Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : dimanche, 07 octobre 2018

Trente ans après le  5 octobre 1988, des intellectuels et des militants politiques étaient réunis, hier, au siège du Rassemblement de la jeunesse algérienne (RAJ), à Alger, pour essayer de répondre aux questions qui continuent d’être posées sur les motifs ayant poussé à un soulèvement repère dans l’histoire de l’Algérie indépendante.

Publié dans Actualité

Hier, 6 octobre, c’était le sixième anniversaire de la disparition de l’ancien Président de la République, Chadli Benjedid. Troisième chef de l’Etat à diriger l’Algérie depuis 1962, après les présidents Ben Bella et Boumediène, il décède le 6 octobre 2012 à l’hôpital militaire d’Aïn Naâdja. Le souvenir de sa mort, hier, devait prendre cette année une caractéristique particulière.

Publié dans Actualité

Six années après sa disparition, le nom du président Chadli Bendjedid reste intimement lié à ce basculement de l’Algérie, au crépuscule des années 80, d’un système autoritaire et fermé vers un autre pluraliste et ouvert, et ce qu’on appellera la « parenthèse démocratique ». Souvent présenté comme le père de l'initiative démocratique en Algérie, à partir de 1989

Publié dans Actualité

En marge d’une activité de son parti, Ahmed Ouyahia n’a pas manqué d’endosser son costume de Premier ministre et de s’adonner à un exercice de métreur mesurant l’importance et le poids réel des dossiers qui préoccupent l’opinion algérienne. A l’APN, il n’y a pas de crise et son président doit quitter le perchoir, a-t-il jugé. Le calendrier électoral ne subira aucun changement et la présidentielle aura bel et bien lieu en avril, a-t-il assuré. Entre Alger et Paris, il n’y a pas de tension, mais des intérêts à défendre sans craindre de nouvelles crispations entre El Mouradia et l’Elysée… Pour les journées tragiques d’Octobre 1988, le locataire du Palais du gouvernement, qui n’était pas aux affaires il y a trente ans, creuse le clivage entre le pouvoir et l’opposition. Quand certaines formations veulent faire du « 5 Octobre » une journée de la démocratie et des libertés, lui parle de « manipulations politiciennes ».

Publié dans Actualité

Au cours de sa conférence de presse, Ahmed Ouyahia n’a pas manqué par ailleurs de réagir aux déclarations de l’ancien ambassadeur de France en Algérie, Bernard Bajolet. Selon lui, « il n’y a pas de crise entre l’Algérie et la France » et « M. Bajolet fait partie du clan qui cherche à démolir les relations algéro-françaises ».

Publié dans Actualité

La solitude de Saïd Bouhadja dans son perchoir de président de l’Assemblée populaire nationale (APN) s’est davantage confirmée hier. Les déclarations des chefs des deux grands partis de la majorité, le FLN et le RND, accentuent la pression sur lui et le poussent à jeter l’éponge.

Publié dans Actualité

Le président de la Coordination nationale des enfants de chouhada (Cnec), Khaled Bounedjma, vient d’apporter son soutien au président de l’Assemblée populaire nationale, Saïd Bouhadja, dans le conflit qui oppose ce dernier aux députés de la majorité Joint hier par téléphone, Khaled Bounedjma nous a affirmé que son soutien à M. Bouhadja intervient

Publié dans Actualité

Le chef de Tajamou amel el Djazair (TAJ), Amar Ghoul, réaffirme son désaccord avec le patron du FLN, Djamel Ould Abbès, à propos du front populaire de soutien au président de la République. Après avoir annoncé, récemment, que ce front ne doit pas être confiné dans un espace partisan, donc exclusif, Amar Ghoul revient à la charge et tacle encore une fois Ould Abbès. C’est lors d’une conférence qu’il a animée, hier, avec plusieurs universitaires que le patron de TAJ a souligné que «les orientations du président concernant la constitution de ce front n’ont pas été respectées».

Publié dans Actualité

Le Front des forces socialistes (FFS) a plaidé à nouveau, hier à Boghni (38 km au sud-ouest de Tizi Ouzou), pour la consécration de la journée du 5 octobre comme «Journée des libertés ». Les événements d’octobre 1988 n’étaient ni «spontanés » ni « une manipulation », a considéré Ali Laskri, membre de l’instance présidentielle de ce parti, qui a appelé lors d’un meeting célébrant la fondation du FFS et ces évènements, à consacrer la journée du 5 octobre 1988 «journée des libertés».

Publié dans Actualité

La quatrième édition de l’université d‘été du Forum des chefs d’entreprises (FCE) a été organisée hier dans la ville de Oued Souf, sous le thème « Une entreprise intelligente pour une économie nouvelle ».

Publié dans Théma
Page 1 sur 6