Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 14 juin 2018 06:00

Même si les autorités ont assuré garantir l’ordre public : Hooliganisme : un Mondial à haut « rixe » ?

Écrit par Saïd B./M. Touileb
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Comment la Russie, pays hôte de la Coupe du monde de football, va gérer les éventuelles violences entre supporters ? Cette question a émergé après les affrontements entre des hooligans russes et anglais à Marseille lors de l’Euro en 2016. Et depuis, elle ne cesse de faire couler beaucoup d’encre. On craint beaucoup les hooligans, mais du côté du pays organisateur, on assure et on rassure.


Aussi, il y a ce problème d’hospitalité qui est sorti à chaque fois qu’on parle du football russe. Le « hooliganisme », qui a longtemps gangréné le football british, il faut le rappeler, est présenté comme une menace pour le rendez-vous quadriennal.
Les médias occidentaux présentent les supporters russes comme des sauvages qui saccagent tout sur leur passage. Déjà, lors de l’Euro 2016 en France, le comportement des supporteurs de la « Sbornaya » était passé sous la loupe. Une campagne de déstabilisation à laquelle le Kremlin s’attendait depuis longtemps. « Des médias occidentaux allaient lancer une campagne de grande ampleur dans le but de discréditer la Russie et miner la confiance dans le pays hôte de cet événement sportif », avait-on déjà prédit et pour cause, il est de notoriété que l’Occident ne considère pas vraiment les Russes que des amis.


Etiquette ou réelle menace ?
En février 2017, la chaîne de télévision BBC a diffusé un documentaire dans lequel les supporteurs britanniques ont été mis en garde contre le voyage en Russie pour la Coupe du monde de football 2018.
Face à cette campagne et les craintes suscitées, les autorités russes ont garanti que l’ordre public sera assuré lors du tournoi. En avril 2017, le président Vladimir Poutine a même entériné une loi fédérale durcissant la responsabilité administrative des supporteurs transgressant lourdement les normes de comportement lors des compétitions sportives. Le document ad hoc avait été préalablement approuvé par les deux chambres du parlement russe.
Par la suite, Poutine a déclaré à Krasnodar, lors d’une rencontre avec le président de la Fédération internationale de football association (FIFA), Gianni Infantino, que son pays œuvrait pour créer les conditions d’accueil requises pour les amateurs de football et les sportifs. Il a souligné que la Russie accordait une grande attention aux supporteurs étrangers et mettrait à leur disposition un grand nombre de sièges dans les stades.


L’hospitalité plutôt que les hôpitaux
En mai dernier, le journal Daily Star a rapporté que des groupes de hooligans s’allient pour «mettre KO» les supporters russes lors de la Coupe du Monde.
Ces Anglais auraient mis au point un plan «militaire» pour s’infiltrer en Russie. «Nous avons quelques gars qui ont été interdits d’entrée au cours des années, mais nous avons les moyens d’entrer en Russie sans aucun problème», a déclaré un hooligan anonyme.
Par contre, le président du comité parlementaire russe pour le sport et le tourisme a promis aux supporters une atmosphère hospitalière lors de cette Coupe du Monde, mais a prévenu que les hooligans seraient punis. La Douma (chambre haute du parlement russe) a donné à la police de larges prérogatives, allant des amendes à l’expulsion du pays.
Pour le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, la phase finale de la Coupe du monde «sera une fête mondiale du football… quoi que disent les autres. Et ce sera la meilleure Coupe du Monde de football qui ait jamais été organisée sur Terre», a-t-il lancé.

 

Laissez un commentaire