Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 04 juillet 2018 06:00

Politique et sécurité énergétiques : Guitouni, le scénario gazier

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La visite de travail effectuée, lundi dernier, par le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, dans l’un des plus importants gisements gazéifères du pays, In Amenas, a, de nouveau, été mise à profit pour reparler du programme national de développement des énergies renouvelables, dont il est attendu une production de 22 000 MW d’électricité. En attendant, c’est par le gaz que passera une partie de la sécurité énergétique de l’Algérie.

Pour preuve, dans la région de Stah, M. Guitouni a fait part, en marge d’une rencontre avec les cadres de Sonatrach, de plusieurs projets énergétiques qui visent à bâtir une économie nationale diversifiée, susceptible de générer l’énergie électrique à partir du gaz, au moment où le secteur vient de mettre en service de nouvelles installations énergétiques à travers le pays, parmi lesquels un groupe gazier à Reggane et un autre à Timimoune (wilaya d’Adrar), en plus de l’inauguration du projet, dit «du siècle», de transport par canalisation du gaz d’In Salah vers Tamanrasset sur plus de 700 km, et d’un ouvrage similaire reliant, sur 400 km, Illizi et Djanet. Selon M. Guitouni, ces projets, entrés en service, sont appelés à donner une nouvelle impulsion à l’industrie gazière en Algérie, accroître ses capacités de production et consolider sa place dans le domaine de l’industrie gazière, sachant que le secteur accorde une grande importance au développement de l’industrie du gaz dans le Sud du pays. «L’Algérie occupe une place de choix sur le marché pétrolier mondial, eu égard à la diversification énergétique dont elle dispose. Le partenariat mené par le groupe Sonatrach avec les grandes compagnies pétrolières mondiales lui a permis d’acquérir les techniques énergétiques modernes», a-t-il précisé. La volonté, ou sans doute l’impérieuse nécessité de miser sur le gaz, pour l’instant du moins, avait déjà été manifestée par le président de la Sonatrach lui-même, M. Ould Kadour, qui, alors fraîchement installé à la tête de la compagnie publique, évoquait, dans un entretien qu’il avait accordé à l’APS, la stratégie de développement de Sonatrach à l’horizon 2030 qui sera basée sur le gaz naturel. Et de motiver sa vision en ces termes : «Je pourrais dire d’emblée que dans un pays comme le nôtre, où nous avons des limitations de vente du pétrole dans un marché (mondial) instable, notre stratégie vise à développer davantage le secteur gazier et la filière pétrochimique.» En fait, au-delà de l’intérêt du gaz pour satisfaire les besoins nationaux en énergie électrique, il s’agit surtout de trouver de nouveaux débouchés de vente pour le gaz algérien, en particulier dans les marchés asiatiques. Techniquement, ce qui pourrait motiver l’option du gaz en attendant d’atteindre les objectifs du renouvelable, c’est la réalité du terrain géo-minier, dans la mesure où la plupart de nos gisements pétrolifères se transformeront en gigantesques gisements de gaz, car pour extraire et faire remonter le fossile liquide, d’énormes quantités de gaz sont injectées. Une fois «asséché», le gisement deviendra un gisement de gaz, puisque tout le gaz injecté restera prisonnier de la roche. Et ce n’est certainement pas le fruit du hasard si M. Guitouni a pris part à la 27e Conférence mondiale du gaz, tenue récemment à Washington, qui a réuni les P-DG des grandes compagnies énergétiques mondiales, de hauts représentants gouvernementaux, des membres du Parlement américain (Congress) et des décideurs politiques. Un séjour qu’il avait mis à profit pour s’entretenir avec les P-DG de Chevron, Mike Wirth, et d’ExxonMobil, Darren Woods, entre autres.
A l’occasion d’une réception, organisée au département d’Etat américain, M. Guitouni, accompagné de l’ambassadeur d’Algérie aux Etats-Unis, Madjid Bouguerra, et du P-DG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a successivement rencontré le Secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, et le secrétaire à l’Energie, Rick Perry, avec lesquels il a abordé certains thèmes en rapport avec la conférence sur le gaz, ainsi que les relations bilatérales algéro-américaines, notamment dans le domaine énergétique, où les perspectives d’affaires et d’investissements favorables, en partenariat entre Exxon Mobil et Sonatrach, ont été abordées. Devant les hauts responsables américains, le ministre de l’Energie a appelé les entreprises américaines à saisir les opportunités d’investissements en Algérie et a mis en avant les perspectives prometteuses qui s’offrent aux investisseurs dans le domaine énergétique. «L’attractivité du secteur des hydrocarbures algériens est réelle et les perspectives de rentabilité sont élevées», assurait le ministre à son auditoire.
«Nous travaillons à rendre notre réglementation flexible de façon à encourager les investissements, aussi bien dans l’amont que dans l’aval pétrolier et gazier, sur la base du principe gagnant-gagnant. Les nouvelles conditions permettront d’encourager les investissements dans les énergies nouvelles, les énergies renouvelables ainsi que les hydrocarbures», a-t-il déclaré.

Dernière modification le mercredi, 04 juillet 2018 14:14

Laissez un commentaire