Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Reporters

Le Spartak Moscou (Div.1 russe) et Fenerbahçe (Div.1 turque) où évoluent respectivement les deux internationaux algériens Sofiane Hanni et Islam Slimani, se sont fait éliminer au 3e tour de qualification de la Ligue des champions d’Europe de football, à l’issue des matchs disputés mardi soir.

En l’absence de Hanni, non-convoqué, le Spartak Moscou a été tenu en échec à domicile par les Grecs du PAOK Salonique (0-0). Au match aller, les Russes se sont inclinés sur le score de 3 à 2. Hanni (27 ans) qui avait rejoint le club moscovite en janvier dernier en provenance d’Anderlecht (Belgique) ne compte qu’une seule apparition depuis le début de la saison, toutes compétitions confondues. Selon la presse russe, le milieu offensif algérien serait sur le départ.

Le meilleur buteur en activité de l’équipe nationale, Islam Slimani
(26 buts), fraîchement arrivé à Fenerbahçe pour un prêt d’une saison en provenance de Leicester City (Angleterre) n’a pas été qualifié pour le match retour face aux Portugais du Benfica Lisbonne, disputé mardi soir à Istanbul (1-1), en dépit de la demande formulée par le club turc au niveau de l’Union européenne de football (UEFA). Au match aller, Fenerbahçe avait perdu à Lisbonne (1-0).

Slimani (30 ans) devra patienter pour pouvoir prendra part à la Ligue des champions, lui qui avait effectué ses débuts dans cette prestigieuse compétition sous les couleurs de son ancien club du Sporting Lisbonne (2013-2016). 

En revanche, d’autres internationaux algériens, tels que Sofiane Feghouli (Galatasaray/Turquie), Yacine Brahimi (FC Porto/Portugal), ou encore Riyad Mahrez (Manchester City/Angleterre), seront en lice avec leurs clubs respectifs en Ligue des champions à partir de la phase de poules.  

La coïncidence de la rentrée scolaire et de l’Aïd el-Adha cette année n’a pas facilité les choses aux familles d’un point de vue économique. Elles appréhendent les prix élevés des moutons et se demandent si leurs bourses pourront supporter la pression qui s’annonce importante. Des parents ont même déclaré sacrifier le mouton au profit de la rentrée scolaire.

La panthère Sunday, locataire du zoo du Jardin d’essai du Hamma (Alger), subit plusieurs tentatives d’insémination artificielle que des médecins vétérinaires algériens et américains souhaitent voir réussir, après l’échec des premiers essais, d’autant que ce félin, moucheté de taches brunes et porteur de gènes rares, est le seul représentant de son espèce, menacé de disparition, que compte l’Algérie.

La wilaya de Tissemsilt connaît depuis le début de la saison estivale, et surtout en ces journées caniculaires, une ruée sans précédent vers les piscines de proximité. Les deux piscines de proximité couvertes à Khemisti et Theniet El Had et le bassin de proximité ouvert à Sidi Slimane constituent une destination très prisée par les enfants et les jeunes, seuls ou accompagnés.

Comme à chaque fête religieuse, les chiffres de la tutelle sont là pour rassurer les citoyens que tout a été ficelé pour faire de l’Aïd une fête sans pénurie. Selon la direction du commerce, plus de 1 900 commerçants assureront la permanence. Il s’agit des magasins d’alimentation générale et de fruits et légumes, des boulangers très sollicités, ainsi que ceux activant dans les services, tels que les pharmacies, les stations-services. Ces commerçants sont tenus d’assurer la permanence durant toute la semaine qui suit l’Aïd. Les listes et programmes des commerçants concernés ont été élaborés, en coordination avec les commissions locales, les représentants de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) et des associations de protection des citoyens. Des mesures seront prises à l’encontre des commerçants qui n’assureront pas la permanence, affirme-t-on. Ces sanctions concernent la fermeture administrative du local commercial pour une période allant d’une semaine à 30 jours. Un vrai défi qui, il faut dire, n’a jamais été relevé, puisque la pénurie est la première caractéristique de chaque Aïd, des commerçants qui ne répondent pas aux instructions de la tutelle. Le citoyen est donc livré à lui-même, en recourant au commerce informel, faisant des réserves, bref, il se débrouille avec les moyens du bord pour passer ces deux jours de l’Aïd convenablement. Cette permanence sera-t-elle assurée sur le terrain ? C’est la question que les Oranais se posent, vu que le spectre de la pénurie a toujours été là pour gâcher la joie des citoyens et ceci, en dépit des assurances des autorités.        

