Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

Reporters - Filtrer les éléments par date : lundi, 26 janvier 2015

Les Nations unies ont tenu une conférence internationale consacrée à la haute mer, qui s’est terminée samedi, après quatre jours de négociations, sur un accord pour commencer à négocier un traité qui protégerait pour la première fois la biodiversité dans la profondeur des océans. La haute mer passe pour être le lieu de pratiques maffieuses de pêche illégale impliquant des réseaux criminels. Dernièrement, Interpol est intervenu sur un cas de pêche illégale dans l’océan Austral, un secteur protégé par la Convention relative à la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR). Il s’agissait de légines, qui sont de gros poissons carnassiers à la chair très appréciée. Interpol a annoncé avoir émis auprès des 190 pays membres, une notice violette visant trois navires (le Yongding, le Kunlun et le Songhua) et un réseau suspectés, c’est-à-dire les propriétaires, le personnel et les bénéficiaires, de la pêche. Ces trois bateaux repérés entre le 6 et 13 janvier, avaient été vus naviguant ensemble en décembre 2014. Ils ont changé 
à plusieurs reprises leurs noms, leur enregistrement et les éléments d’identification, pour éviter toute détection, selon Interpol. La notice de couleur violette utilisée par Interpol a été émise, pour la première fois, en septembre 2013, à la demande de la Norvège, pour avoir, à l’époque, des informations sur un bateau suspecté de pêche illégale dans le sud de l’Atlantique. Ce navire avait changé de nom une douzaine de fois au cours des 10 années précédentes, et a été immatriculé dans au moins huit pays différents, pour éviter d’être repéré. Il était soupçonné de pêche illégale dans l’océan Atlantique au large des côtes du sud et du centre de l’Afrique et figurait depuis 2004 sur la liste noire de la CCAMLR, et depuis 2007 sur celle de l’Organisation des pêches de l’Atlantique Sud-Est (SEAFO).  C’est pour lutter contre cette maffia de la pêche illégale en haute mer que la majorité des Etats membres de l’ONU ont décidé d’engager des négociations diplomatiques pour arriver à définir les moyens de protéger la biodiversité marine. Des organisations écologistes regroupées dans la Coalition pour la haute mer (High Seas Alliance) ont salué «une étape importante pour la protection des océans». Il reste encore d’autres étapes à franchir. L’Assemblée générale de l’ONU est appelée à entériner formellement l’accord, le premier du genre, à sa prochaine session fin septembre 2015. Selon l’AFP, qui a eu une copie du texte adopté samedi, un «comité préparatoire sera mis sur pied en 2016 pour dessiner les contours d’un futur traité international et faire des recommandations à l’Assemblée à sa session de septembre 2017 ». Par la suite, une «conférence intergouvernementale sous l’égide des Nations unies» se réunira afin de négocier ce qui est qualifié d’«instrument international juridiquement contraignant» qui portera donc sur «la préservation et l’utilisation durable de la biodiversité marine dans les zones situées au-delà de la juridiction nationale» (200 miles nautiques). Ces espaces représentent 64% des océans et 43% de la surface de la Terre, ce qui en fait la plus grande biosphère de la planète. Un des objectifs est la création de «zones marines protégées». Greenpeace souhaite que ce réseau de réserves marines couvre 40 % de la surface des océans, interdite à l’exploitation minière et à la pêche industrielle. Pour le moment, le réseau protégé n’atteint que 1 % de la surface des océans. Cette protection concerne également la pollution, due principalement au trafic maritime, et les effets des changements climatiques.

