Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Bannière SAAFI 2018

Reporters - Filtrer les éléments par date : mercredi, 02 mars 2016

Le terrorisme est « utilisé » comme moyen d’effritement et de domination par des puissances mondiales. Tel est le constat de l’ancien ministre et diplomate, Mohamed Laïchoubi, qui intervenait hier matin sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale.

« Le terrorisme islamiste s’est désormais intégré comme un moyen de pression dans les rapports de force opposant les grandes puissances. Chaque partie possède son terroriste», a-t-il en effet noté. Pour étayer ses propos, il a cité l’exemple de la Syrie où des pays « impliqués prennent » cause pour certains groupes rebelles, alors qu’ils tentent d’en réduire d’autres. « Nous avons, par exemple, le groupe El Nosra que l’on distingue de celui de Daech, auquel la Turquie apporte son soutien », a-t-il dit plus explicite. Ce qui démontre, à ses dires, que la carte terroriste est en train de s’insérer dans les rapports de force entre certains pays comme la Russie et les Etats-Unis, en particulier. Pour Mohamed Laïchoubi, les grandes puissances mettent à profit la présence de « fractures internes » dans certains pays, perçus comme des zones géostratégiques majeures ou bien dotées de matières premières, pour s’ingérer dans leurs affaires internes. Une fois de plus, pour illustrer sa démonstration, l’intervenant cite la région du Proche et du Moyen Orient, maintenue en constante instabilité, parce que recelant à elle seule « plus de 58% des réserves mondiales de brut ». Faisant notamment mention des alliances qui se créent entre des pays émergents, en Asie, en Afrique et en Amérique latine (l’exemple des BRICS), l’invité les perçoit comme une « contestation » vis-à-vis de l’ordre mondial tel qu’il a été dessiné au cours des soixante dernières années, amenant aujourd’hui à une « immense partie d’échecs » entre les nations. « Cette situation tend à redéfinir une nouvelle configuration des relations internationales, comme celle opposant la Chine aux pays occidentaux, en raison de sa présence de plus en plus marquée sur le continent africain et une démarche de partenariat gagnant-gagnant », a encore soutenu l’ancien ministre et diplomate, qui a estimé que si les rapports de force détenus jusqu’alors par le monde occidental, Etats-Unis en tête, sont en train de changer, c’est parce que celui-ci n’a plus le monopole de la puissance nucléaire, de celui de la maîtrise technologique et, de plus, «est de plus en plus contesté dans le secteur financier ». De l’instrumentalisation des groupes terroristes par l’Occident, de même leur création, beaucoup a été dit et écrit. Le fait nous renvoie aux révélations faites par Hillary Clinton dans son dernier livre Hard Choices (Le temps des décisions). Dans ce livre, l’ancienne chef de la diplomatie américaine et ex-première dame des Etats-Unis, a annoncé que c’est bien l’Administration américaine qui a créé l’organisation terroriste Daech dans le but de procéder à un nouveau« partage dans la région du Moyen-Orient, avait-elle expliqué.

