Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 02 juin 2018 06:00

Le ministre du Commerce en parle : Stratégie nationale des exportations : de nouveaux détails

Écrit par Farid Messaoud
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Présent jeudi dernier à la cérémonie de remise du trophée de la meilleure entreprise algérienne exportatrice hors hydrocarbures pour l’exercice 2017, «Trophée Export 2017», le ministre du Commerce, M. Said Djellab, a dévoilé  de nouveaux détails sur la stratégie  nationale des exportations.
Il  a ainsi indiqué que le rapport à ce sujet devrait être finalisé avant la fin de l’année en  cours. Cette stratégie entrera en vigueur début 2019 et s’étalera jusqu’à 2023. Elle se donne comme objectif d’encourager et diversifier les exportations hors hydrocarbures. Elle s’inscrit en fait dans un calendrier plus large. Aussi,  va-elle  également contribuer à l’amélioration du  climat des affaires pour attirer l’investissement, au  renforcement de la  compétitivité des entreprises afin de  les aider à intégrer les chaînes de valeur mondiales, et à la consolidation des capacités et de la qualité de gestion des  entreprises orientées vers l’export, ainsi qu’à l’encouragement d’un commerce extérieur durable. Cette stratégie permettra en outre,  selon le ministre, de réunir les  conditions techniques et matériels nécessaires pour le développement des échanges extérieurs et, plus particulièrement, l’accélération de la  digitalisation de tous les services publics, l’encouragement à la création  des entreprises spécialisées dans les technologies de l’information, l’émergence des ressources humaines qualifiées en matière des technologies  de l’information, ainsi que la création d’une plateforme logistique  destinée à l’exportation.
Il s’agit ainsi d’une stratégie en phase avec son temps.  M. Djellab a promis de faire avancer les exportations hors hydrocarbures dans le cadre de cette nouvelle stratégie qui sera accompagnée d’une mise à niveau de l’assise juridique sous-tendant les exportations  hors hydrocarbures. Il s’agit d’abord de l’actualisation du cadre juridique et réglementaire  régissant tous les aspects liés à l’export, la révision et l’élargissement du  soutien au profit des opérateurs nationaux pour se conformer aux standards  internationaux et répondre  aux défis de la concurrence internationale,  ainsi que le renforcement du cadre institutionnel pour le suivi et  l’encouragementdes exportations notamment à travers l’amélioration des instruments d’appui au profit des entreprises exportatrices.

Huit secteurs placés en priorité
C’est dans ce cadre qu’il a été procédé, a affirmé le ministre, à la  révision du fonctionnement du Fonds spécial pour la promotion des  exportations (FSPE), et ce, dans le but d’élargir le champ d’application du  dispositif existant et l’ouverture de nouvelles rubriques encourageantes avec effet direct sur l’acte d’exportation. Des travaux en atelier seront bientôt organisés pour aborder cette question. Le ministère du Commerce envisage également de mettre  en place progressivement d’autres aides de l’Etat, notamment pour les  études des marchés extérieurs et l’amélioration des produits et des  services destinés à l’exportation. Il est aussi question  de procéder à la révision du  dispositif de soutien aux foires et aux manifestations économiques à  l’étranger. Autres détails : cette stratégie accorde la priorité à l’exportation des produits de huit secteurs : l’industrie agroalimentaire, les produits agricoles, les matériaux de construction, les produits pharmaceutiques, le papier et l’électronique, identifiés à l’issue d’une concertation avec les opérateurs économiques. Les responsables en charge du suivi de cette stratégie auront à l’automne prochain des données et des chiffres en matière d’exportation. En résume, ils connaîtront toutes les mesures à prendre pour mettre les produits issus des huit secteurs identifiés dans la stratégie nationale des exportations, sur le marché international. Said Djellab  a, sur un autre plan,  souligné que, dans le cadre de cette stratégie, il est prévu de «revisiter» le dispositif d’accompagnement des exportateurs, car, celui en place actuellement a «montré ses limites».  C’est un grand dossier qui est actuellement ouvert. Il sera traité dans le cadre de cette stratégie. On sent ainsi qu’il y a une volonté de bien faire les choses. Les pouvoirs publics semblent avoir compris que c’est dans les exportations que l’avenir se construira, surtout que le pays essaye de développer une réelle coopération régionale.  Le ministre a déclaré   lors de cette cérémonie, que «nous avons des perspectives (...),  nous avons signé l’accord de libre-échange avec les pays d’Afrique», rappelant que    l’Afrique est un marché porteur. Le ministre faisait référence à la signature récente à Kigali (Rwanda) de 44 pays africains, dont l’Algérie, en faveur de la naissance de la Zone de libre-échange africaine (Zleca). Il a cependant relevé que les gouvernants sont interpellés quant à l’amélioration du taux d’intégration entre pays africains qui ne dépasse pas actuellement les 11%.

Laissez un commentaire