Publié dans Environnement

Entre 4500 et 7000 personnes, dont des élus, ont défilé samedi à Lannion, en France, contre un projet d’extraction de sable qui menacerait l’écosystème et les emplois. Le sable ainsi prélevé serait utilisé pour amender les terres agricoles. De nombreux élus participaient à cette manifestation familiale et bon enfant, derrière une grande banderole « Non à l’extraction de sable en baie de Lannion ». Les élus de Lannion Trégor Communauté sont opposés au projet, de même que plusieurs parlementaires de la région. La députée de la circonscription, Corinne Erhel (PS), a annoncé lors de ce rassemblement une table-ronde à son sujet « d’ici une quinzaine de jours » au ministère de l’Economie. « Non à Macron, oui au lançon », pouvait-on lire sur des pancartes, en référence au ministre de l’Economie, dont la décision est attendue très prochainement sur ce dossier contesté. Quant au lançon, c’est un petit poisson très présent sur le site envisagé, qui attire les bars, lieues et autres raies, de même que les nombreux oiseaux de la réserve ornithologique voisine des Sept Iles. «Pas de tunes avec nos dunes», «Qui vole le sable récolte la tempête», «Macron, le Trégor te dit non» ou encore «Je suis le sable» protestaient les nombreuses pancartes brandies par les manifestants. Les marins-pêcheurs, en ciré jaune, étaient également très présents à ce rassemblement, organisé par Le Peuple des Dunes, un collectif d’une cinquantaine d’associations et d’organisations professionnelles, selon lequel ce projet menacerait à court terme entre 160 et 450 emplois dans les secteurs de la pêche, de la mytiliculture et du tourisme notamment. De son côté, la Compagnie Armoricaine de Navigation (CAN, groupe Rouillier) a annoncé avoir revu son projet à la baisse, devant l’hostilité qu’il suscite. Elle envisage désormais de prélever 250 000 m3 de sable par an sur 15 ans, contre 400 000 m3 sur 20 ans à l’origine, soit 2% - contre 4% - du volume de la dune sous-marine dans laquelle serait prélevé le sable. La CAN a également proposé de cesser toute activité chaque année, de mai à août, « dans un esprit de conciliation avec les professionnels des loisirs nautiques et de la pêche ». Elle met également en avant les emplois directs et indirects générés par son activité. Déposé en 2010 après une enquête publique à l’issue de laquelle le commissaire enquêteur avait rendu un avis favorable, le dossier attend la réponse du ministre de l’Economie, auquel revient la responsabilité d’accorder ou non la concession minière. « Accorder le permis contre l’avis des élus du Trégor constituerait un déni de démocratie », avait souligné lors de ses vœux Joël Le Jeune, président de Lannion Trégor Agglomération, qui suggère à la CAN d’aller chercher ce sable calcaire plus au large, comme le font les Britanniques.  

(Source : AFP)

Publié dans Environnement

Nicolas Hulot, envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète, s’est dit inquiet mercredi d’un éventuel échec de la conférence de Paris sur le climat en décembre. Oui, je suis inquiet parce que, qu’est-ce qu’on demande à la communauté internationale ? De renoncer (...) à utiliser les 80% d’énergies fossiles que nous avons facilement accessibles sous les pieds, afin de limiter le réchauffement climatique, a-t-il déclaré, sur RTL. C’est un changement de modèle économique, notamment un changement de modèle énergétique. Il nous reste à peu près dix mois avant le début de la conférence de Paris où il faudrait que 195 Etats signent un accord global pour limiter les changements climatiques à 2 degrés pour éviter l’irréversibilité des phénomènes et l’irréversibilité des conséquences, a déclaré M. Hulot, qui se trouve à Manille pour préparer le voyage du président François Hollande aux Philippines dans les semaines à venir. Je suis inquiet, mais en même temps, il y a deux arguments qui ont sauté, a-t-il ajouté. D’abord, plus personne ne doute de la responsabilité humaine des changements climatiques et deuxièmement, on ne peut plus dire «on ne sait pas comment faire». Répondre au changement climatique, curieusement, ça peut être paradoxalement aussi un instrument économique et social de sortie de crise, mais encore faut-il qu’on y aille en grand, et qu’on crée également de nouvelles sources de financement, a souligné Nicolas Hulot. Si on en utilise une partie pour investir massivement, par exemple dans les énergies renouvelables ou dans l’efficacité énergétique, c’est une occasion de redoper l’économie, de créer des emplois qui ne soient pas délocalisables, a-t-il ajouté. A Paris se déterminera, pour le meilleur ou le pire, le sort de millions de personnes, a averti Nicolas Hulot. (AFP)