Publié dans Der

Des terroristes neutralisés, des casemates détruites et des produits explosifs récupérés. C’est le bilan positif réalisé par les troupes de l’Armée nationale populaire (APN) durant la semaine en cours à travers plusieurs régions du pays. Pas plus tard qu’hier un pistolet mitrailleur de type kalachnikov, quatre bombes et 297 balles ont été récupérés, près de Kadiria, à Bouira, et rois casemates détruites sur les lieux.
La veille et dans la même région, deux terroristes activant selon des sources sécuritaires dans la katibat El Farouk ont été mis hors d’état de nuire dans les monts Beggas, à la limite avec la wilaya de Tizi-Ouzou, sur les hauteurs de Kadiria. Nos sources ont révélé que les deux terroristes ont été abattus au cours d’une embuscade tendue par les soldats de l’ANP engagés dans une opération de ratissage à la suite d’informations faisant état d’un mouvement terroriste dans la région. Deux armes de type kalachnikov et un lot de munitions avaient été récupérées sur les corps des deux sanguinaires, dont l’identité n’a pas encore révélée.
Notons que dans la wilaya de Bouira, les services de sécurité ont réussi à mettre hors d’état de nuire plusieurs terroristes depuis le début de l’année. A l’ouest de la wilaya, en particulier dans la commune de Souk El Khemis, deux terroristes avaient été éliminés dans les maquis de Kaf Lahcen. A l’est de Bouira, dans la commune de Saharidj, un groupe terroriste avait été accroché fin février dernier près de la localité d’Islan. Dans la même région, ce sont les éléments de la gendarmerie nationale qui ont arrêté en début de semaine trois trafiquants d’armes dans la localité de Seloum.
Plus au centre et dans la wilaya de Tizi Ouzou, les militaires ont détruit une casemate contenant des produits explosifs.
A l’Est, les militaires ont récupéré dans la wilaya de Skikda une bombe et deux canons de fabrication artisanale. L’offensive et la détermination des détachements de l’ANP ne s’arrêtent pas là, puisqu’à Constantine et Batna, les services de sécurité ont saisi dans différentes opérations des armes, des munitions et des matières explosives. Par ailleurs, la gendarmerie nationale de Constantine a saisi un canon de fabrication artisanale, une quantité d’explosifs estimée à 5 kilogrammes, une paire de jumelles et trois postes radio.
Dans le sud du pays, des opérations similaires ont été réalisées, en particulier dans les régions de Tamanrasset et d’In Guezzam, où l’armée a réussi à récupérer des armes de guerre et des munitions. Le dispositif sécuritaire a été renforcé dès lors que la situation dans des pays voisins, à l’image de la Libye, est extrêmement inquiétante. Ce dispositif vise à contrer les bandes tentant d’introduire des armes dans notre pays. Des trafiquants d’armes ont été même arrêtés dans la wilaya de Biskra. A Laghoutat, les services de sécurité ont appréhendé six migrants de nationalité marocaine qui tentaient de rejoindre la Libye.

Publié dans Der

Les deux formations de Ligue I, l’ESS et le NAHD partent avec les faveurs des pronostics étant donné qu’ils jouent à domicile, mais ils devront faire attention à leur adversaires qui jouent leur va-tout.

Deux rencontres seront avancées pour demain vendredi pour le compte des quarts de finales de la Coupe d’Algérie de football, qui s’annoncent très disputés, surtout qu’il s’agit des deux chocs de ce tour. Ainsi, l’Entente de Sétif, plusieurs fois sacrée, reçoit l’USM Bel Abbès au stade 8 mai 1945 de Sétif avec la ferme intention de passer le cap du Mekerra dans cette empoignade. Les gars de l’Aigle Noir, qui sont sur une belle lancée après deux succès consécutifs, souhaitent engranger un autre succès. Les poulains de Geiger savent ce qui les attend lors de cette rencontre et devraient se concentrer comme il se doit sur leur sujet pour aller de l’avant et arracher cette qualification que tout le monde souhaite à la capitale des Hauts-Plateaux. Toutefois, leur mission ne sera pas de tout repos face à cette équipe de l’USMBA qui jouera son va-tout et qui compte créer la sensation lors de cette rencontre et arracher le billet qualificatif pour le prochain tour. Certes, cela sera difficile étant donné que les gars de Bel Abbès disputeront ce match à l’extérieur de leurs bases, mais ils restent quand même confiants quant à la possibilité de réussir un exploit. Pour l’autre match de ce vendredi, il faut savoir qu’il aura le cachet de derby algérois puisqu’il opposera au stade du 20 Août 55 d’Alger, le Nasr d’Hussein-Dey au Paradou AC. Les Sang et Or, qui ont éliminé le détenteur du trophée, le MO Béjaïa, tenteront de continuer son bonhomme de chemin et atteindre les demi-finales. Pour cela, ils devront se donner à fond face au PAC qu’ils souhaitent battre avec le soutien de leurs nombreux fans qui se déplaceront au stade. Toutefois, ils savent qu’ils devront faire très attention à cette formation qui est considérée comme la meilleure équipe de Ligue II Mobilis. D’ailleurs, les gars du Paradou ont fait sensation en éliminant le leader de la Ligue I, l’USMA. Les jeunes loups du PAC croient en leur étoile et sont prêts à se donner à fond.