J. M.

La wilaya d’Oran a enregistré dans la culture des céréales, toutes espèces confondues, une production de 1 404 086 quintaux, au titre de la saison agricole 2017-2018, soit le triple de la campagne agricole précédente, a-t-on appris de la direction des services agricoles (DSA). La production céréalière au niveau de la wilaya d’Oran de 420 000 q en 2017 a atteint les 1 404 086 en 2018, a indiqué à l’APS, le chef de service de l’inspection vétérinaire et de la protection des végétaux à la DSA, Raouf Hirèche. Le bilan de la campagne moissons-battage, qui vient de s’achever, fait état d’une production de 217 316 quintaux de blé dur, de 63 476 q de blé tendre, de 1, 098 344 q d’orge et de 249 504 q d’avoine, contre une récolte enregistrée au titre de la saison précédente estimée à 88 548 q de blé dur, 12 873 q de blé tendre, 313 238 q d’orge et de 5 435 q d’avoine. Cette production qualifiée « d’exceptionnelle » est due essentiellement à la bonne pluviométrie (325 millimètres) enregistrée durant la saison agricole 2017-2018, ainsi qu’au respect de l’itinéraire technique (travaux du sol, désherbage, épandage des engrais...), a-t-il souligné.

Pour ce qui est de la collecte de la production locale au niveau des aires de stockage des coopératives des céréales et des légumes secs (CCLS), les quantités reçues jusqu’à jeudi dernier sont estimées à 179 078 q de blé dur et tendre, a-t-on relevé de même source.

Une rencontre de sensibilisation sur les maladies susceptibles d’affecter les moutons et leur danger sur la santé humaine a été organisée mardi au centre culturel islamique de la wilaya de Mila par l’association locale des médecins vétérinaires «El Hikma» sous le slogan «Pour un Aïd Adha sain et joyeux». Au cours de cette rencontre, les intervenants sont unanimes à souligner que la prévention demeure «la solution la plus appropriée» pour éviter tout genre de pathologie animale qui peut se répercuter sur la santé de l’homme, mettant en avant l’importance d’acquérir le mouton du sacrifice depuis les points de vente contrôlés par la Direction des services agricoles (DSA) et «de bien vérifier la carcasse du mouton pendant et après l’abattage». Le médecin vétérinaire, Zineb Zouaghi, affirmant que le kyste hydatique pourrait affecter plusieurs organes du mouton, relève la nécessité de «se débarrasser de tous les organes affectés afin d’éviter les risques de contamination». La représentante de la direction des services agricoles (DSA), le médecin vétérinaire, Naïma Louati, incombe, pour sa part, la cause de putréfaction de la abservé du mouton, phénomène absorbé au cours des dernières fêtes du sacrifice, à «l’absence de conditions appropriées pendant et après le sacrifice», notamment, soutient-elle, «la température et le taux d’humidité élevés, le non respect des normes d’hygiène des outils employés dans la chaîne de froid pour la conservation de la viande». La même responsable conseille les citoyens de préparer le mouton au sacrifice en s’abstenant de le nourrir 12 heures avant l’immolation, avec la possibilité de l’abreuver, avant de mettre l’accent sur la nécessité d’éviscérer l’ovin dès son dépouillement et de ne pas exposer la viande aux rayons de soleil ou à la poussière. Au cours de son intervention, le médecin vétérinaire, Ali Hamri, insisté sur l’impératif de se débarrasser du kyste hydatique conformément aux recommandations d’usage, à savoir l’incinération, dans un trou profond, de la partie infectée puis couvrir l’endroit de plâtre et de terre afin d’empêcher particulièrement les chiens de l’atteindre. Lors de son intervention intitulée «l’impact de l’infection du mouton de l’Aïd sur la santé humaine», le président de l’Union des médecins algériens dans l’Est du pays, le Dr. Khaled Saïd, met en garde contre les maladies susceptibles d’affecter le mouton destiné au sacrifice, évoquant, entre autres, la tuberculose. Khaled Said insiste également sur la nécessité de lutter contre les chiens errants et de contrôler les chiens domestiques «qui représentent l’un des facteurs de la transmission de certaines maladies.» Pour sa part, le directeur des services agricoles (DSA), Messaoud Bendridi, affirme que tous les médecins vétérinaires du secteur public «seront mobilisés durant les deux jours de l’Aïd El Adha en vue d’assurer le contrôle de la qualité des moutons».

