévastées par l’exploitation pétrolière ». Le militant a aussi dénoncé le fait que cette entreprise américaine « retarde depuis 20 ans l’application des décisions de justice, prolongeant ainsi les souffrances de plus de 30 000 personnes ». Amazon Watch se chargera de remettre le prix au siège de Chevron, en Californie. En 2005, La Déclaration de Berne et Greenpeace ont décidé de décerner tous les ans ces prix de la honte pour mettre en lumière les pires violations des droits de l’homme et les atteintes les plus graves à l’environnement dont des multinationales sont responsables. Les deux organisations entendent désormais concentrer leurs efforts au sein d’une large coalition d’ONG en Suisse et faire campagne sur le plan politique. Concrètement, les ONG demandent que toutes les sociétés suisses soient obligées de respecter les droits de l’homme et l’environnement partout dans le monde. (AFP)

Publié dans Environnement

La remise du trophée aura lieu le 25 février, en présence des partenaires du CJAA, ALD Automotive, GL Event (organisateur d’évènements), Equip-Auto, Logicargo Algérie (spécialiste dans le transport de véhicules), Globtainer (commissionnaire transport), Pirelli, Parrot (distributeur de tablettes et Bluetooth) et Juba Editions. C’est fait, le Club des journalistes automobile algériens (CJAA) a arrêté la liste des sept finalistes pour le Trophée de la voiture de l’année 2015 en Algérie. Celle-ci intervient après que le CJAA eut établi une première liste de véhicules neufs introduits en Algérie par les concessionnaires. Cette sélection a été effectuée sur la base de critères établis préalablement, dont le nombre d’exemplaires vendus ou escomptés, le design, l’habitabilité, la qualité et finition, ainsi que le prix. Par ailleurs, les membres du CJAA ont tenu compte d’un critère important, à savoir la communication régulière des volumes de ventes par les concessionnaires, et ce, afin de prendre en considération la voiture à désigner finaliste ou encore l’élue de l’année 2015 en Algérie. Ce critère, estime le CJAA, est extrêmement important, dans la mesure où les véhicules neufs et susceptibles d’être élus doivent investir le marché et que le concessionnaire concerné soit en mesure de mettre son produit sur le marché avec ce travail d’image de marque, d’une part, et de communiquer les chiffres de ventes ou les prévisions, notamment si telle ou telle voiture pourrait faire de gros volumes de vente. Aussi, les véhicules ayant cumulé le plus grand nombre de points ont été retenus parmi une liste initiale de 24 véhicules, parmi lesquels Audi A3 Limousine, Brillance H230, BYD F5, Chevrolet Optra, Citroën C4 Cactus, Citroën C4 Picasso, Geely S3, Haima M3, Mahindra Quanto, Mahindra SUV 500, Mercedes Classe C, Mercedes GLA, Mitsubishi Mirage, Nissan X-Trail, Opel Corsa, Peugeot 308, Porsche Macan, Range Rover Sport, SsangYong Stravic2, Suzuki Ertiga, Suzuki Ciaz, Skoda Rapid Spaceback, Toyota Yaris Sedan et Zotye Z100. Dans la phase suivante, les 7 voitures désignées feront l’objet au cours des prochains jours de tests dynamiques de la part de l’ensemble des membres du CJAA pour étayer leurs jugements et désigner en définitive et en toute objectivité la voiture de l’année 2015. La remise du trophée est prévue pour le 25 février, au lieu du 26 février, en présence des partenaires du CJAA, dont ALD, GL Event, Equip-Auto, Universal Transit, Pirelli et Juba Editions, d’une part, et afin de permettre à tous les acteurs du secteur d’être présents, de l’autre. En outre, le CJAA s’est réuni jeudi dernier au Karting de Chéraga (Méga-Kart) pour peaufiner la fiche de notation et revoir certains critères liés notamment à la sécurité, à la lumière du cahier des charges en cours de validité. Le critère de millésime ayant été introduit pour prendre en considération l’année de commercialisation de la voiture dans son pays d’origine et/ou de fabrication, mais aussi son introduction sur le marché algérien, le CJAA entamera bientôt, en guise de dernière ligne droite, des tests dynamiques dans une wilaya qui sera également connue dans les prochains jours. Notons, enfin, que le CJAA, dont le porte-parole n’est autre que le doyen Belkacem Bellil, est constitué de 14 journalistes spécialisés dans le domaine de l’automobile et représentant les principaux titres de la presse nationale (quotidiens, magazines et sites Internet spécialisés).