Publié dans Sports

Il y a à peine quelques mois, on ne donnait pas cher de cette équipe de football féminin de la capitale des Ziban, Biskra, mais voilà que les jeunes joueuses de cette équipe font démentir tous les pronostics. En effet et lors des éliminatoires de la Coupe d’Algérie, les perles des Ziban ne font pas dans le détail et éliminent en 8e de finale, la semaine passée, un adversaire de taille, l’équipe d’Oran-Centre, et espèrent du coup continuer l’aventure… car tous les rêves sont permis.
Lors de notre déplacement à Biskra et pendant une agréable rencontre avec les responsables de ce club de football (Michaâl Ziban Biskra), il s’avère qu’il n’y a aucun secret à cette réussite, à part celui de travailler sérieusement et défendre crânement les chances du club. Le président, mais aussi et surtout un des principaux fondateurs du club de foot féminin, Farouk Lemaïni, nous parle du succès et de la réussite de ses protégées et nous donne un laconique aperçu historique du club. C’est à la suite d’une décision de la création d’un club de football féminin en 2010 que l’idée a germé, nous dit notre interlocuteur, et d’ajouter : « Nous étions un groupe de citoyens de Biskra et on a pris contact avec la Ligue régionale de foot de Constantine pour voir les modalités qui nous permettent de lancer une équipe de football féminin. Après avoir joué pendant 4 ans au niveau de cette ligue où évoluent des clubs de Sétif, Touggourt, Souk Ahras… on s’est hissés en Nationale 1 et nous comptons bien y rester et être parmi les meilleurs.» En plus de jouer les premiers rôles, le club est classé 4e, et en Coupe d’Algérie, les filles ont éliminé en 8e de finale l’équipe d’Oran-Centre, nous disent fièrement les supporters et fans venus nombreux assister aux entraînements des filles. Des joueuses qui n’ont pas une très grande expérience, mais prises en charge par un entraîneur expérimenté, Nacer Merghad, ancien footballeur de grande expérience qui préfère la formation au recrutement, nous disent les responsables du club. Si au début, la jeune équipe avait d’énormes difficultés et de tout ordre (financier, matériel, équipement…), l’intervention des autorités locales a permis au club de connaître une meilleure stabilité et de grandes performances, nous dit le président du club, qui estime que les joueuses ont prouvé à tous ceux qui doutaient de leurs capacités qu’elles sont capables de faire des miracles. Après avoir reçu le nécessaire et le minimum de moyens. La force de l’équipe et du club en général semble venir des efforts fournis par tout un chacun, nous fait remarquer le médecin du club, un des artisans de la réussite de cette jeune équipe, qui semble bénéficier de l’attention de tout le monde, il y va, nous dit-on, de la bonne réputation de la capitale des Ziban, qui semble renouer avec les traditions d’une vraie ville qui a connu de grands noms d’artistes, sportifs et hommes de lettres.

