Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 02 juin 2018 06:00

Diversification de l’économie : M. Ouyahia défend les restrictions à l’importation et réitère son appel à la diaspora algérienne

Écrit par Rafik Aouiaz
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le Premier ministre, M. Ahmed Ouyahia, a appelé les opérateurs nationaux jeudi à réfléchir «à une politique plus agressive et d’une manière mieux organisée en matière d’approche des marchés étrangers», dans le cadre de la bataille de l’export dont une grande part doit être menée, selon le chef de l’Exécutif, par les entreprises.


Il a, à cet effet, appelé les opérateurs économiques à s’appuyer sur la communauté algérienne établie à l’étranger en guise de relais. «Je vous invite à regarder vers la communauté algérienne en France et un peu partout dans le monde», a-t-il lancé aux opérateurs à l’occasion de la cérémonie de remise du trophée de la meilleure entreprise algérienne exportatrice hors hydrocarbures pour l’exercice 2017, « Trophée Export 2017 », récompense obtenue par la Sarl Boublenza, entreprise agroalimentaire qui exporte principalement de la poudre de caroube.
Le Premier ministre a également évoqué, fait assez inédit pour être souligné, la communauté «des anciens d’Algérie», « communauté de pieds-noirs», qui peut «ouvrir des portes pour approcher des marchés extérieurs», a-t-il encore recommandé, faisant allusion à la bonne implantation de ceux-ci sur les marchés étrangers, notamment sur le continent africain, et ainsi faire bénéficier les entreprises nationales de nouveaux réseaux commerciaux à l’étranger.
D’autre part, il a indiqué que l’Etat envisage «d’ici à quelques années» de graduer le soutien à l’exportation selon la valeur ajoutée. «Celui qui exporte un produit 100% algérien bénéficiera du soutien le plus important, celui qui fait de l’intégration bénéficiera d’un soutien à la hauteur de son taux d’intégration. Celui qui fait du simple façonnage aura accès à un bénéfice qui reflète le niveau de sa plus-value», a expliqué M. Ouyahia. Le chef de l’Exécutif a ainsi invité les opérateurs économiques à avoir une approche qualitative «de plus en plus professionnelle et agressive à l’extérieur» dans la conquête de nouveaux marchés, estimant que la bataille de l’économie nationale est de conquérir des marchés à l’extérieur.
«Il y a quelques années, nous avons commencé à exporter des produits agroalimentaires, suivis de produits électroménagers, nous en sommes aujourd’hui au ciment, nous y serons bientôt à la sidérurgie et d’autres produits», a-t-il indiqué.
Par ailleurs, M. Ahmed Ouyahia a reconnu la nécessité «plus que jamais de se libérer de plus en plus de l’économie de la rente», notamment du fait des fluctuationsactuelles des prix des hydrocarbures et « l’extinction irréversible des hydrocarbures en Algérie». Une conjoncture, qui fait de l’acte d’exportation hors-hydrocarbure, selon M. Ouyahia, un «impératif», ainsi qu’une phase «nouvelle »  dans l’évolution de l’économie nationale et une perspective «forte» pour le devenir du pays en général et de son économie en particulier.
Etablissant un comparatif entre ce qu’a connu l’Algérie entre 1986 et 1988 suite à un «violent» choc pétrolier et la crise de 2014 «qui n’est pas de moindre gravité», M. Ouyahia a rappelé que «si en 1988 la bataille était de pouvoir approvisionner le marché local, la bataille en 2018 est de conquérir des marchés à l’extérieur», considérant que l’acte d’exportation hors-hydrocarbure est une étape «qualitative» dans le développement de l’économie nationale.
«Quand je parle des perspectives prometteuses, j’ai tendance, dans mes convictions personnelles, à comparer mon pays à un géant qui ne met en valeur qu’une infime partie de ses capacités et c’est le besoin qui est en train de réveiller ce géant», a encore confié le Premier ministre d’autant que «jusqu’à aujourd’hui, nous ne couvrons pas le marché national».
Revenant sur les mesures de sauvegarde mises en place par le gouvernement, M. Ahmed Ouyahia a expliqué que cela doit contribuer à «faire durer au maximum les réserves de changes du pays, et à offrir également le marché national aux opérateurs économiques nationaux pour gagner des parts à domicile et pour être plus forts à l’extérieur», a-t-il rappelé.

Laissez un commentaire