Publié dans Environnement

La Chine a enregistré 471 urgences en matière de pollution en 2014, soit 241 de moins qu’en 2013, a annoncé vendredi le ministère de la Protection de l’environnement. Le ministère a dévoilé les trois incidents les plus graves de l’année. L’un d’eux, survenu en janvier 2014 dans la ville de Maoming de la province du Guangdong, a entraîné l’hospitalisation de 97 collégiens et enseignants. Ils avaient inhalé du gaz toxique issu d’eaux usées déversées par une usine de réparation de voitures. Cinq jours après l’incident, la qualité de l’eau était revenue à la normale, et l’ensemble des 97 victimes avaient pu quitter l’hôpital. En avril, une concentration excessive d’ammoniac et d’azote a été détectée dans la section de la rivière Hanjiang traversant Wuhan, capitale de la province centrale du Hubei. La contamination était due à l’évacuation d’eaux de crue menée par une ville en amont, et la qualité de l’eau est redevenue normale deux jours plus tard. En août, l’eau du réservoir de Qianzhangyan, à Chongqing (sud-ouest) - qui fournit de l’eau potable à 50 000 personnes - a été polluée par une entreprise minière. La société, Huangchangping Mining Co., a commencé illégalement un test de production de pyrites et a déversé de l’eau usée non-traitée près de l’usine. De l’eau toxique s’est infiltrée dans les eaux souterraines se déversant dans le réservoir de Qianzhangyan, à trois kilomètres. L’entreprise a été condamnée à une amende d’un million de yuans, et son directeur a été arrêté, a-t-on appris du ministère. (Source : agences)

Publié dans Environnement

L’Australie a annoncé samedi la prochaine interdiction du déversement des déchets du dragage sur le parc marin de la Grande barrière de corail, dans l’espoir d’éviter l’inscription du site sur la liste du patrimoine naturel mondial « en danger ». Le ministre de l’Environnement, Greg Hunt, a précisé samedi qu’il avait ordonné à l’Autorité du parc de la Grande barrière de corail d’élaborer des règles qui permettent de mettre un terme « une fois pour toutes » au déversement des déchets du dragage. L’interdiction devra être soumise à une consultation publique et pourrait être définitivement approuvée mi-mars. « Nous mettons un terme à une pratique séculaire de rejet dans le parc marin », a déclaré le ministre australien, en référence aux déchets produits par l’élargissement des chenaux, mouillages et marinas. Selon les écologistes, le déversement de ces déchets endommage le site en asphyxiant les coraux et les algues, qui constituent la plus grande formation vivante au monde, et en l’exposant à des polluants.  En 2013, l’UNESCO s’est inquiétée des menaces croissantes de dégradations sur la Gran(Source : agences)de barrière, inscrite depuis 1981 au patrimoine de l’humanité. Elle menace de la placer sur la liste du patrimoine en péril, mais a donné à Canberra jusqu’au 1er février 2015 pour agir. (Source : agences)

Publié dans Environnement

Un groupe armé a enlevé, hier dimanche, un haut responsable des Affaires étrangères en Libye. D’après un responsable du ministère des Affaires étrangères, citant des témoins, le vice-ministre Hassan al Saghir a été enlevé dans un hôtel d’Al-Baida (1200 km à l’est de Tripoli), où siège le gouvernement reconnu par la communauté internationale.