Publié dans Sports

Le club anglais d’Arsenal compte formuler une offre conséquente pour bénéficier des services du milieu international algérien de Leicester City (Premier league anglaise de football) Riyad Mahrez, lors du prochain mercato estival, a rapporté mardi le site spécialisé dans les transferts ESPNFC. Le club londonien a déjà préparé le terrain pour la venue de Mahrez en recrutant dernièrement le technicien qui a été à l’origine de la venue du N°7 des Verts à Leicester, en l’occurrence Ben Wrigglesworth, très connu dans le domaine du scouting ou de la détection de talents en Europe, précise la même source. Le joueur algérien, dont le contrat avec les Foxes court jusqu’en 2019, est en train de crever l’écran depuis le début de la saison avec, à la clé, un bilan de 14 buts et 10 passes décisives. Plusieurs écuries se sont manifestées pour s’attacher les services de l’ancien havrais à l’image du FC Barcelone, selon la presse spécialisée. L’entraîneur de Leicester l’Italien Claudio Ranieri a affirmé récemment. « Nous voulons garder tous nos joueurs, mais si l’un d’entre eux vient me voir et me dit : ‘’Boss, je veux aller d’ici parce que c’est mon ambition’’, je lui répondrais : ‘’Vas-y, profites-en et bonne chance’’. Je ne veux que des joueurs heureux d’être ici ».

Publié dans Sports

Le MO Béjaia, l’un des deux représentants algériens en Ligue des champions d’Afrique de football, accueillera les Tunisiens du Club Africain le dimanche 20 mars au stade de l’Unité maghrébine à partir de 18h00 pour le compte du 2e tour (retour), a-t-on appris auprès de la direction du club de la Soummam. Les joueurs de l’entraîneur Abdelkader Amrani disputeront le match aller à Tunis entre le 11 et le 13 mars. L’autre équipe algérienne engagée dans cette épreuve, l’ES Sétif, détentrice du trophée en 2014, affrontera l’Etoile du Congo. Le match aller se jouera à Brazzaville entre le 11 et le 13 mars, alors que la seconde manche est prévue le samedi 19 mars au stade du 8 Mai 1945 à partir de 19h00. L’ESS a été exemptée du tour préliminaire de la Ligue des champions au même titre que d’autres grosses pointures du continent. Le 3e tour, avant la phase de poules, est prévu en avril prochain (aller: 8, 9, 10 avril 2016/ retour : 19, 20 avril 2016).

Publié dans Sports

Le Français Michel Platini a saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour faire appel de sa suspension de six ans, alors qu’une décision est attendue avant l’Euro-2016.
Le président suspendu de l’Union européenne de football (UEFA) avait indiqué dès l’annonce de sa suspension fin décembre, qu’il irait jusqu’au TAS pour contester ce qu’il estime être « une injustice».
« Nous avons théoriquement quatre mois pour nous prononcer, mais Michel Platini a demandé qu’une décision soit rendue avant le début de l’Euro (ndlr, 10 juin au 10 juillet) donc nous nous adapterons aux demandes des parties », a indiqué Matthieu Reeb, secrétaire général du TAS. Michel Platini avait été suspendu fin décembre pour 8 ans par la commission d’éthique de la Fifa dans le cadre de l’affaire du paiement controversé de 1,8 million d’euros reçu de la part de Joseph Blatter, suspension réduite à six ans le 24 février par la commission des recours de la Fifa.

Publié dans Sports

L’ex-international algérien, Foued Kadir, s’est dit fier d’avoir réalisé son rêve d’enfance, à savoir disputer une Coupe du monde avec la sélection algérienne de football, ajoutant que son rêve actuel était de jouer un jour la Ligue des champions d’Europe. « Jouer une Coupe du monde, c’est le rêve que j’ai déjà réalisé. Celui qui me tient encore à cœur, c’est de disputer la Ligue des champions », a déclaré le joueur du Betis Séville au site espagnol estadiodeportivo. Kadir (32 ans) a pris part au Mondial-2010 en Afrique du Sud quelques semaines seulement après sa première convocation en sélection algérienne. Il n’a pas été retenu pour le Mondial suivant en 2014 au Brésil pour lequel la sélection algérienne s’était qualifiée pour la deuxième fois de rang. Kadir, au Betis depuis 2014, a participé activement à l’accession de cette équipe en Liga espagnole en fin d’exercice écoulé, une montée qui reste le «meilleur moment» pour lui, a-t-il dit, poursuivant que son mauvais souvenir, jusque-là, avec sa formation espagnole, était sa mise à l’écart au cours de la première partie de la saison. Il a fallu d’ailleurs l’arrivée d’un nouvel entraîneur pour que le milieu offensif algérien retrouve sa place de titulaire de la saison passée. Kadir, qui compte 25 matchs en sélection algérienne au cours desquels il a marqué deux buts, n’est plus appelé chez les Verts depuis la précédente Coupe d’Afrique des nations (CAN-2015) en Guinée équatoriale.