Trois cent quatre-vingts places pédagogiques de formation supérieure dans les différentes spécialités paramédicales, dans la wilaya d’Alger, sont prévues au titre de la nouvelle session de formation 2018-2019, a-t-on appris mardi de la responsable de la formation à la direction de wilaya de la santé et de la population.

Une équipe mobile de vétérinaires sera mobilisée au premier jour de l’Aïd el Adha dans la wilaya d’Alger. Elle sillonnera les différents quartiers de la capitale afin de procéder au « contrôle sanitaire » des bêtes destinées au sacrifice, a-t-on appris mardi auprès des services de l’inspection vétérinaire de la wilaya d’Alger. Composée de 4 médecins vétérinaires, l’équipe aura pour mission de  contrôler les bêtes qui seront sacrifiées au niveau de la voie publique dans les différents quartiers de la capitale, a indiqué à l’APS l’inspecteur vétérinaire de la wilaya d’Alger par intérim, Mustapha Mebarki.

Cette équipe de vétérinaires ira dans les grands quartiers populaires, notamment Bab El Oued, Bachdjarah et Rouiba. Les services de l’inspection vétérinaire de la wilaya d’Alger ont mobilisé 132 médecins vétérinaires pour assurer le contrôle des opérations d’abattage le jour de l’Aïd el Adha au niveau des abattoirs d’Alger, Hussein Dey, les Eucalyptus, El Harrach et Zéralda, a rappelé M. Mebarki. S’agissant des points de vente de moutons, le même intervenant a fait état de « 105 points de vente répartis à travers les différentes communes de la capitale, supervisés par des équipes de vétérinaires affectées en fonction des têtes ovines que comptent ces points ».

Evoquant les mesures initiées en matière de préservation de l’environnement au premier jour de l’Aïd, M. Mebarki a fait savoir que les peaux de mouton jetées par les citoyens seront collectées et envoyées à une tannerie à Rouiba. Ajoutant que « les fonds obtenus seront affectés à une association relevant du ministère des Affaires religieuses qui les utilisera dans des projets caritatifs au profit des nécessiteux ». Par ailleurs, M. Mebarki a constaté une affluence de plus en plus importante des citoyens au niveau des abattoirs, une action qu’il a saluée au regard de son impact positif sur l’environnement.

Un appel à candidature a été lancé aux acteurs écologiques de la wilaya de Tizi Ouzou pour participer à la sélection de 160 éco-entrepreneurs au niveau national, a-t-on appris mardi auprès de la direction locale de l’environnement. Une correspondance émanant du ministère de l’Environnement et des Energies renouvelables a été adressée lundi aux différentes directions de l’environnement au niveau national, leur demandant d’apporter leur concours à cette opération. Initié par le Centre national des technologies de production plus propre (CNTPP), dans le cadre du programme Switch Med, visant à faciliter la transition vers des modes de consommation et de production durables (MCPD) dans le Sud de la méditerranée, le concours est destiné à l’ensemble des opérateurs intervenant dans le secteur de l’environnement. Les acteurs intéressés pourront postuler en remplissant un formulaire mis en ligne sur le site du programme www.switchmedentrepreneurs.eu du 12 au 31 août 2018. Une fois sélectionnés, ils bénéficieront de formation gratuite portant sur l’éco-entreprenariat. « Nous allons cibler les différents acteurs et porteurs de projets intervenants dans le domaine de l’écologie, comme les micro-entreprises créées dans le cadre de l’Ansej, des associations écologiques et aussi de l’université Mouloud-Mammeri, qui mène un travail important de recherche sur le créneau », a indiqué à l’APS Lazib Lynda, chef de service environnement urbain et industriel. L’objectif recherché à travers cette opération est, poursuit-elle, « de promouvoir les emplois verts et de contribuer à la promotion des énergies renouvelables au niveau de la wilaya dans l’esprit de la stratégie tracée par le ministère de l’Environnement et des Energies renouvelables ».

Page 4 sur 1789