Selon ce responsable cité par l’AFP, des hommes armés se sont  introduits avant l’aube dans la chambre du vice-ministre et l’ont conduit à  bord d’une voiture vers une destination inconnue. Les ravisseurs ont indiqué au  personnel de l’hôtel qu’ils faisaient partie des forces de sécurité. Si ce rapt n’a pas été revendiqué dans l’immédiat, il représente un acte qui n’étonne que peu de gens dans un pays où les enlèvements sont devenus fréquents depuis la chute de Mouammar Kadhafi  en 2011. Il intervient surtout dans un contexte de recherche du consensus pour la mise en place sous les auspices des Nations unies d’un processus de paix qui sortirait le pays du chaos dans lequel il se trouve. A ce propos, et après un premier contact qui a eu lieu à Genève accompagné d’un appel au cessez-le-feu des principales parties en conflit, Fajr Libya à l’Ouest et les forces de l’armée « loyaliste » à l’Est, un nouveau round de discussions est « possiblement » attendu aujourd’hui, lundi où le deuxième vice-président du Parlement sortant du congrès général national de la Libye, Saleh Al-Makhzoum, qui n’avait pas pris part lors du premier round, a annoncé dans un communiqué, sa participation. Selon un communiqué publié vendredi dernier par l’ONU, il est mentionné qu’il « n’y a pas de confirmation sur où et quand ces discussions auront lieu, mais il est possible qu’elles se tiennent à Genève… ». Ces discussions, a affirmé Corinne Momal-Vanian, la porte-parole de l’ONU à Genève, feront suite à celles entamées la semaine passée à Genève et qui ont débouché sur un accord le 16 janvier pour appeler à une cessation des combats. L’accord recherché par les Nations unies, fortement appuyé par l’Algérie, est de « parvenir à un accord pour former un gouvernement d’unité consensuel et la nécessité de dispositions de sécurité pour arrêter les combats et garantir le retrait par phases des groupes armés de toutes les villes libyennes afin de permettre à l’Etat d’affirmer son autorité sur les infrastructures vitales du pays ». L’annonce de l’enlèvement d’un diplomate de haut rang à Al-Baida jette une ombre sur les pourparlers encouragés par l’ONU, mais il est hasardeux pour l’instant de dire si ce nouvel acte va les impacter ou non. Le gouvernement libyen a appelé, à la veille du second tour des pourparlers à Genève, les parties belligérantes à la retenue et la responsabilité pour faire sortir la Libye de sa crise, et instaurer l’union nationale dans le pays. L’enlèvement de Hassan al Saghir est perpétré au moment où l’on apprend que Mohamed al-Zehawi, chef du groupe d’Ansar Asharia, classé groupe terroriste par l’ONU et les Etats-Unis, est mort. Son groupe a confirmé cette mort sans en préciser ni la date ni les circonstances.

Publié dans Der

Une rencontre avec pour ordre du jour la Libye a regroupé samedi dernier le ministre des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, avec le représentant spécial du président turc Emrullah Isler, donnant lieu à un échange de vues sur les efforts déployés par l’Algérie pour convaincre les parties rivales en Libye à s’asseoir à la table de négociations. La réunion entre les deux parties, tenue à huis clos à Alger, au ministère des Affaires étrangères, a été axée principalement sur les efforts diplomatiques engagés par l’Algérie depuis des mois pour pousser les différents protagonistes dans la crise libyenne au dialogue, en coordination avec la mission des Nations unies en Libye, non sans examiner la position de la Turquie sur la crise en Libye, commune à celle de l’Algérie dans son opposition à toute intervention étrangère, déjà rappelée lors de la visite en Algérie du président turc Recep Tayyip Erdogan. M. Messahel a rappelé la position constante de l’Algérie, « qui, à la demande des parties libyennes, déploie des efforts en vue de rapprocher les points de vue et, ce faisant, réunir les conditions d’un dialogue inclusif, à l’exception des groupes terroristes reconnus en tant que tels, afin de parvenir à une solution politique consensuelle qui préserve l’unité, l’intégrité territoriale, la stabilité du pays et la cohésion du peuple frère libyen et ouvre la voie à la mise en place des institutions chargées de la phase de transition ». Les deux parties sont convenues qu’« il s’agit là de développements positifs sur la voie de la recherche d’une solution politique définitive et durable à la crise qui affecte la Libye sœur et qui met en péril la sécurité et la stabilité dans la région ». Les clivages politiques en Libye ont donné lieu à deux gouvernements, chacun ayant ses propres institutions à travers deux assemblées qui se disputent actuellement le pouvoir législatif : une Chambre des représentants, qui a élit domicile à Tobrouk, et le Congrès national, dont le mandat a expiré l’été dernier, mais qui continue à se réunir à Tripoli.