Publié dans Sports

La pérennité. C’était le défi en 2012. La petite reine confirmait son comeback pour la seconde année de suite après un opus 2011 placé sous le signe de la renaissance pour une discipline qui risquait tout simplement rouille. Nous voilà cinq années après à la veille du coup de départ de la 6e édition qui durera jusqu’au 28 de ce mois. Un Grand tour d’Algérie de cyclisme (GTAC) avec 3 400 km que les 18 équipes et les 120 coureurs devant parcourir pour savourer l’exquis et salivant maillot jaune, sans oublier la topographie d’une Algérie ensorcelante.

Une torpeur longue de 10 ans (2001 à 2011) avant que Rachid Fezouine, président de la fédération algérienne dudit sport, ne vienne, avec son équipe, débâcher un vélo moisi. Le défi était de remettre le cyclisme sur selle. Le challenge est en passe d’être remporté après 5 éditions. Certes, il y a toujours des trucs à revoir et des ajustements, mais le cyclisme a définitivement pris date dans un environnement sportif qui ne lui est pas allogène. Qu’il dominait même jadis auprès d’une jeunesse algérienne admirative devant les Zaâf, Benzine, Hamza, Kebaïli et les autres gloires qui arpentaient les rues et avalaient les bitumes des différents recoins de l’Algérie. Du côté de la FAC, ça ne pédale pas dans la semoule, malgré quelques bâtons dans les roues, et c’est le moins que l’on puisse dire. La manifestation ne cesse de prendre de l’ampleur. Les débuts difficiles et cette étendue désertique menaçante ne semblent qu’un lointain mauvais souvenir. Le tracé ne cesse de s’allonger, tout comme l’intervalle temps dans l’agenda sportif algérien. Le « contre-la-montre » est plus que jamais bien engagé. En atteste le tracé de l’an dernier. Une boucle de plus de 3 400 km pour sillonner 28 wilayas et plus de 450 communes. La plus grande au monde, puisque le tracé était plus « allongé » que le Tour de France qui avait débuté sur un tracé de 3 000 km en 1903. Au-delà de cette distance et de l’aspect « quantitatif », il est maintenant question de d’optimiser la qualité de cette course géante. Des gadgets high-tech sur les vélos, retransmission télévision et système de localisation, le marketing et la médiatisation sont les moyens incontournables pour soigner le prestige d’un évènement. Tout pour donner plus de reliefs à l’acabit médiatique de ce rendez-vous. Ce qui reste, c’est de mettre ces atouts en valeur. Faire en sorte de bien « vendre » l’image de l’Algérie en profitant de ce véritable tremplin sportif-touristique. C’est ce que le premier homme de la FAC martèle souvent. Chaque fois qu’il présente le parcours, il ne manque pas de rappeler le rôle que cette manifestation pourrait jouer dans la promotion culturelle et touristique d’un pays qui en a cruellement besoin.