Publié dans Grand angle

Dans le cadre d’une nouvelle stratégie visant à appuyer son développement dans le continent africain, le constructeur japonais Nissan compte rénover pour avoir plus de parts de marché. Dans un communiqué rendu public, dont nous reproduisons de larges extraits, il est à noter qu’il est décidé, dans le cadre d’un renforcement de sa croissance en Algérie, Nissan a adopté une nouvelle dynamique qui se traduira, en Algérie, par le lancement de nouveaux modèles, tels la Sunny Facelift, le nouveau Juke relooké et le nouveau X-Trail. « La participation du constructeur automobile nippon au prochain Salon de l’Automobile d’Alger sera marquée par le lancement d’un nouveau modèle, apportant plus d’innovation et d’enthousiasme aux conducteurs algériens », informe le communiqué, qui ajoute que « le stand Nissan sera plus que jamais attractif et les visiteurs vivront une expérience de sports mécaniques Nissan particulière, grâce aux simulateurs de jeux vidéo, notamment Gran Turismo 6 ». Nissan a procédé à la restructuration de ses réseaux de vente dans de nombreux pays et entend lancer de nouveaux modèles de véhicules. S’appuyant sur une présence datant de plusieurs décennies sur le continent africain, Nissan est devenu le premier constructeur automobile au Nigeria grâce aux politiques décidées par le gouvernement dans le but d’encourager la production nationale. En outre, Nissan entend ériger son unité du Nigeria en pôle opérationnel majeur aux côtés de ses usines en Egypte et en Afrique du Sud. Pour rappel, Nissan est le premier constructeur automobile à avoir introduit des véhicules électriques à zéro-émission sur le continent africain, grâce notamment à la Nissan LEAF, leader mondial des ventes de VE, qui circule désormais sur les routes d’Afrique du Sud. Nissan est le deuxième constructeur automobile du Japon, ayant son siège à Yokohama (Japon) et fait partie de l’Alliance Renault-Nissan. Avec plus de 244 500 employés dans le monde, Nissan a vendu près de 5,2 millions de véhicules et a généré des revenus de 10,5 milliards de yens (105 milliards USD) au titre de l’exercice 2013. En outre, Nissan propose une large gamme de plus de 60 modèles sous les marques Nissan, Infiniti et Datsun. En 2010, Nissan a présenté la Nissan LEAF, et continue à mener son leadership dans la zéro-émission. La LEAF est le premier véhicule électrique du marché grand public, lancée à l’échelle mondiale. Elle est aujourd’hui un bestseller des véhicules électriques avec une part de marché de près de 50 % du segment des véhicules zéro-émission. A propos de Nissan Algérie, le Groupe Hasnaoui est le distributeur exclusif de Nissan Motors en Algérie depuis 1993. La collaboration entre Nissan et Nissan Motors Algérie en 2014 et 2015 est à l’origine du lancement d’impressionnants nouveaux modèles sur le marché algérien qui s’adapte aux besoins spécifiques de nos clients locaux. Le Groupe Hasnaoui est fort d’un vaste réseau composé de 48 distributeurs répartis sur tout le territoire algérien. 

Publié dans Grand angle

L’année 2014 était le reflet de la bonne santé de Hyundai Truck. Entre présence, disponibilité et prix défiant toute concurrence, Hyundai Motor Algérie (HMA) s’est montré présent dans différents évènements, salons et foires avec sa large gamme de produits s’étalant d’un PTAC de 3,5 t à plus de 30 t et bus. Dans un marché qui ne cesse de régresser, HMA a fini l’année 2014 avec plus de 3 600 facturations, soit une évolution de 28%. Une augmentation de 39% dans le segment des Mighty (0-8 t) qui a engendré la reprise de sa place de leader. Par ailleurs, HMA affiche une progression de 15% dans le segment HDT (+16 t). L’année 2015 s’annonce très prometteuse avec l’introduction du camion premium (X-Cient) et la pénétration d’un autre segment.

Publié dans Grand angle

Jeudi dernier, un rendez-vous a été donné aux fans de la marque au losange pour se connecter en live-chat avec le pilote Laurent Hurgon, et ce, pendant deux heures de temps ! Et pour remercier ses 700 000 fans, la page Facebook de Renault Algérie a organisé un chat exclusif avec ce pilote. Une excellente opportunité pour lui poser toutes les questions qu’ils souhaitaient concernant le record. Test réussi, puisque le pilote a répondu en simultané. Rappelons que grâce à Laurent Hurgon, Mégane R.S. 275 Trophy-R a affolé le chrono au Nürburgring avec un record de 7’54’’36 !

Publié dans Grand angle

Le groupe Saida a inauguré son premier agent agréé Scania à l’est du pays. Installée depuis 2010 en Algérie, Saida, distributeur officiel de la marque premium Scania, vient ainsi étoffer son réseau, au grand bonheur de ses clients. Avec une superficie de 1 200 m2, l’agent BMRS-HAKO, située dans la zone industrielle de Kechida, à Batna, compte un atelier de 700 m2, un magasin de 500 m2 et ses sept baies, dont une dédiée au service rapide pour garantir la satisfaction du client. En attendant l’ouverture d’un second agent à l’ouest du pays, Saida compte aujourd’hui trois points de service, à savoir une direction générale à Alger, une succursale à Sétif et un agent agréé à Batna. 

Publié dans Grand angle
Page 1 sur 7