Publié dans Der

Le sélectionneur national devra compter sur Belfodil ou Soudani pour le remplacer. Il tranchera la question quelques heures avant le match. L’Equipe nationale devra composer sans son buteur, Islam Slimani, qui sera absent lors du match de demain face au Sénégal, pour le compte de la dernière journée de la phase des poules de la CAN-2015. Un coup dur pour les Verts et le sélectionneur national, Christian Gourcuff, qui souhaitait le récupérer pour ce match très important, surtout avec les difficultés que trouve l’attaque algérienne. Pour le remplacer, le driver des Fennecs songe à incorporer Ishak Belfodil ou Hilal Soudani ; il devrait trancher la question juste avant le match. Il faut savoir que les Verts se sont envolés hier matin pour Malabo, où se jouera leur match face aux Lions de la Teranga. La sélection nationale a effectué hier soir une séance d’entraînement au stade qui abritera le match et prendre ses repères, avant cette rencontre décisive pour les Verts, qui connaîtront leur sort au cours de cette empoignade. L’heure est à la mobilisation du côté de l’EN, surtout après la dernière réunion qu’a eu le patron de la FAF, Mohamed Raouraoua, avec les joueurs, à qui il a demandé de se donner à fond pour ce match face au Sénégal afin d’assurer la qualification au deuxième tour. Le sélectionneur national devra, lui aussi, tenter de resserrer les rangs avant ce match et opter pour un travail psychologique pour remonter la pente et réussir à arracher le billet de la qualification que tout le monde attend. L’erreur n’est plus permise et seul un succès assurera la qualification des Verts, qui n’auront d’autre choix que de se donner à fond pour éviter toute mauvaise surprise et ne pas tomber ensuite dans les calculs d’épicier. Le coach adjoint, Nabil Neghiz, est conscient que le sort de la sélection est entre les mains des joueurs, appelés à se donner à fond. Dans le groupe C, où figure l’équipe algérienne, les calculs seront importants en vue de la 3e journée, demain mardi. Leader avec 4 pts au compteur, le Sénégal qui sera opposé à l’Algérie, n’aura besoin que d’un seul point pour valider son billet, alors que les Verts devront impérativement l’emporter. En cas d’un match nul, les Algériens devront attendre le résultat de l’autre match, Afrique du Sud - Ghana, où un succès des Bafana Bafana enverrait les Verts en quarts de finale.

Publié dans Sports
 La sélection nationale, qui a enregistré sa cinquième défaite sur un score large face à la Tchéquie, devra maintenant se concentrer sur les deux matchs de classement qui l’attendent d’abord face à l’Arabie saoudite et ensuite face au vainqueur de Chili-Iran. L’Algérie a bouclé la phase de poules du Mondial-2015 de handball par une 5e défaite de suite, samedi à Doha, contre la République tchèque qui s’est baladée en gagnant par 36 à 20. Cette rencontre a été une simple formalité pour les deux équipes : l’Algérie savait depuis longtemps qu’elle n’avait plus rien à espérer, tandis que la République tchèque a appris juste avant le début du match son élimination après la victoire de l’Islande devant l’Egypte (28-25). La sortie des Verts a été tout simplement désastreuse. Ils ont été amorphes et incapables de résister aux assauts des Tchèques qui n’ont laissé entrevoir aucun signe de relâchement. Les « time-out» demandés par l’entraîneur Réda Zeguili n’ont servi à rien. Dès le début, les Algériens étaient « out ». Perte du ballon, précipitation, mauvais placements, défense flottante, tous les ingrédients étaient réunis pour un mauvais match. Plus mauvais que celui contre l’Egypte lorsque l’Algérie avait été battue par 34 à 20. Le gardien tchèque Petr Stochl, élu homme du match, a été pour beaucoup aussi dans la large victoire de son équipe, lui qui a annihilé presque toutes les attaques algériennes. Les Tchèques ont bouclé la première mi-temps par un écart de 11 buts (21-10) avant d’aggraver la marque à l’issue des 60 minutes de cette confrontation qui a été à sens unique. Pourtant, champions d’Afrique, les Verts ont terminé derniers de leur groupe C. Ils vont tenter de sauver l’honneur à partir d’aujourd’hui à l’occasion de la coupe du Président IHF comptant pour le classement. Ils affronteront d’abord l’Arabie saoudite, 6e de la poule D, avant de croiser le fer mardi avec le vainqueur de Chili-Iran, les deux derniers des groupes A et B. Filip Yan (sélectionneur/République tchèque) : « Je suis satisfait du résultat du match et aussi de l’écart considérable en notre faveur. Nous avons joué une belle rencontre. Les joueurs ont réagi positivement malgré qu’ils aient pris connaissance du résultat du match Islande-Egypte qui a officialisé notre élimination. J’ai donné la chance aux joueurs qui n’ont pas eu du temps de jeu. Nous aborderons les matchs de la coupe du président avec la même détermination ».
Publié dans Sports