Quand la FAC met la plaque *
L’ambition et l’envie de bien faire ont toujours été les mots d’ordre de l’instance nationale qui avait relancé le Tour d’Algérie après une tentative avortée en 2001 par une autre équipe. La résurrection était une mission des plus délicates, mais Fezouine a su bien s’entourer. Le début avec un « petit » tour de 6 étapes, pour en venir à 10 épreuves, chacune indépendante de l’autre et inscrites au calendrier de l’UCI 2.2, réparties sur 22 étapes et six villes étoiles (Alger, Blida, Sétif, Constantine, Annaba et Oran) aujourd’hui. Pour la séquence 2016, « tout est ficelé avec les 28 wilayas inscrites dans le programme de cette édition 2016. Nous venons de boucler les derniers préparatifs avec la wilaya de Blida, qui reste une étape importante dans le grand circuit. Pour le moment, tout le monde est mobilisé et on espère que cette édition sera encore une réussite. Certaines équipes, comme celles du Rwanda et de l’Erythrée, sont déjà là. La première étape aura lieu vendredi matin entre Alger et Aïn Defla », a assuré Fezouine dans un entretien accordé au quotidien El Watan. Cette année, l’épreuve sera celle de la transition. « On avait dit qu’il y avait un cycle de 5 ans qu’on a passé. On passe maintenant à la première édition du deuxième cycle. Il va falloir mettre les bouchées doubles », a expliqué l’homme fort du vélo en Algérie lors de la présentation de l’itinéraire le 14 février dernier. La petite reine est magique et semble avoir plus d’un tour dans son sac. A noter que le début sera avec le Critérium international d'Alger dont le coup de starter sera donné demain à 13h devant le palais de la culture Moufdi-Zakaria. 

Mettre la plaque*: cela signifie passer du petit au grand plateau, on peut dire également sortir les grandes assiettes.

Publié dans Sports

Une commission mixte composée de représentants du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) et de clubs des sports collectifs a été installée mardi soir pour « statuer » sur l’article 6 du décret exécutif N°15-74 du 16 février 2015, objet de contestation, a-t-on appris auprès de l’un des membres. « Notre démarche vient de porter ses fruits avec l’installation de cette commission qui va se pencher sur ce fameux article 6 du décret exécutif et la nécessité de trouver une formule adaptée au problème. Ce groupe va tenir sa première réunion dimanche prochain en présence du ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali », a indiqué Djamel Benalioua, également coordinateur de la commission ad hoc interclubs. L’article 6, applicable depuis le mois de février, prévoit des sanctions pénales contre tout responsable de club qui verserait des indemnités à un athlète. Les clubs des championnats nationaux de basket-ball, de volley-ball et de handball avaient menacé de boycotter les compétitions en janvier dernier, avant que cette décision ne soit annulée suite à une rencontre avec le ministre de la Jeunesse et des Sports qui s’est engagé à geler l’article en question. Le judo, la boxe et l’athlétisme, considérés comme « des disciplines olympiques d’intérêt général et d’utilité publique », se sont ensuite joints aux clubs des sports co. pour contester l’article 6 du décret exécutif 15-74. Mais face aux « lenteurs » dans le gel dudit article, les contestataires sont revenus à la charge, brandissant à nouveau samedi soir la menace de grève, avant que la situation ne trouve un début de dénouement avec l’installation de cette commission, à l’issue d’une réunion tenue mardi entre des cadres du MJS et les clubs. Ladite commission est composée des représentants du MJS Abdelmadjid Djebab, Sid-Ali Guidoura, Youcef Fellouh, Si Larbi Hanafi et Hamid Laker, alors que les clubs sont représentés par Djamel Benalioua (basket-ball), Abdeslam Djerroudi (basket-ball), Kherissat Abdelghani (volley-ball), Heus Mohamed (volley-ball), Bougherra Naïm (handball), Hassaoui Idriss (handball), Berber Hacène (volley-ball) et Boumediene Mohamed (basket-ball).
« Je tiens à remercier le ministre d’avoir été à l’écoute de nos doléances. L’installation de cette commission reflète la bonne volonté de la tutelle à résoudre cette problématique liée à l’article 6», a conclu le premier responsable de la section basket du NA Husseïn Dey.

Publié dans Sports
Page 1 sur 6