La dix-septième journée du championnat d’Algérie de Ligue 1 Mobilis de football, disputée samedi, n’a pas apporté de changements notables en tête du classement, après les succès en déplacement du leader, le MO Béjaïa, et son dauphin, l’ES Sétif, contre respectivement la JS Saoura (1-0) et l’USM Bel Abbès (2-1), tandis que le troisième, le MC Oran, a trébuché sur sa pelouse face au CR Belouizdad (0-0). Le MOB a confirmé donc son statut de leader en allant battre la formation de la JS Saoura en toute fin de partie grâce à un but du remplaçant Chettal dans le temps additionnel (90+4). A la faveur de cette victoire, la huitième de la saison, les hommes d’Abdelkader Amrani conservent la première place avec une longueur d’avance sur l’ES Sétif qui s’est imposée également à l’extérieur contre l’USM Bel Abbès grâce à un doublé de sa nouvelle recrue, le revenant Mourad Delhoum (51e et 56e). Les champions d’Afrique, qui restaient sur une belle victoire contre l’USM Alger (3-2), enchaînent un nouveau succès et se présentent comme un sérieux candidat pour le titre. Les protégés de Kheireddine Madoui consolident ainsi leur seconde place avec trois longueurs d’avance sur le troisième, le MC Oran, le grand perdant de la journée après le nul concédé sur sa pelouse face au CR Belouizdad. Les Hamraoua, qui demeuraient sur deux retentissants succès en déplacement contre l’ES Sétif et la JS Kabylie, se sont montrés incapables de trouver la faille dans la défense du CRB. Le CS Constantine, vainqueur du RC Arba (2-0), est l’autre grand bénéficiaire de cette 17e journée. Un doublé du meilleur artilleur du championnat, Hamza Boulemdaïs (52e, 62e sp) permet aux Sanafir de rejoindre l’USM Alger à la quatrième place, à cinq longueurs du premier. En revanche, le champion sortant, l’USM Alger, a été contraint au partage des points par la JS Kabylie (1-1) dans le clasico. Les Usmistes marquent ainsi le pas après cette nouvelle contreperformance, la seconde de suite, après la défaite de mardi dernier contre l’ESS. Les hommes d’Hubert Velud avaient pourtant mené au score grâce à Boudebouda juste avant la pause, mais c’était compter sans l’abnégation des Canaris, lesquels ont égalisé par leur capitaine Rial sur penalty (83e).Un nul qui n’arrange aucune des deux équipes. La journée a été également marquée par la lourde défaite essuyée par l’USM El Harrach face au MC El Eulma (4-1). Un échec qui confirme la mauvaise passe des protégés d’Abdelkader Iaïch depuis quelques journées. En revanche, le MCEE renoue avec le succès après une série noire. Dans le bas du classement, le MC Alger a ramené un précieux point de son déplacement à Chlef contre l’ASO (0-0) dans le match des mal classés, mais reste lanterne rouge avec 15 points, à deux points de son adversaire du jour et à quatre longueurs de l’USM Bel Abbès, le premier reléguable en pleine déroute. En revanche, le NA Hussein Dey a confirmé le nul obtenu contre le leader mardi dernier, en disposant de l’ASM Oran (2-1). Une victoire qui permet au Sang et Or de remonter à la 12e place avec 20 points, en compagnie du MCEE.

Publié dans Sports
Page 1 sur 6